DOSSIER / Tour du Monde des sites web de collection muséale lancés, transformés ou enrichis (15/11/2020)

Avec le confinement et l’augmentation de la consommation des contenus culturels en ligne, les musées du monde entier ont dû renforcer leur offre numérique et favoriser une meilleure diffusion de leurs collections sur internet. Sur tous les continents, les sites web de collection sont ainsi refondus et enrichis. Quand la collection en ligne (re)devient une priorité, tour du Monde de ces initiatives récentes, avec une étape à Cambridge, Ball State (Indiana), NYC, Fort Lauderdale, Londres et Sydney.

  • Nouveau design, nouvelles séries vidéo, accessibilité renforcée … le Rijksmuseum d’Amsterdam a mis en ligne son nouveau site internet (12/11/2020)

Le 12 novembre 2020, le site Web déjà primé du Rijksmuseum a révélé son nouveau look, totalement repensé.

Outre le nouveau style et le nouveau langage visuel, le Rijksmuseum lance une toute nouvelle plate-forme appelée Stories. Cette rubrique sera « le centre de toutes les histoires qui se déroulent dans le musée et dans les coulisses ».  (Lire article du Clic France: Nouveau design, nouvelles séries vidéo, accessibilité renforcée … le Rijksmuseum d’Amsterdam a mis en ligne son nouveau site internet)

(Source: Rijksmuseum)

  • Le Fitzwilliam Museum de Cambridge met en ligne une version beta de son nouveau site web et interroge ses visiteurs

En octobre 2020, le Fitzwilliam Museum de l’Université de Cambridge a mis en ligne son nouveau site web https://beta.fitz.ms/, mais dans une version béta.

« β : Ceci est une version bêta du nouveau site Web potentiel du musée Fitzwilliam. Nous voulons co-concevoir notre présence au Musée virtuel avec vous. Vous pouvez revenir à tout moment sur notre site actuel«  annonce le musée sur sa nouvelle page d’accueil.

Cette nouvelle version du site web du musée laisse une large place à l’image et aux vidéos plein écran. Une tendance de fond que l’on peut retrouver dans la majorité des refonte web des musées du monde.

(Source: Fitzwilliam Museum)

  • Le musée d’art David Owsley de Ball State (Indiana, USA) étend sa portée grâce à une collection en ligne (10/2020)

Le 8 octobre 2020, le musée d’art David Owsley (DOMA), situé sur le campus de la Ball State University (Indiana, USA) depuis des décennies, a annoncé qu’il allait « partager la richesse de sa collection en ligne ».

Les visiteurs peuvent désormais découvrir leurs œuvres d’art préférées et en apprendre davantage sur d’autres en utilisant la page de recherche de la collection numérique du DOMA. Une collection en ligne qui permet de parcourir un premier catalogue de plus de 1 000 objets de la collection du musée.

capture d'écran d'une collection en ligne au David Owsley Museum of Art

Le site sera continuellement mis à jour avec de nouvelles informations et des œuvres d’art supplémentaires de la collection permanente du musée de plus de 11 000 œuvres provenant de six continents représentant 5 000 ans de civilisation.

« La collection en ligne est le fruit d’un effort accru de mise à jour de la fondation numérique du musée grâce à un nouveau système de gestion de la collection, qui met à disposition des images et des données sur les trésors du musée à des fins éducatives », a déclaré Robert La France, directeur du DOMA. « Pour le moment, presque toutes les œuvres d’art exposées dans les galeries peuvent être consultées en ligne et nous sommes impatients d’élargir la sélection pour inclure les œuvres d’art en stock. »

Grâce à sa page de recherche personnalisée, DOMA est désormais en mesure de partager sa collection d’art avec des étudiants, des chercheurs, d’autres musées d’art et des amateurs d’art à la fois localement et mondialement.

La nouvelle collection en ligne a été rendue possible grâce à une subvention de la Ball Brothers Foundation (BBF).

« La Ball Brothers Foundation est fière de soutenir l’effort visant à rendre la collection du musée accessible aux visiteurs virtuels du monde entier », a déclaré Jud Fisher, président et chef de l’exploitation du BBF« Il est rare pour une ville de notre taille d’avoir une collection d’art de classe mondiale et la numérisation de la collection renforcera Muncie en tant que centre des arts et de la culture dans le Midwest et au-delà. Nous sommes reconnaissants à l’équipe DOMA pour son travail acharné afin de rendre ce projet possible. »

Les amateurs d’art peuvent parcourir un certain nombre de sélections d’œuvres thématiques, telles que des paysages ou des portraits. Ils peuvent effectuer une recherche plus spécifique par artiste, support et siècle, entre autres, ainsi qu’une fonction de recherche en haut de chaque page où des termes tels que «meubles» et «africain» donnent des résultats rapides.

DOMA n’a cessé de se développer depuis que le bâtiment des Beaux-Arts, a été ouvert en 1935. Le musée a été rebaptisé David Owsley Museum of Art en 2011, en l’honneur de ses généreux donateurs. En 2013, le musée a subi une autre rénovation de plusieurs millions de dollars, augmentant l’espace de sa galerie de près de 50%.

L’exposition actuelle de DOMA, 20/20: Twenty Women Artists of the Twentieth Century, se déroule jusqu’au 20 décembre 2020 et présente une sélection de peintures, photographies, gravures, sculptures et dessins architecturaux de la collection du musée, ainsi que des prêts.

Base de données des collections du DOMA

(Source: bsu.edu)

  • Casula Powerhouse (Sydney) (08/2020)

Le 20 août 2020, le Centre des arts Casula Powerhouse a annoncé l’accès en ligne à sa collection collection.casulapowerhouse.com/explore, une initiative qui continuera de voir le Centre offrir un accès universel aux arts et élargir son programme numérique, largement déployé pendant le confinement.

Plus de 200 œuvres d’art de la vaste collection sont maintenant disponibles à découvrir et à apprécier en ligne – y compris 114 pièces de la célèbre artiste de Liverpool Gina Sinozich, décédée en juin 2020.

Gina Sinozich, domiciliée à Casula, est connue pour « son style artistique distinctif et sa puissante capacité à raconter des histoires ». Immigrante croato-australienne, Gina et sa famille sont arrivées en Australie après la Seconde Guerre mondiale, effectuant le voyage en bateau depuis l’Istrie après la dissolution de la Croatie.

Les récentes acquisitions et œuvres d’art d’artistes locaux de Liverpool figureront également en bonne place dans la première version de la collection en ligne du Casula. Le Centre continuera d’ajouter des œuvres sur site Web, tout en poursuivant son programme de numérisation des collections.

La collection en ligne (210 œuvres) peut être explorée par artiste, par couleur, par type d’objet et par mot clé. 

Chaque oeuvre fait l’objet d’une fiche, illustrée et complétée par des informations et tags.

Le 5 septembre, une exposition présentant une sélection d’œuvres de la collection en ligne a ouvert au Casula Powerhouse, offrant l’occasion au public de découvrir « en personne » certaines des chefs d’oeuvres présentés sur le site Web.

Situé sur les rives de la rivière Georges, le Casula Powerhouse est un centre artistique multidisciplinaire. Présentant six galeries et proposant une gamme d’expositions permanentes et temporaires, le Casula Powerhouse est un espace artistique de premier plan dans le sud-ouest de Sydney. Bénéficiant d’un théâtre de 321 places, Casula Powerhouse accueille chaque année une gamme de productions théâtrales et cinématographiques.

(Source: Casula Powerhouse)

  • Rubin Museum of (Asian) Art (07/2020)

Avec une collection de renommée mondiale de près de 4000 objets couvrant plus de 1500 ans de la région himalayenne, le Rubin Museum of Art a lancé le 16 juillet 2020 une nouvelle base de données en ligne de ses collections en ligne.

Un total de 381 objets de la collection permanente du musée Rubin sont désormais disponibles sur collection.rubinmuseum.org . Il s’agit de la première phase d’une initiative visant à rendre la collection du musée Rubin accessible aux visiteurs, étudiants, enseignants et universitaires du monde entier. D’autres objets seront ajoutés en permanence, avec l’objectif ultime de publier intégralement la collection.

« Ce projet met en valeur les efforts croissants et concertés du Rubin Museum pour placer l’art himalayen au centre de la recherche mondiale », a déclaré le directeur exécutif Jorrit Britschgi. « En fournissant un accès, des données précises sur chaque objet et des images de haute qualité au public et aux universitaires, la base de données nous permet de partager l’étendue et la beauté de notre collection du Tibet et de la chaîne de montagnes himalayenne qui s’étend au Népal, au Bhoutan, en Mongolie, Inde et au-delà. Cela deviendra une ressource importante dans le domaine de l’art himalayen et je suis ravi de partager son lancement ».

La base de données contient 147 peintures, 112 sculptures et 29 objets rituels tels que des bols à offrandes et des moulins à prières. D’autres objets comprennent des meubles, des gravures et des dessins, des éléments architecturaux et des manuscrits. Ces objets représentent des œuvres d’art exposées dans les galeries au cours des trois dernières années ainsi que des chefs-d’œuvre de la collection.

Les amateurs et curieux peuvent explorer les œuvres d’art en utilisant 16 rubriques, telles qu’une sculpture, un manuscrit ou un objet rituel, ainsi que par origine, période de temps, mot-clé et si l’objet est visible dans le musée. Des informations supplémentaires, lorsqu’elles sont disponibles, accompagnent également les objets.

Les fonctionnalités supplémentaires incluent la possibilité de partager des informations et des images via les réseaux sociaux et par e-mail, ainsi qu’une section «Favoris» où les visiteurs peuvent créer et enregistrer des œuvres d’art dans leurs propres collections pour les retrouver ensuite.

« Avoir une base de données de collections numériques est un objectif de longue date, et je suis très fiere du travail que notre équipe a accompli au cours de la dernière année pour lancer ce projet. Avant ce lancement, un certain nombre d’œuvres d’art étaient disponibles en ligne mais avec des capacités de recherche très limitées. Cette nouvelle plate-forme offre plus de fonctionnalités et un point d’entrée plus facile pour les visiteurs qui souhaitent en savoir plus sur notre collection. Nous sommes impatients d’élargir la base de données au cours des prochaines années avec l’ajout de nouveaux objets chaque mois », déclare la directrice de l’administration des conservateurs et des collections Michelle Bennett Simorella.

(Source: Rubin Art Museum)

  • Le NSU Art Museum (Floride) lance une collection en ligne avec accès à plus de 2 000 œuvres (06/2020)

Le 25 juin 2020, le NSU Art Museum Fort Lauderdale a annoncé le lancement de la première phase de son nouveau catalogue de collections en ligne qui offre un accès à plus de 2 000 des 7 500 objets de sa collection permanente.

Désormais accessible sur le site Web du NSU Art Museum, nsuartmuseum.org, la collection en ligne fait partie « des efforts du Musée pour améliorer ses ressources numériques et les rendre largement accessibles au public, aux universitaires et aux étudiants ».
Pin on NSU Art Museum Fort Lauderdale

« Avec notre nouvelle collection en ligne, nous ouvrons nos portes encore plus largement et invitons le monde à explorer la portée et la profondeur exceptionnelles du NSU Art Museum », a déclaré Bonnie Clearwater, directrice et conservatrice en chef. « Au cours des années 1970, les fondateurs du musée ont cherché à représenter la diversité du sud de la Floride dans les œuvres d’art collectées et exposées. La collection a continué de croître avec cet objectif à l’esprit ».

Aujourd’hui, le NSU Art Museum est connu pour son importante collection d’art latino-américain, d’art contemporain mettant l’accent sur les femmes, les artistes noirs et latins et l’art africain qui s’étend du 19e au 21e siècle, ainsi que les œuvres de l’artiste américain William Glackens, des artistes danois qui ont résisté à l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale et du groupe international d’artistes CoBrA qui a émergé dans le sillage de la guerre.

Le site en ligne propose une base de données consultable d’une grande variété de médias, ainsi que des notes de conservateur, des histoires d’expositions et des informations bibliographiques. Les visiteurs peuvent soumettre leurs propres critères de recherche ou choisir de parcourir les œuvres présentées. Ils peuvent également envoyer des requêtes directement à partir des pages d’objets au département de conservation du NSU Art Museum.

Le personnel de conservation du Musée continuera d’ajouter des entrées au catalogue de la collection en ligne au cours des deux prochaines années.

La collection en ligne du NSU Art Museum est rendue possible grâce au soutien du National Endowment for the Arts, de la Sansom Foundation, de Stanley et Pearl Goodman, de Linda Marks et de Joan et Stephen Marks.

(Source: NSU Art Museum Fort Lauderdale)

  • Le British Museum (Londres) enrichit sa collection en ligne avec plus d’images, une fonction zoom et un accès libre, hors usage commercial (04/2020)

Le 28 avril 2020, le British Museum a lancé une refonte majeure de sa base de données de collections en ligne, permettant à plus de 4 millions d’objets d’être explorés par « des visiteurs » du monde entier.

Cette nouvelle version de la base de données en ligne – officiellement appelée British Museum Collection Online – a été dévoilée plus tôt que prévu afin que les personnes qui sont actuellement soumises à des mesures de confinement en raison de Covid-19 puissent profiter librement et de manière plus conviviale aux trésors « d’une des plus grandes collections du monde » dans le confort de leur propre maison. A l’occasion de cette refonte, l’institution britannique ouvre sa collection, mais sans aller jusqu’à « libérer l’usage commercial ».

(Article du Clic France: Le British Museum enrichit sa collection en ligne avec plus d’images, une fonction zoom et un accès libre, hors usage commercial)

  • La Smithsonian Institution publie 2,8 millions d’images gratuites pour une utilisation totalement libre (02/2020)

Le 25 février 2020, la Smithsonian Institution a annoncé le lancement de Smithsonian Open Access , une initiative qui supprime les restrictions du droit d’auteur de Smithsonian sur environ 2,8 millions de ses images de collection numérique et près de deux siècles de données. 

Cela signifie que les utulisateurs du monde entier peuvent désormais télécharger, transformer et partager ce contenu en libre accès à n’importe quelle fin, gratuitement, sans autre autorisation du Smithsonian.

Parmi les musées et les institutions culturelles du monde, Smithsonian Open Access est le programme d’accès ouvert le plus vaste et le plus interdisciplinaire à ce jour. Le Smithsonian continuera d’ajouter des éléments de façon continue, avec plus de 3 millions d’images diffusées en accès libre d’ici la fin de 2020.

(Article du Clic France: La Smithsonian Institution publie 2,8 millions d’images gratuites pour une utilisation totalement libre)

SOURCES: Rubin Museum, Casula Powerhouse, Smithsonian Institution, British Museum

PHOTOS: Rubin Museum, Casula Powerhouse, Smithsonian Istitution, British Museum

Date de première publication: 30/10/2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

 

Le Getty Research Institute présente un site web interactif explorant 12 ans de photos d’Ed Ruscha sur Sunset Boulevard (LA)

La webapp « Paris avant-après » prolonge l’exposition « Paris 1910-1937. Promenade dans les collections Albert-Kahn »

Un algorithme IA du MIT établit des liens inattendus entre des œuvres d’art du Met et du Rijksmuseum

Le British Museum enrichit sa collection en ligne avec plus d’images, une fonction zoom et un accès libre, hors usage commercial

Pour célébrer son 220e anniversaire, la Bibliothèque du Congrès Américain publie l’application LOC Collections

La Smithsonian Institution publie 2,8 millions d’images gratuites pour une utilisation totalement libre

Open data / Open content : la ville de Marseille choisit l’ouverture de ses données muséales et patrimoniales

Laisser un commentaire