Wikipédia et les lieux culturels : une stratégie gagnante pour les musées

Partager :

wiki-72

Le site Wikipédia, lancé en 2001, propose aujourd’hui 17 millions d’articles publiés en 250 langues. Dès sa création, les institutions ou leurs fans y ont créé des pages consacrées aux musées et lieux culturels. Il a fallu pourtant attendre 2010 pour que la fondation Wikimedia lance des projets spécifiques destinés à cet univers. Retour sur ces premières expériences et les nouvelles initiatives culturelles de la plus puissante encyclopédie du monde.

400 millions de visiteurs mensuels dans le monde

Wikipédia est fréquenté par 400 millions de visiteurs mensuels dans le monde. En France, Wikipédia est le 9ème site le plus consulté par 15 millions de français, ce qui représente un média majeur de diffusion d’informations sur Internet. Cette encyclopédie vivante est rédigée par des internautes bénévoles, amateurs ou professionnels souvent passionnés mais qui ne sont souvent pas des spécialistes. Pour cette raison, elle s’est souvent attirée les critiques par son manque de crédibilité et de reconnaissance. Wikimédia, exploitée par la Wikimedia Foundation, a pour but le partage et la diffusion du savoir lié aux connaissances humaines, et notamment la culture.

Le site participatif et collaboratif s’est ainsi intéressé aux collections des institutions culturelles. Partant du constat que la majorité des organismes culturels possèdent des fonds artistiques tombés dans le domaine public qui pourraient enrichir les contenus de Wikipédia et ainsi être accessible par tous les internautes. Les actions des différentes organisations de Wikimedia menées vers des acteurs culturels ont donc visé à identifier, rassembler, organiser et diffuser des données libres de droit.

wiki61

Pour sensibiliser les musées au travail de Wikimédia et accélérer les échanges, le vice président de la Wikimédia Australie, Lyam Wyatt, a proposé d’intégrer au sein des musées « un wikimédien en résidence» sur le même principe qu’un artiste en résidence. Celui-ci serait chargé de détecter les collaborations possibles entre le musée et les projets de Wikimédia, assurant un gain de visibilité pour l’institution culturelle et un gage de qualité pour les  contenus du site. Ce travail d’observation a eu pour but d’améliorer les contenus diffusés sur le musée et leur collection en nouant une relation avec le personnel du musée. Depuis cette initiative, Liam Wyatt tient un blog sur les relations et les différents projets entre musées et Wikipédia.

Les musées anglais précurseurs

Le British Museum fut le premier musée à mettre en place cette initiative en recevant  Liam Wyatt au sein de l’institution pendant 5 semaines. Cette collaboration a débouché sur une première expérience participative : un article de grande qualité écrit par un internaute, sur la coupe de sainte Agnès et qui a remporté un prix remis par le musée. Cette récompense décernée par le musée pour les meilleurs articles sur des objets de la collection du musée, fut une première étape dans la relation entre l’institution et la communauté de Wikimedia. Cette initiative illustre les échanges et les relations que peuvent entretenir les deux parties pour finalement se compléter et s’enrichir mutuellement. D’autres projets ont été mis en place tels que l’écriture en un temps limité d’un article sur le trésor de Hoxne entre wikipédiens et scientifiques (vidéo à voir).

wiki1

A la fin de cette expérience, la reconnaissance de la qualité des articles sur la collection du musée par le British Museum a accru la crédibilité de Wikimédia et promu une nouvelle manière de communiquer avec le public et de diffuser  la culture.

« Wikipedia loves Art »

En février 2010 pendant un mois, quelques uns des plus grands musées anglais ont lancé un concours de photographie « Britain loves Wikimedia » ouvert à tout public. Cette compétition encourageait le public amateur ou professionnel à photographier des objets de la collection des musées et ainsi de participer activement à l’archivage numérique des collections. Toutes les images retenues pour le concours sont disponibles librement sur Wikimedia et servent même d’illustration pour des articles sur Wikipedia.

wiki2

Ce projet, mené par le Victoria and Albert Museum, rend disponible des images d’œuvres sur le site collaboratif. Cette mise en ligne de photographies sous licence libre dépasse les problèmes des musées liés au copyright et à l’utilisation d’images d’œuvres de leur collection. En collaborant avec Wikipedia, les musées s’assurent de l’authenticité des données et de la bonne utilisation des images de leur collection. Il s’agit avant tout pour les musées de se rendre plus présent et accessible pour le public tout en maitrisant les contenus photos diffusés.
Ce type de concours entre de grands musées et Wikipédia sera renouvelé à plusieurs reprises.

Aux Etats-Unis, le Brooklyn Museum a lancé en 2009 pour la première fois « Wikipedia loves art » en rassemblant par exemple le Metropolitain Museum of Art ou the Smithsonian American Art Museum. On peut consulter toutes les photographies  prises par les participants sur Flickr. Quelques mois plus tard, ce fut au tour des Pays Bas de lancer un partenariat avec 46 institutions culturelles, initiative qui a remporté un franc succès en enrichissant le site Wikipedia de plus de 5000 images.

wiki3

D’autres concours similaires ont été mis en place en Argentine, Espagne ou en  Israël. Wikipedia permet ainsi de mettre en valeur les collections de musées d’une manière inédite, qui ouvre la voie à d’autres types de participation avec le public.

La question du droit d’auteur

La question du droit d’auteur sur les images ou les documents appartenant à des institutions publiques est un problème récurrent pour les musées. Ils se révèlent la plupart du temps timides à l’idée de publier sous licence libre des images faisant parties de leur collection et de les diffuser en accès libre au public.

En juillet 2007, la National Portrait Gallery avait porté plainte contre un wikipédien pour viol de droit d’auteur et de base de données pour avoir télécharger des photographies publiées sur le site Internet du musée. Pour éviter ce genre de conflit, Wikipédia a développé la notion de licence libre. Grâce à l’action de Wikipedia, on peut citer quelques exemples de mise en ligne sous licence libre comme en Allemagne, où les archives fédérales ont décidé de libérer plus de 100 000 images de leurs fonds personnels sur le site.

wiki41

La Deutsche Fotothek en a fait de même en 2009 avec plus de 250000 images. Aux Pays Bas, le Tropenmuseum d’Amsterdam a accordé la mise en ligne sur Wikimédia Commons de 40 000 photographies de deux anciennes colonies : le Surinam et l’Indonésie.

La France encore timide

En France, les collaborations entre Wikimédia et les institutions culturelles se développent peu à peu, sous l’impulsion de Wikipedia France. Cette association fait la promotion en France de la célèbre encyclopédie Wikipédia et des autres projets Wikimédia. Elle prend contact avec des organismes culturels tels que des bibliothèques, musées, collectivités locales, qui peuvent fournir des informations permettant d’alimenter les différents contenus de Wikimédia. Cet organisme propose également une aide à la numérisation et à la diffusion de contenus libres d’accès sur son site. Wikimédia organise des rencontres lors d’expositions, de congrès pour débattre autour de son action. La dernière rencontre fut en décembre 2010 sur la question du « Patrimoine culturel et du web collaboratif » et Wikipedia fut l’un des intervenants de la journée annuelle Culture et Innovations de janvier 2011.

Le partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

La bibliothèque nationale de France (BnF) a signé un accord avec Wikisource en 2010 pour la mise en ligne d’œuvres tombées dans le domaine public issues de Gallica. Au total, plus de 1 000 œuvres sont  mis en ligne et disponibles sous licence libre. C’est un véritable travail de collaboration qui se crée entre les internautes et la Bibliothèque, car le public peut ainsi aider à la correction de textes anciens traduits afin qu’ils retrouvent leur signification originale.

wikisource

Wikisource est un intermédiaire entre des bénévoles et une institution publique telle que la BnF, une collaboration unique dans le but d’offrir à tous la possibilité d’accéder aux richesses de la littérature. Wikisource œuvre depuis 2003 pour la mise en ligne de retranscriptions tombées dans le domaine public afin de créer une bibliothèque numérique avec des ressources fiables et reconnues.

Wikimedia met en valeur le patrimoine Toulousain

En 2009, un partenariat entre la ville de Toulouse et Wikimédia France a été signé à l’occasion du festival des savoirs partagés, La Novela. Cet accord entre le maire de la ville et la présidente de Wikimédia France, Adrienne Alix, renouvelle la volonté de la libre diffusion des connaissances pour tous grâce au numérique. Cet accord cèle une collaboration entre Wikimédia, le Museum de Toulouse et les Archives municipales de la ville.

Le partenariat avec le Museum de Toulouse consiste à prendre des photographies de grande qualité technique et scientifique des collections du musée. Ces images ont été intégrées sur le site Wikimedia Commons afin d’être en libre consultation. Pour les Archives municipales de Toulouse, il s’agit de mettre en ligne un fond d’anciennes photographies d’Eugène Trutat datant du XXème siècle. Cette collection est composée de fonds ethnographique, de monuments, de la vie quotidienne de l’artiste ayant tous une importance historique.

Ce travail s’inscrit avant tout dans une démarche de numérisation des archives et une mise en réseau entre la collection et Internet. Avec une bonne maîtrise des projets, Wikimédia France représente un réel atout pour les institutions culturelles, leur offrant la possibilité de valoriser leur collection sur le web. C’est une nouvelle manière pour le lieu culturel de communiquer avec son public et de se réinventer en faisant disparaître peu à peu certaines barrières institutionnelles. Avec la mise en place de ces différents projets, Wikimédia France espère inciter d’autres institutions culturelles à se lancer dans l’aventure en développant de nouveaux partenariats. Les dernières Rencontres Wikimédia 2010 portaient ainsi sur l’étude de potentiels projets entre Wikimédia et les GLAM (musées, archives, galeries et bibliothèques).

Un wikimedien au Château de Versailles

Le domaine et le château de Versailles fut un des premiers établissements publics en France a tenter l’expérience Wikipedia en nouant dès 2010 un partenariat avec la fondation afin de promouvoir une large diffusion de son patrimoine historique, architectural et artistique. Cette collaboration a été de pair avec la politique numérique menée par le Château de Versailles.

En 2011, pour la première fois en France, un wikipédien va être en résidence pendant 6 mois au Château de Versailles afin d’améliorer les relations entre les équipes du Château de Versailles et les bénévoles de Wikipédia. Son travail consiste à trouver avec l’aide des conservateurs et des scientifiques de l’établissement des moyens d’intégrer efficacement des contenus artistiques et scientifiques du musée sur le site Wikimédia France mais également sur Wikimedia Commons.  Ce projet portera sur les textes mais aussi les photographies.

wiki5

Le président de l’Etablissement public du Château de Versailles, Jean Jacques Aillagon a déclaré que  « Wikipédia est une source d’information majeure sur le château de Versailles, diffusée dans le monde entier. Certains conservateurs et scientifiques de l’Etablissement y contribuent déjà de façon spontanée pour enrichir certaines notices. L’objectif de cette résidence est de nous permettre d’aller plus loin et de poursuivre notre réflexion sur le partage le plus large possible du patrimoine de Versailles. » Cette initiative contribue à créer une nouvelle dynamique autour du Château de Versailles, qui souhaite rajeunir son image et à répondre à un certain besoin des visiteurs, qui utilisent Wikipédia comme deuxième source de renseignement sur l’institution en France et à l’étranger après le site Internet. Lors des rencontres Culture et Innovations, le représentant de Wikipédia France révélait que « 50% de l’audience du site en anglais du Château de Versailles transitait par les sites Wikipedia ».
Cette première expérience avec une grande institution culturelle française est un premier pas dans le développement d’autres partenariats avec d’autres musées, notamment en France.

Wikimédia : un outil stratégique pour les musées

Les différents projets lancés par Wikimédia Commons illustrent la volonté du site collaboratif de contribuer à l’ouverture de la culture et au développement des licences libres pour les institutions culturelles. En choisissant de diffuser librement leurs contenus artistiques et scientifiques, les institutions gagnent en attractivité et en visibilité auprès du public. Elles créent une relation de proximité et de confiance avec les wikipédiens qui participent ainsi à l’enrichissement des collections et à la numérisation des données. Cette contribution de Wikipedia à la promotion et à la diffusion de la culture a fait l’objet d’un rapport que Wikimédia France a produit en 2008 pour le ministère de la Culture.Par ces partenariats, Wikipédia a gagné en crédibilité auprès des professionnels de la culture et des amateurs et s’est imposé comme un acteur grandissant dans le développement des institutions culturelles sur le web.

Cap sur les monuments historiques français

Fort de ce succès, Wikipédia a pour objectif prioritaire de renforcer son action et sa présence auprès des monuments historiques, notamment français. L’idée est de créer une base de données globale, en photographiant, recensant et en géolocalisant les nombreux monuments français.

logo_monument

Ce projet est présenté en ligne : il vise à mettre en valeur les Monuments historiques, afin de les faire connaître et de les illustrer. À terme, il présentera un corpus fiable, cohérent et complet sur les monuments historiques. Un portail regroupe déjà plus de 5 600 articles.

Auteur : Anne Sophie Thorel (asthorel@gmail.com)

Partager :

Laisser un commentaire