Une nouvelle forme de campagne interactive pourrait associer les visages du public à des œuvres d’art

Le Rijksmuseum n’en finit pas de nous surprendre par ses innovations numériques ou d’inspirer les créateurs. Rijks Emotions, outil particulièrement innovant conçu par des étudiants, permettrait d’associer dans la rue le visage d’un passant et un tableau du passé. Une très bonne idée qui devra néanmoins obtenir le soutien officiel du musée pour devenir réalité.

rijks emotions

« Avez-vous déjà traversé une galerie d’art intrigué par les visages dans les peintures qui vous fixe ? » A cette question, un groupe de quatre étudiants a répondu en proposant une expérience de l’art-visualisation, dans la rue et s’adressant en particulier aux plus jeunes.

À l’ère numérique, et dans le contexte du succès des applications Instagram et Vine, les étudiants ont souhaiter inventer une manière plus originale et intelligente d’utiliser la photographie, au delà d’un simple selfie. Rijks Emotions souhaite créer une « vraie expérience d’appropriation des œuvres d’art et attirer les jeunes au musée Rijksmuseum ».

Le projet Rijks émotions utilise l’API ouverte de la collection du Rijksmuseum et la technologie de reconnaissance faciale Sightcorp pour faire correspondre à un portrait d’aujourd’hui une peinture du passé. L’outil utilise également les données concernant l’utilisateur, y compris l’âge, le sexe et l’expression du visage et les associe à une œuvre d’art du musée partageant les mêmes qualités et caractéristiques.

Rijks Emotions se présenterait comme une publicité interactive sur un panneau d’affichage installé dans le centre d’Amsterdam, devant lequel les utilisateurs pourront se faire prendre en photo et voire apparaître instantanément côté de leur portrait une peinture du musée.

rijks emotions presentation1.007

Comme l’expliquent les concepteurs de l’outil: « l’utilisation de cette reconnaissance faciale hautement personnalisée offre une expérience interactive et immersive unique ». 

Un projet étudiant innovant et intelligent

Autre aspect de cette démarche très originale: c’est dans le cadre du programme sur les données numériques proposée par l’école numérique Hyper Island, que les élèves ont développé ce prototype d’une campagne numérique hors les murs du Rijksmuseum d’Amsterdam. Un projet de 4 semaines pour apprendre le code et l’utilisation des apis.

Comme l’explique les 4 étudiants: « le concept a été inspiré par la baisse de la fréquentation et de l’intérêt des jeunes pour les musées. Nous avons voulu présenter les œuvres du musée dans le contexte de la vie quotidienne. La technologie offre une représentation visuelle des similitudes entre les visages d’aujourd’hui et la vision des artistes d’hier. Les personnages – réels ou fictifs – représentés sur les murs du musée sont apparemment beaucoup plus semblables à nous-mêmes que nous pourrions imaginer. »

Ces 4 étudiants doivent maintenant convaincre le musée de les suivre afin de transformer cette idée en action marketing.

L’association du visage d’un visiteur à un portrait d’un artiste est également l’une des activités interactives proposées par le Cleveland Museum, dans sa Gallery One.

Rijks émotions

SOURCE: Hyper Island, PSFK, trendhunter.com

Date de première publication: 16/11/2014

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Pour célèbrer son 1er anniversaire, le Rijksstudio organise le concours «Faites votre propre chef-d’œuvre»

En attendant sa réouverture en avril 2013, le Rijksmuseum d’Amsterdam ouvre un studio numérique pour découvrir et jouer avec 125,000 oeuvres

Laisser un commentaire