Le 20 mai 2016, le magazine britannique The Economist a annoncé le lancement de sa première application de réalité virtuelle. «RecoVR Mosul: a collective reconstruction », coproduite avec l’ONG Rekrei,  anciennement connue sous le nom du Projet Mossoul, est disponible sur une série de plateformes de réalité virtuelle.

recovr mosul 1

En février 2015, des djihadistes de Daesh ont détruit des antiquités dans et autour de la ville de Mossoul. Un mois plus tard, l’ONG Rekrei, anciennement connue sous le nom du Projet Mossoul, a commencé à les reconstruire avec la technologie 3D. (Interview du CLIC France: M. Vincent et C. Coughenour: « Nous souhaitons mobiliser le monde pour reconstituer le patrimoine culturel de la ville de Mossoul ») En mai 2016, The Economist  les rend accessibles au grand public avec le lancement de sa première expérience de réalité virtuelle (RV), produite en collaboration avec Rekrei. Les deux partenaires ont ainsi rebâti le musée de la ville et restauré des objets anciens perdus et le propose en visite virtuelle via l’application «RecoVR Mosul: a collective reconstruction ».

Comme l’explique Tom Standage, rédacteur en chef adjoint de The Economist, « dans la vie réelle, il n’est plus possible de visiter le musée de Mossoul ou de voir ses objets détruits. Mais RecoVR : Mosul permet de les explorer dans la réalité virtuelle, avec The Economist comme guide, vous expliquant le contexte global. C’est notre première entreprise dans la RV, un medium qui offre un énorme potentiel quant aux nouvelles façons de raconter des histoires ».

Un projet né avec une campagne de crowdsourcing

Le Projet Mossoul est né en 2015 lorsque Matthew Vincent et Chance Coughenour, deux étudiants diplômés en archéologie, ont décidé de collecter les images de Mossoul et  les utiliser pour reconstruire les objets détruits en utilisant la technique appelée photogrammétrie. Des milliers de photographies ont été depuis téléchargées sur le site du Projet Mossoul par les populations locales, des touristes et même des soldats américains déployés pendant la guerre en Irak.

En juillet 2015, The Economist Media Lab a invité le Projet Mossoul à travailler conjointement afin de créer un musée virtuel présentant les oeuvres d’art détruites et les rendre visibles par le grand public.

Vidéo 360 de l’expérience VR:

Mosul en réalité virtuelle

Les résultats de l’expérience en réalité virtuelle, «RecoVR Mosul», ont d’abord été montrés lors du festival international du film documentaire d’Amsterdam en novembre 2015, dans un espace dévoilant également des reconstructions physiques de certains objets, grâce à l’impression 3D. Ils ont également été présentés au salon Learning Technologies de Londres en février 2016.

L’expérience de réalité virtuelle a initialement été créée pour les casques de VR Samsung Gear. La nouvelle version est maintenant disponible sur la Google Cardboard sur Android et sur une application iOS utilisant un adaptateur pour la Cardboard ainsi que via une vidéo 360 diffusée sur Youtube. Une version téléchargeable pour Gear VR sera rapidement proposée.

recovr mosul 2

L’expérience prend la forme d’une visite de musée, avec une voix off expliquant le contexte du projet, l’importance de certains objets particuliers et la méthode de reconstruction.

Dans les prochains mois, The Economist prévoit d’ajouter à son application des expériences de réalité virtuelle plus poussées, incluant un film en RV ainsi qu’une data visualisation du projet. Le studio VR Visualise a aidé l’équipe de The Economist à produire ces nouvelles expériences vidéo.

Le Projet Mossoul a changé son nom en Rekrei en Octobre 2015, au moment où ses créateurs décidaient d’élargir  leur  champ d’intervention au-delà de la reconstruction de Mossoul, en l’ouvrant à la préservation du patrimoine mondial au sens plus large. Rekrei a par exemple travaillé sur une reconstruction virtuelle de Katmandou,  ville qui a été dévastée par un séisme en Avril 2015.

Technologie et patrimoine: des questions ouvertes 

L’avènement des reconstructions numériques patrimoniales pose des questions sur leur propriété et l’utilisation, et la mesure dans laquelle ils peuvent agir comme substituts aux originaux. Ces questions sont abordées dans deux podcasts qui accompagnent l’expérience VR, et qui portent notamment sur le rôle de la technologie dans la préservation du patrimoine culturel et sa mise à disposition au plus grand nombre.

Une nouvelle stratégie pour l’éditeur britannique

Cette entrée dans le monde de la réalité virtuelle s’intègre dans la stratégie « read, watch, listen » (« lire, regarder, écouter ») de The Economist proposant maintenant des contenus détaillés et étudiés du magazine disponibles dans de multiples formats sur des plateformes digitales différentes.

Site web de l’expérience

SOURCES: The Economist, Rekrei

Date de première publication: 01/06/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

La start up française Iconem numérise en 3D et publie sur le web les modélisations des sites archéologiques syriens menacés

Détruite par Daech, l’arche de Palmyre sera bientôt reconstruite en 3D taille réelle et exposée à Londres et NY

Des archéologues prévoient d’inonder le Moyen Orient d’appareils photos numériques pour « sauver » les trésors menacés par l’Etat islamique

M. Vincent et C. Coughenour: « Nous souhaitons mobiliser le monde pour reconstituer le patrimoine culturel de la ville de Mossoul »

Avec les lunettes Oculus Rift, un musée virtuel propose de découvrir des œuvres d’art perdues

Avec un film en 3D et une application en réalité augmentée, Avignon reconstitue son pont

Visite virtuelle, applications mobiles … l’acropole d’Athènes se décline en version numérique

Google au secours des trésors d’Irak