Au même moment, à Varsovie et à Poitiers, trois expositions partagent la même originalité. Ce qu’elles ont en commun n’est pas la thématique mais la démarche. Elles ont toutes les trois été conçues par des jeunes dans le cadre d’un projet pédagogique très innovant. Une vision originale partagée pour 3 résultats très différents.

  • « Anything Goes Museum » au Musée National de Varsovie

Le projet « Anything Goes Museum » est une expérience muséologique et pédagogique initiée par la directrice du Musée National de Varsovie, Agnieszka Morawińsk, dans lequel les enfants sont responsables de la préparation de la principale exposition temporaire de printemps du musée à Varsovie.

musée national varsovie expo enfants 4

Préparation. Un groupe de 69 enfants âgés de 6-14 a été divisé en six équipes de conservation. Pendant plus de six mois, les jeunes participants ont appris à connaître le musée et ont travaillé sur l’exposition au cours des réunions hebdomadaires de 4 heures. Les équipes de commissaires juniors ont préparé les scripts et sélectionnés près de 300 œuvres à accrocher. Ils ont également fourni des idées pour les présentations multimédia et le design d’exposition, les dépliants éducatifs conçus, les guides audio enregistrés, les textes des cartels et le choix des œuvres sélectionnées pour les supports promotionnels.

Au fil des réunions, les jeunes ont également appris à connaître l’équipe du musée et ses métiers. Les conservateurs et les restaurateurs ont partagé leurs connaissances sur les oeuvres choisies par les enfants et les équipes communication et marketing ont partagé leur savoir-faire concernant la campagne de promotion. Le Département Publishing a soutenu les junior-conservateurs dans la préparation des textes d’ accompagnement de l’exposition. Le Département de l’éducation a coordonné les réunions hebdomadaires et piloté le projet global.

musée national varsovie expo enfants 2musée national varsovie expo enfants 3

Emission TV sur le montage de l’exposition:

Les expositions. La sélection des thèmes et des expositions est surprenante. Juxtaposant des œuvres de différentes époques, les expositions illustrent les intérêts et les goûts des enfants, ainsi que les objectifs qui – à leur avis – devraient être poursuivis par une exposition idéale. Pour le public, ils ont choisi un grand nombre d’objets mystérieux, avec des informations à déchiffrer. Objectif: proposer une vraie expérience de visite.

musée national varsovie expo enfants 1Exposition Forêt (groupe orange). Cette partie de l’exposition est consacrée au monde des animaux. Les enfants ont essayé de répondre à des questions sur ce que nous avons en commun avec les animaux, et ce qui nous divise. Momies d’animaux en provenance d’Egypte, statues indiennes d’animaux incarnant des divinités, sirènes et harpies peintes par Jacek Malczewski sont juxtaposés avec des figurines en porcelaine de Meissen et de Copenhague ainsi que des oeuvres d’art du 20e siècle.

Dance of the Minotaur (groupe rouge). La conception de cette exposition fait allusion à un labyrinthe. Afin de trouver les pièces, le public doit explorer les couloirs sinueux et des petites chambres. Les visiteurs sont  guidés par les animaux représentés dans deux objets anciens et du 20è siècle. Les œuvres exposées comprennent un  objet décoratif sous la forme de la tête d’un taureau créé il y a plus de trois mille ans et des plaques en céramique avec des représentations d’animaux par Pablo Picasso. L’histoire du roi Minos et du Minotaure est racontée par un film tourné dans des parties du musée inconnues du grand public (le grenier, les sous-sols et des ateliers techniques).

Fantôme (groupe gris). L’objectif des jeunes était d’effrayer les visiteurs. Les enfants ont choisi des œuvres sombres et inquiétantes par des artistes polonais tels que Jan Matejko, Jacek Malczewski, Adam Chmielowski, Bolesław Biegas, Zdzisław Beksinski et Jerzy DudaGracz. Les visiteurs vont voir des peintures de cimetières, des crânes, des tombeaux et des paysages mystérieux avec des fantômes et des vautours. Le principal protagoniste de cette pièce est un collectionneur fou. L’atmosphère de terreur est soulignée par des sons inquiétants et une projection interactive qui permet de redonner vie à une peinture à la vie.

Jouer au héros (groupe jaune). Qui est un héros pour les enfants au 21e siècle? L’exposition du groupe jaune présente 32 héros choisis parmi les saints, les personnages mythologiques et des personnalités historiques. L’exposition présente également une paire d’antiheroes: Miss Pologne qui a volé sa couronne et un toréador dépeint par Francisco de Goya. Au centre de la salle, le visiteur va trouver un grand mots croisés multimédia qui une fois résolu révèle le secret de l’exposition.

Trésor (groupe bleu). Les enfants ont comparé le musée à un trésor, et ont trouvé plus de 50 objets uniques dans ses collections et réserves. L’accès aux trésors est gardée par une lionne et un dragon, et à l’ intérieur de l’exposition le public peut admirer des oeuvres brillantes en argent, or et pierres précieuses. Ces trésors viennent de différents coins du monde: la Syrie, l’ Egypte, l’Extrême -Orient … L’accrochage comprend des figures de divinités associées à la richesse et la bonne fortune – une oie mythique de haïlande ou un dragon chinois. L’exposition est complétée par les déclarations des enfants sur leurs conception du trésors.

Mode (groupe vert). La mode implique-t-elle la souffrance? A quoi ressemblaient les vêtements des anciens sportifs ? Une épée était-elle toujours utilisée pour combattre ? Qui était le Dior polonais? Les réponses à ces questions se trouvent dans des œuvres réparties dans cette exposition, une statue antique avec une coiffure caractéristique, des robes originales et même une collection de chaussures.

L’exposition – divisée en six segments indépendants – présente des œuvres de toutes les collections: objets d’art anciens et arts décoratifs orientaux, sculptures, photographies anciennes et contemporaines, dessins et estampes, monnaies et médailles, des vêtements et des peintures de différentes époques. Beaucoup de ces œuvres n’ont jamais été montrées au public. Les enfants disent qu’ils « les ont trouvées et les ont libérées des érserves du musée. »

Un livre, écrit principalement par les enfants, sera également publié pour raconter l’histoire originale de cette étonnante exposition.

Trailer vidéo de l’exposition:

Exposition du 28 février au 8 mai 2016

Site web

  • « Un autre regard » au Musée de Sainte Croix (Poitiers)

Suivant la même démarche, le musée Sainte-Croix présente deux nouvelles expositions: l’une conçue par des ados, l’autre par des étudiants. Une manière d’impliquer un public parfois difficile à attirer. 

En partenariat avec le centre socio-culturel de Poitiers, Le Local, le musée Sainte Croix a proposé à des adolescents de concevoir leur propre accrochage d’œuvres du musée. Ces jeunes de 11 à 16 ans ont travaillé de la rentrée de septembre 2015 au début 2016 au montage de leur exposition, main dans la main avec les différents métiers du musée.

Au fil du parcours de préparation, les jeunes ont peu à peu répondu à 3 questions: Comment présente-t-on une exposition ? Que souhaitent-ils montrer ? Quel est leur choix d’œuvres ?

musée sainte croix poitiers Un_autre_regard_les_jeunes_trainent_aussi_au_musee_

Début janvier 2016, épaulés par les professionnels du musée, 5 jeunes ont pris part à l’accrochage, dans une des salles d’exposition temporaire de Sainte-Croix. L’expérience, une première tant pour le musée que pour les jeunes, les a enthousiasmés.

« Il faut remercier tous les gens qui nous ont accueillis ici. On a pu voir la face cachée du musée!. Je ne savais même pas que commissaire d’expo était un métier,  je pensais que c’étaient les artistes qui s’occupaient de tout!. Quand on visite le musée, les oeuvres nous sont imposées. On ne demande pas l’avis du public de notre âge. Quand on visite le musée, les oeuvres nous sont imposées. On ne demande pas l’avis du public de notre âge. C’est une très belle expérience. »

musée sainte_croix_poitiers_un_autre_regard_les_jeunes_trainent_aussi_au_musee_2_Leur rôle a été de choisir douze oeuvres parmi les immenses réserves du musée qui comptent « plus d’un million d’oeuvres, avec un seul critère, le coup de coeur »Ils ont d’abord fait une sélection sur catalogue puis ont opéré le choix définitif dans les rayons des réserves. Ils ont ensuite écrit les textes du livret qui sera proposé aux visiteurs de l’exposition.

« L’idée est née au service des publics du musée », explique au journal Centre Presse Mélanie Maingan Sachon, médiatrice culturelle du musée. « On s’est rendu compte que les ateliers de découverte ne fonctionnaient pas au-delà des enfants de 11 ans. Nous avons cherché un projet pour rendre les adolescents acteurs de leur venue au musée. Les accrochages citoyens qui se pratiquent à La Rochelle nous ont aussi servi d’exemple. Nous travaillons déjà avec l’accueil de loisirs du Local, la maison de quartier voisine, et nous avons donc proposé au secteur jeunes de réaliser une exposition. »

Cinq jeunes se sont portés candidats. Accompagnés par le responsable animateur du secteur ados du Local, ils sont venus plusieurs mercredis, entre septembre 2015 et janvier 2016, pour devenir commissaires d’exposition.

Comme l’explique Centre Presse: « Jules voulait des oeuvres en rapport avec le Clain, près duquel il a grandi; Sacha a choisi des peintures évoquant le Sud de la France, où vit son père; François a eu le coup de foudre pour une sculpture, ou plutôt un moulage de buste sans visage; Gianni a sélectionné une représentation de l’enfance du Christ qui lui a « sauté aux yeux »; Vincent, lui, ne voulait que des oeuvres sur sa commune, Migné-Auxances; enfin, Hugues, l’animateur, a choisi une sculpture lui rappelant son grand-père mineur ».

Des classes de collégiens et lycéens ont été invitées à venir voir l’expo, et le musée espère également voir venir le public de la maison de quartier, les familles… Autant de nouveaux visiteurs.

Pendant #MuseumSelfieDay, mercredi 20 janvier, les jeunes ont été invités à se prendre en photo avec ses oeuvres préférées et poster son selfie sur les réseaux sociaux.

  • « Agrégation #1″ au Musée de Sainte Croix (Poitiers)

Une seconde exposition « Agrégation #1 » se déroule dans le même musée de Poitiers jusqu’au 23 mai 2016.

Ce projet pédagogique de l’Université de Poitiers installe un groupe d’étudiants d’histoire de l’art et archéologie en position de commissaire d’exposition, mettant en regard des œuvres du FRAC Poitou-Charentes avec les collections archéologiques du musée Sainte-Croix.

À gauche : Athéna, 1er – 2nd s. ap. J.-C., marbre. © Musées de Poitiers. À droite : Régis Fabre, Vakttorn, 2012. Lit mezzanine en kit requalifié en tour de guet. Collection FRAC Poitou-Charentes. © Richard Porteau

À gauche : Athéna, 1er – 2nd s. ap. J.-C., marbre. © Musées de Poitiers.
À droite : Régis Fabre, Vakttorn, 2012. Lit mezzanine en kit requalifié en tour de guet. Collection FRAC Poitou-Charentes. © Richard Porteau

Des visites commentées par les étudiants, commissaires de l’exposition, ont été proposées lors du « week-end Télérama » les 19 et 20 mars 2016.

Exposition « Un autre regard, les jeunes traînent aussi au musée », du 18 janvier au 3 juillet 2016.

Exposition « Agrégation #1 », jusqu’au 23 mai.

SOURCES: Musée National de Varsovie, Musée Sainte-Croix, Centre Presse

Date de première publication: 15/03/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

D.Merabet et M.Charbonneau (La Piscine): « Nous avons choisi le crowdfunding pour que le public s’empare du projet d’agrandissement »

DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs numériques (22/03/2016)

Le Musée d’Orsay et ARTE Radio vous font découvrir la peinture par les oreilles

Site web participatif, Periscope, et table tactile, l’exposition du Mucem « J’aime les panoramas » joue la carte numérique