Tour du monde des expositions innovantes en 2019 (05/02/2019)

Bill Viola et Miche Ange à Londres, Teamlab au Cameron Art Museum, Pierre Bonnard à Londres, … Dans ce dossier, le CLIC France vous propose un tour du Monde des expositions innovantes en 2019. 

Lire aussi le dossier: DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs innovants en 2019

  • Bill Viola / Michelangelo, Life Death Rebirth : Royal Academy of Arts – Londres (du 26 janvier au 31 mars 2019)

Pour sa première exposition dédiée à l’art vidéo, la Royal Academy of Arts de Londres met en parallèle le travail de l’artiste américain pionnier du genre Bill Viola et celui du maître de la Renaissance italienne Michel-Ange, même si cinq siècles séparent le peintre italien Michel-Ange (1475-1564) et le vidéaste américain Bill Viola désormais âgé de 68 ans.

Bande-annonce de l’exposition:

L’exposition prend la forme d’un voyage immersif à travers les cycles de la vie, et s’intéresse au tumulte de l’existence et à la possibilité d’une renaissance.

Cette première exposition de la Royal Academy dédiée à l’art vidéo propose un dialogue artistique entre les 12 installations vidéo de Bill Viola réalisées entre 1977 et 2013 et 15 œuvres de Michel-Ange comprenant quatorze dessins complètement terminés issus de la collection de la Reine d’Angleterre et le fameux bas-relief Tondo Taddei.

En 2006, Bill Viola at reçu un choc et une sorte de révélation en visitant la “Print Room” du château de Windsor, dans laquelle se trouvent les dessins de Michel-Ange qu’il ne connaissait qu’en reproductions.

Cette visite est peut-être d’ailleurs à l’origine de l’exposition londonienne Bill Viola/Michelangelo.

“Lors de mes voyages et de mes expériences, tout d’abord à Florence puis principalement dans des cultures non-occidentales, j’ai commencé à prendre conscience de l’existence d’une tradition plus profonde, un mouvement sous-jacent reliant les époques et les cultures… une ancienne tradition spirituelle qui s’intéresse à la conscience de soi”, explique Bill Viola.

La scénographie de l’exposition crée un dialogue unique entre les deux artistes, notamment sur le paradoxe de la mort. Ainsi La Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste, dit Tondo Taddei (env. 1504-05), sculpture dans laquelle Michel-Ange dépeint Jean-Baptiste enfant tenant un oiseau voletant, devant lequel le Christ enfant recule, saisi d’effroi est présentée aux côtés de The Messenger (1996) de Bill Viola, qui utilise la métaphore de l’eau pour présenter le cycle éternel de la naissance, de la vie et de la mort.

L’exposition “Bill Viola/ Michelangelo” est présentée à la Royal Academy of Arts de Londres du 26 janvier au 31 mars 2019. 

Site web de l’expo

SOURCE: Royal Academy of Arts, presse

Photos: RAA, Bill Viola, Royal Collection

Date de première publication: 05/02/2019

  • Un sponsor chinois pour l’exposition Pierre Bonnard de la Tate de Londres (du 24 janvier au 6 mai 2019)

Illustration du rôle croissant joué par les mécènes internationaux et notamment asiatiques, dans le soutien aux activités de la Tate, la nouvelle grande exposition de la Tate Modern ouverte le 24 janvier 2019 et consacrée à l’artiste français Pierre Bonnard est soutenue par le groupe chinois CC Land.

Bande-annonce de l’exposition:

L’implication de ce mécène (et sans doute son engagement financier) est telle que l’exposition est titrée « The C C Land Exhibition: Pierre Bonnard: The Colour of Memory ». Le titre de l’exposition, incluant le nom du mécène, est présent sur tous les supports de communication à l’intérieur et surtout à l’extérieur du musée.

Avec ce soutien financier unique, la Tate Modern offre ainsi à ses visiteurs la première grande exposition de Pierre Bonnard au Royaume-Uni en 20 ans, présentant le travail de ce peintre français novateur et très aimé sous un nouveau jour. « L’exposition rassemble une centaine de ses plus grandes œuvres de musées et de collections privées du monde entier. Il révèle comment les couleurs intenses et les compositions modernes de Bonnard ont transformé la peinture dans la première moitié du XXe siècle, et célèbre sa capacité sans pareille à capturer des moments, des souvenirs et des émotions fugaces sur la toile. Couvrant quatre décennies de l’apparition du style unique de Bonnard en 1912 à sa mort en 1947, cette exposition montre comment l’artiste a construit ses paysages vibrants et ses scènes domestiques intimes de mémoire« .

L’exposition est organisée par la Tate Modern en collaboration avec Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague et Kunstforum Wien.

CC Land Holdings Limited est un groupe financier et immobilier basé à Hong Kong. Il est présent au Royaume-Uni depuis 2017, après l’acquisition de deux immeubles de luxe de la capitale britannique, One Kingdom Street et du Leadenhall Building à Londres.

M. Cheung Chung-Kiu, président de CC Land, a déclaré: « Nous sommes ravis de nous associer à Tate pour soutenir l’exposition The CC Land: Pierre Bonnard – La couleur de la mémoire à la Tate Modern. Cette exposition présente Bonnard comme une figure de proue importante et inspirante du XXe siècle. Nous sommes honorés de nous associer à Tate pour cette première exposition de son travail au Royaume-Uni pendant vingt ans.”

EXPOSITION CC LAND PIERRE BONNARD LA COULEUR DE LA MÉMOIRE

Tate Modern

23 janvier 2019 – 6 mai 2019

18 £ / GRATUIT pour les membres

Tarif réduit 17 £

Enfants 12-18 ans 5 £

Moins de 12 ans GRATUITS (jusqu’à quatre enfants gratuits par adulte)

  • 1ère exposition TeamLab au Cameron Art Museum (Wilmington, Caroline du Nord, USA)

Intitulée «Un temps où l’art est partout», l’exposition propose une immersion interactive dans un monde en technicolor, rempli notamment de tortues, d’éléphants et de dragons numériques.

(c) TeamLab / Cameron Art Museum

L’exposition «Une époque où l’art est partout», présentée au Cameron Museum of Art pendant 1 an, consiste en trois parties interactives: «Sketch Aquarium», «Histoire du temps où les dieux étaient partout» et «Ensemble de 12 fleurs et cadavres». Chacune offre aux visiteurs une nouvelle façon d’explorer l’art et d’interagir avec la technologie.

« Cela ne ressemble à rien de ce que le CAM a offert avant », déclare Scott Relan, responsable des communications et de la planification stratégique du musée« L’art numérique a le pouvoir de captiver les visiteurs. »

Dans l’installation «Sketch Aquarium», l’illusion d’un paysage marin sous-marin composé de récifs coralliens numériques, de bulles et de raies pastenagues s’enroule d’un coin à l’autre de l’espace faiblement éclairé.

Enfants et adultes sélectionnent un modèle de tortue, poisson, requin, méduse, hippocampe, etc., et le colorient avec des crayons. Une fois l’opération terminée, ils numérisent l’image et regardent la créature s’éveiller devant leurs yeux. Les visiteurs peuvent ensuite interagir physiquement avec leurs créatures marines en touchant l’écran.

(c) TeamLab / Cameron Museum of Art

La seconde installation intitulée «L’histoire du temps, quand les dieux étaient partout», contient divers symboles kanji – ou langue japonaise – qui partent du haut de la projection. Quand on le touche, la langue prend vie. Ainsi, si quelqu’un touche la traduction de «arbre», il verra un oiseau aquarelle qui glisse délicatement pour se percher sur une branche. Grâce à l’interaction du public, une histoire visuelle est formée progressivement et modifiée en fonction des symboles choisis par les participants.

Le troisième et dernier volet est «Ensemble de 12 fleurs et corps». Douze vignettes verticales s’étalent de gauche à droite sur un long mur. Chaque panneau synchronisé raconte un chapitre de l’histoire japonaise.

Le Cameron Art Museum associe un objet de la collection permanente du musée pour compléter le «Lot de 12 fleurs et cadavres», une version imprimée traditionnelle d’une fable japonaise.

« Je pense qu’il y a 20 ans, les gens n’appréciaient pas le travail numérique parce qu’il semblait superficiel, cliché et plat », commente Relan, « mais il existe maintenant une profondeur qui permet [aux] amateurs d’art plus âgés de l’apprécier comme ils ne l’auraient pas. Il y a quelques années ».

« Une époque où l’art est partout »
Du 25 août 2018 au 9 septembre 2019,
Cameron Art Museum
3210 South 17th St.
Tarif:  6 $; et gratuit pour les moins de 3 ans

Site web de l’exposition

(Source: Cameron Museum of Art)

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs innovants en 2019 

DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs innovants en 2018 

Laisser un commentaire