Comme il le fait très souvent, le musée Guggenheim accompagne l’exposition Picasso « Black and White » par un très beau site évènementiel. Cet espace en ligne propose une sélection de 22 oeuvres commentées et parfois comparées. Une manière de mieux comprendre le travail de Picasso et ses inspirations.

« Picasso Black and White » est la première exposition consacrée à l’usage du noir et blanc par le prolifique peintre espagnol. Un travail créatif innovant qui a influencé les artistes qui l’ont suivi et parfois copié. Les oeuvres présentées de manière chronologique couvrent la période 1904 à 1971. Des peintures, sculptures et dessins en blanc, noir et gris.

Les références de Picasso

Picasso avait l’habitude de faire référence aux anciens grands maitres comme Francisco de Goya et Diego Velasquez dont il s’inspire largement pour ses tableaux « Femme avec enfant mort II » en 1937 ou encore « Les Ménines » d’après Vélasquez en 1957. Parmi la majorité de la série de 58 peintures réalisées en 1958 par Picasso, 44 sont directement inspirées de l’œuvre de Velasquez. Pour « Le Charnier » (1944-45), Picasso imite les scènes macabres et inquiétantes que l’on retrouve dans « Ravages de guerre» (Estragos de la guerra) de Goya (1810-1812). Picasso a également réinterprété les idoles préhistoriques et les déesses de fertilité, comme la Vénus de Lespugue (environ 23 000 ans avant notre ère). Ces objets ont clairement influencé l’œuvre « Femme au vase » en 1933, une sculpture actuellement exposée dans la rotonde du musée.

Picasso, Atelier de la modiste, 1926

A travers ce site, le commissaire de l’exposition Carmen Gimenez et son conservateur adjoint Karole Vail, donnent un aperçu du contexte historique du travail créatif de l’artiste. Plusieurs rubriques permettent au public d’aborder les œuvres et offrent une compréhension générale de l’exposition avant ou après sa visite.

Le visiteur y trouve notamment une introduction, une sélection de 22 œuvres expliquées, parfois enrichies de commentaires audioguide et une biographie.

La visite du site est d’autant plus intéressante lorsque ses auteurs proposent des face à face d’oeuvres.

La « Femme au vase » face à une Venus de Lespuge, « The Maids of Honor » face aux Ménines, de Velázquez, « Le charnier » face aux « ravages de la guerre » de Goya, « le grand nu couché » face à un autre nu de Goya,  la « tête de mort » face à celle de Pereda et Cezanne, la « femme à l’enfant mort » face aux fusillés de Goya.

Un exercice comparatif réussi qui justifie la visite de ce site évènementiel.

« Picasso Black and White », Guggenheim Museum, New York, 5/10/2012 – 23/01/2013