Une version numérique enrichie des manuscrits de la mer morte mise à la disposition du public

Un an après sa mise en ligne initiale (le 18 décembre 2012), la version numérique des manuscrits de la mer Morte fait aujourd’hui l’objet d’un enrichissement important. Depuis le 15 février 2014, la nouvelle mise à jour de la bibliothèque comprend «10 000 nouvelles photographies de qualité sans précédent. »  

Temple-Scroll_2009606b

Comme nous vous en avions parlé sur le site du CLIC, les manuscrits de la mer Morte sont consultables gratuitement sur le site de la Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library depuis le 18 décembre 2012. Cette exposition virtuelle est le fruit d’un partenariat entre l’institut israélien des antiquités (IAA) et la société Google. Grâce à un travail minutieux, 930 manuscrits et objets bibliques, comprenant plus de 30.000 fragments, avaient pu être mis en ligne pour créer la bibliothèque virtuelle des manuscrits de la Mer Morte.

Écrits entre le troisième et le premier siècle avant Jésus Christ, ces documents contiennent les plus anciens manuscrits bibliques connus à ce jour, découverts entre 1947 et 1956 dans les caves de Qumran. Avant leur mise en ligne, seuls quelques scientifiques avaient eu le privilège d’examiner ces textes.

Vidéo de présentation des manuscrits de la Mer Morte (9/10/2012):

Nouvelle version enrichie avec 10 000 nouvelles images

Selon le communiqué de l’AAI, la nouvelle mise à jour du site www.deadseascrolls.org.il offre

. 10 000 nouvelles images haute résolution et multispectrales

. de nouvelles explications sur une partie des manuscrits, comme le livre de l’Exode écrit en écriture paléo-hébraïque, les livres de Samuel, le Rouleau du Temple, les Chants du sacrifice de Shabbat, et la Nouvelle Jérusalem« .

. l’amélioration des métadonnées

. les descriptions de manuscrits supplémentaires

. des pages de contenu traduits en russe et en allemand, en plus des langues existantes l’anglais et de l’hébreu

. un moteur de recherche plus rapide

. un accès plus facile à facebook et twitter depuis les pages du site.

Comme le résume l’IAA, le site est entré dans « sa version 2.0 ».

« Le grand public du monde entier va maintenant être en mesure de voir, d’explorer et d’examiner l’une des plus grandes découvertes archéologiques du 20e siècle sur leurs ordinateurs personnels et même sur leurs téléphones cellulaires. 

Les archives numériques des manuscrits de la Mer Morte représentent un nouveau jalon dans les annales de l’histoire de l’une des plus grandes découvertes de manuscrits de tous les temps ».

De nombreux services

IAA dead scroll megilotgoogleLe site permet aux internautes de consulter en ligne et gratuitement la version numérique des célèbres rouleaux de papyrusUne fenêtre interactive permet de faire défiler chaque papyrus, de zoomer sur des détails et de les afficher en plein écran. Grâce à une qualité en 1 215 dpi de résolution, les utilisateurs peuvent ainsi percevoir les détails les plus infimes contenus dans ces textes, en les examinant au plus près sans risquer de les abîmer.

Par ailleurs, l’internaute peut effectuer des recherches concernant un fragment de papyrus en particulier en définissant différents critères :

–         la langue d’écriture (hébreu, araméen, grec, nabatéen)

–         le lieu de sa découverte

–         son contenu : il est possible d’accéder au texte en recherchant une phrase issue d’un de ces parchemins célèbres.

Certains de ces fragments bénéficient en outre de  notes, visibles lorsque l’on fait glisser la souris au dessus du texte, et faisant des traductions et des commentaires historiques, pour une information plus complète. 

Parmi les fragments mis en ligne, on peut consulter le livre de la Genèse, qui décrit la création des cieux et de la terre, ainsi que le bannissement des premiers humains du jardin d’Eden, mais aussi l’un des premiers exemplaires du livre du Deutéronome, connu pour inclure les 10 commandements.

Plus d’un demi-million de visiteurs et bientôt une nouvelle version

Un an s’est écoulé depuis que la Autorité des Antiquités d’Israël a lancé la Bibliothèque numérique des manuscrits de la Mer Morte Leon Levy. Plus d’un demi-million de personnes dans le monde ont visité le site; 25 000 nouveaux utilisateurs y accèdent chaque mois.

L’Autorité des Antiquités d’Israël ne compte pas s’arrêter là. L’IAA mène actuellement des discussions avec des institutions locales et internationales pour ajouter à la bibliothèque numérique de nouvelles transcriptions et traductions des textes. Les prochaines versions du site devraient également inclure des images supplémentaires, des outils pour les chercheurs, des données sur la conservation, des contenus dans de nouvelles langues, ainsi que de nouvelles fonctionnalités de recherche.

De nouveaux outils de conservation des rouleaux originaux

Grâce à la collaboration d’entreprises internationales, un système unique de surveillance pour la conservation des manuscrits a été développé à l’aide des images multispectrales. Ce système de surveillance vise à assurer que les rouleaux soient préservés et conservés dans des conditions optimales, proches des conditions réunies dans les grottes du désert de Judée, où les rouleaux ont survécu pendant plus de 2.000 ans. Le système sera installé dans le laboratoire de conservation de la Mer Morte au cours des prochains mois.Grâce à cette technologie de pointe, la surveillance à long terme des rouleaux sera renforcée et aidera à résoudre les défis scientifiques de la préservation des anciens manuscrits.

Site internet

SOURCES: IAA (15/02/2014), biblicalarchaeology.org (18/02/2014)

Auteur: Aurélie Weigel

Date de première publication: 20/02/2014

A LIRE SUR LE SITE DU CLIC:

Israel et Google mettent en ligne 5 000 images des manuscrits de la mer morte

Le Musée national d’Israël s’associe à Google pour numériser les manuscrits de la Mer Morte

Les manuscrits flamands explorés par l’application mobile et le site interactif de la BnF

Le Walters Art Museum prête sa collection numérique de manuscrits médiévaux à l’Université de Stanford

Les bibliothèques du Vatican et d’Oxford s’associent à un mécène pour numériser et diffuser leurs collections de manuscrits sacrés

Laisser un commentaire