Le 14 avril 2021, la Villa du Temps retrouvé à Cabourg offrira un voyage immersif dans la Belle Epoque de Marcel Proust

Partager :

À Cabourg, le 14 avril 2021, un nouveau lieu consacré aux cultures de la Belle Époque ouvrira ses portes au cœur du célèbre éventail de la cité balnéaire. La Villa du Temps retrouvé proposera aux visiteurs l’expérience d’un voyage dans le temps, pour découvrir et comprendre l’âge d’or de la Côte Fleurie à la Belle Époque. Marcel Proust, qui séjourna à Cabourg les étés de 1907 à 1914, où il écrivit des pages fondamentales d’À la recherche du temps perdu, en sera la figure tutélaire, guide et inspirateur des contenus et de l’ambiance du musée. Ce lieu innovant, site vivant érigé au sein d’une villa historique, sera une plateforme essentielle pour mieux comprendre le temps suspendu que représente la Belle Époque et ses liens avec notre période contemporaine.

Alors que l’année 2021 marquera les 150 ans de la naissance de Marcel Proust, la Ville de Cabourg est heureuse de faire revivre l’univers proustien de Balbec. Un salon de thé, des jardins et une riche programmation événementielle (concerts, cafés littéraires, spectacles vivants, conférences, etc.) feront de la Villa du Temps retrouvé un lieu inspirant et centré autour de la transmission.

« Ce musée sera en un sens une machine à remonter le temps, où le visiteur pénétrera dans le décor et l’atmosphère d’une grande maison de Cabourg en 1900, où il croisera Marcel Proust et les personnages d’À la Recherche du temps perdu, et des objets, des films, des musiques, des livres de la période de la Belle Époque. On pourra apprendre,
mais aussi et d’abord, flâner et goûter le plaisir nostalgique d’un monde de beauté et de grande créativité » Jérôme Neutres, Président du Comité
Scientifique et Culturel et commissaire général
d’exposition de la Villa du Temps retrouvé

  • Restaurer une villa à l’architecture remarquable

La Villa du Temps retrouvé prendra place au sein de la Villa Bon Abri. Construite par la famille d’architectes Parent, amie de Marcel Proust, cette demeure balnéaire fait partie des maisons remarquables du dispositif « site patrimonial remarquable » qui protège le cœur historique de Cabourg depuis 2018.

Trois bâtiments la composent : le bâtiment sud, datant des années 1860, présente une architecture stylisée typique des maisons de plaisance — briques creuses rouges et ocres, formant un dessin à croisillons losangés, avant corps en pierre de Caen et toiture d’ardoises. Dans les années 1960, une extension en béton et brique, couverte en ardoises, a pris place au nord et à l’ouest, formant une cour centrale.

Afin de restituer toute son élégance à cette maison d’œuvre, une vaste campagne de restauration y a été déployée. Les travaux de rénovation ont débuté en juillet 2019 sur les espaces extérieurs. La restauration des façades sud a permis de retrouver l’aspect de la maison telle qu’elle se présentait il y a 120 ans tout en protégeant les briques originelles. Les façades nord et ouest ont été traitées de manière contemporaine pour leur donner une vraie signature esthétique. Ce geste architectural met en valeur un bâtiment modeste dans sa conception, sans dénaturer ses volumes.

Les jardins, parties intégrantes du parcours, ont été imaginés en trois ensembles.

. À l’avant, le jardin de façade constituera une transition entre la Villa et l’extérieur. Il présentera notamment une serre de type jardin d’hiver et de style Belle Époque, et un espace évoquant l’herbier de Proust.

. Le jardin arrière, plus intimiste, s’apparentera à un « jardin de famille », pensé comme un lieu de détente et de repos. Il accueillera la terrasse du salon de thé et des plantes aromatiques et comestibles.

. Enfin, un passage pavé longeant le bâtiment sera habillé d’une pergola couverte de rosiers et de plantes grimpantes.

Après dix mois de travaux, le chantier des espaces extérieurs a laissé place à une seconde phase des travaux, débutée à l’automne 2020 : la restructuration complète des espaces intérieurs et les aménagements liés à la scénographie et au parcours de visite. Au cœur du parcours, le public entrera dans d’étonnantes period rooms. Dans ces salles, les objets seront présentés de manière à restituer l’atmosphère des pièces telles qu’elles se présentaient à la Belle Époque. Cette scénographie permet d’offrir un rapport aux œuvres intime et de favoriser l’accès à la culture dans une démarche de décentralisation culturelle.

La réhabilitation de la Villa du Temps retrouvé est portée par l’agence SUNMETRON, architectes, aux côtés de l’agence LEMOAL & LEMOAL, architectes, et de l’Agence NC Nathalie Crinière.

  • Un parcours de visite immersif et sensible

La Villa du Temps retrouvé proposera une expérience immersive grâce à une scénographie associant ambiances visuelles, sonores, musicales, numériques et olfactives.

Amenés à se transformer perpétuellement au gré des accrochages, les espaces d’exposition plongeront les visiteurs dans l’atmosphère de l’époque. Ce saut dans le temps sera rendu tangible avec la mise en valeur de plus de cent œuvres : tableaux, dessins ou encore objets marquants de cette période, prêtés le temps d’une ou plusieurs saisons par d’illustres institutions culturelles, notamment la Réunion des musées métropolitains de Rouen et la Bibliothèque nationale de France. De grandes figures emblématiques de cet âge d’or, tels Monet, Prinet, Blanche, Debussy, Rodin ou encore Boudin, accompagneront le public dans ce lieu enchanteur et intime.

Au début du parcours, un espace d’introduction, pensé comme un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine, offrira de manière permanente les clefs de compréhension de l’histoire architecturale, sociale et économique de Cabourg et de son territoire. La première thématique abordée sera le quartier du Vieux Cabourg, ancien village qui préexistait à la construction du Cabourg balnéaire.

La visite se poursuivra avec les espaces semi-permanents dont les collections seront renouvelées régulièrement. Des contenus numériques innovants sous forme d’objets parlants contribueront à la création d’un parcours poétique, onirique et sensible.

Une salle immersive accueillera les visiteurs avec différents supports de projection dont un grand écran circulaire sur lequel seront projetés des images d’archive de la Côte fleurie. « La salle immersive accueillera les visiteurs au début du parcours. Sous forme de « panorama » audiovisuel, elle invitera les visiteurs à déambuler dans les rues et sur les plages de la côte normande de l’époque. Films, photographies, sons, musique, costumes transmettront de multiples informations visuelles et sonores sur la vie dans ces stations balnéaires à l’orée du XXe siècle. »  

  • Le chant d’un oiseau en cage

Le public entrera ensuite dans les espaces « period room ».

. La première sera consacrée à l’art de vivre à la Belle Époque grâce à différentes atmosphères : jardin d’hiver, salon de musique, salon de jeux, salle de réception.

. « Dans la salle « jardin d’hiver », le visiteur sera surpris par le chant d’un oiseau en cage, déclenché à son passage. Lorsqu’il s’approche, au fond de la cage, une femme-papillon apparaît, qui s’anime, vive et colorée, pleine de fantaisie. » (Anne-Laure Reynders, chargée de projets).

Ces quatre salons évoqueront les intérieurs et les préoccupations de la classe aisée qui pouvait se rendre en villégiature sur la Côte fleurie, ses goûts et ses intérêts.

. Les salles du premier étage seront davantage consacrées à la création artistique et à la présence des artistes en Normandie. L’évocation d’un bureau doté d’une bibliothèque 1900 en libre accès abordera la création littéraire de l’époque. La dernière salle, pensée comme un cabinet de dessin, mettra en avant le processus créatif de Marcel Proust ainsi que ses sources d’inspirations mondaines au travers de dessins, manuscrits et photographies des personnalités du temps.

  • Une première exposition consacrée à Fantômas

Enfin, des espaces temporaires accueilleront des expositions consacrées aux sujets culturels de la Belle Époque, annonciateurs du monde moderne. Elles mettront en avant des sujets accessibles et populaires qui entrent en résonnance avec nos usages, nos figures et nos mythes contemporains.

La première exposition sera consacrée à Fantômas, figure de la littérature populaire qui a d’abord conquis les lecteurs puis les artistes des avant-gardes du XXe siècle, avant d’inspirer les créateurs et cinéastes. Contemporains quasi exacts de l’œuvre de Marcel Proust, les différents épisodes des aventures de ce héros nous font entrer de plain-pied dans la Belle Époque, son effervescence, son goût pour le sensationnel, ses craintes et ses désirs. Le public découvrira près d’une centaine d’œuvres : couvertures originales, affiches, extraits de films et quelques œuvres picturales.

  • Le Comité Scientifique et Culturel

Au côté de Tristan Duval, Maire de la Ville de Cabourg, et de son équipe, un Comité Scientifique et Culturel est conduit sous l’impulsion de Jérôme Neutres, ancien directeur de la stratégie et du développement de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais et ancien président exécutif du musée du Luxembourg. Véritable cerveau collectif du projet, il est constitué d’experts et d’acteurs du monde muséal et patrimonial, de la recherche scientifique, du marché de l’art et des milieux littéraires et économiques.

  • Des prêteurs prestigieux

La Ville de Cabourg remercie les 28 prêteurs qui l’accompagnent dans ce projet, dont la Réunion des Musées Métropolitains de Rouen, le Mobilier National, la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Orsay, le Petit Palais, le Musée Rodin, le Musée Marmottan Monet, le Musée d’Art moderne André Malraux, les musées de la Ville de Strasbourg, l’Établissement public du château, des musées et du domaine national de Versailles, le Musée des Beaux-Arts d’Arras, le Musée national des Arts Asiatiques Guimet, l’Institut Mémoires des éditions contemporaines, la Bibliothèque des Littératures Policières – Ville de Paris, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

  • Première distinction 

Le 29 octobre 2020, le Prix Geste d’Or Heritech a été remis à la Ville de Cabourg, l’agence d’architecture Sunmetron et le studio de réalité virtuelle Noovae pour la réalisation d’une maquette numérique de la Villa du Temps retrouvé (Grand Prix exæquo à l’Hôtel de l’Industrie à Paris). Cette distinction, remise pour la première fois en 2020, a pour but de mettre en valeur les initiatives territoriales de numérisation des patrimoines. (Article Clic France : Les projets gagnants de la première édition du Prix du Geste d’Or / Heritech 2020)

SOURCE: Ville de Cabourg (CP)

PHOTOS: © Agence NC, ©Studio Noovae, © Ville de Cabourg

Date de première publication: 10/02/2021

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Les projets gagnants de la première édition du Prix du Geste d’Or / Heritech 2020

DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en 2021 

Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine, de 2021 à 2023

. A partir de 2021, le nouveau musée Narbo Via racontera l’histoire romaine de Narbonne

Deux études britanniques soulignent le rôle du numérique dans la « renaissance » des musées et des lieux de patrimoine

Partager :

Laisser un commentaire