Des archéologues prévoient d’inonder le Moyen Orient d’appareils photos numériques pour « sauver » les trésors menacés par l’Etat islamique

Pour sauvegarder les sites historiques menacés de destruction par l’organisation Etat islamique, des archéologues britanniques proposent d’“inonder” le Moyen-Orient d’appareils photo 3D. Un moyen de transformer la population en autant de “Monuments Men” portant secours aux trésors menacés par Daesh.

Temple of Baalshamin. Image © Bernard Gagnon via Wikipedia
Temple of Baalshamin. Image © Bernard Gagnon via Wikipedia

Le vendredi 28 août 2015, The Times a révélé la stratégie mise en place par ceux qu’il surnomme “les Monuments Men de l’ère numérique” – en référence à l’équipe chargée de récupérer les œuvres dérobées par les nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale – pour lutter contre les destructions de sites archéologiques par l’organisation Etat islamique (EI) au Moyen-Orient.

“Des archéologues de Harvard et d’Oxford vont inonder la région d’appareils photo 3D afin de faire un recensement numérique de tous les objets menacés”, explique ainsi le quotidien britannique.

Le projet, dont le coût est estimé à 2 millions de livres, soit 2,7 millions d’euros, a été imaginé par le centre d’archéologie numérique d’Oxford (Institut d’archéologie numérique, IDA), qui, grâce à ses partenaires au Moyen-Orient, espère récolter 20 millions de photographies d’antiquités (accompagnées de leurs informations et données GPS) d’ici 2017 et ainsi remporter “la course contre les bulldozers et les masses de Daech”. Dès 2016, le projet vise à capturer un million d’images de qualité haute définition des objets et monuments en périll, dans les zones couvrant la Syrie, l’Irak, le Liban, la Turquie, l’Iran et le Yémen.

« En plaçant la mémoire de notre passé dans le domaine numérique, il se situera à jamais hors de portée des vandales et des terroristes », a déclaré le directeur de l’IDA, Roger Michel au journal The Times.

Des centaines d’appareils photo 3D seront distribués d’ici fin septembre en Irak, puis le système sera développé au Liban, en Iran, au Yémen, en Afghanistan et dans l’est de la Turquie. L’université d’Oxford a réussi à fabriquer ces appareils à bas coût, chacun valant seulement 27 euros.

« Nous avons créé une version fortement modifiée d’une caméra 3D qui permettra aux utilisateurs inexpérimentés de produire des scans de qualité HD », expliquent les initiateurs du projet. « L’appareil a la possibilité de télécharger automatiquement ces images sur des serveurs de base de données où ils pourront être utilisés pour l’étude et, si nécessaire, la réplication 3D. Il est de notre intention de déployer jusqu’à 5 000 de ces caméras 3D à faible coût dans les zones de conflit à travers le monde d’ici la fin de 2015. »

Prototype de l'appareil photo numérique 3D conçu par l'IDA
Prototype de l’appareil photo numérique 3D conçu par l’IDA

Les trésors détruits réimprimés en 3D

L’objectif est de photographier les objets anciens sous plusieurs angles afin de créer un fichier numérique. Ce dernier sera mis à la disposition de tous, et notamment des forces de l’ordre, pour qu’elles puissent traquer les trafiquants internationaux. De plus, “si les trésors photographiés sont détruits par Daech, les universitaires pourront utiliser la technologie de l’impression 3D afin de les reconstruire dans un style identique aux antiquités originales”, indique The Times.

Les archéologues de Harvard et d’Oxford rejoignent l’UNESCO et le projet de base de données épigraphiques de l’Institut de l’Université de New York pour l’étude de l’Ancien Monde pour lancer le projet de base de données « Million Images ».

La mise en place de ce plan a été accéléré alors que l’organisation Etat islamique multiplie les destructions systématiques de trésors archéologiques, notamment dans la cité antique de Palmyre. Le  Temple de Baalshamin, vieux de plus de 2 000 ans,  et et la ville de Nimroud ont ainsi déjà disparu.

La destruction de Palmyre prouvée par les photos satellites (c) ONU
La destruction de Palmyre prouvée par les photos satellites (c) ONU

« C’est une course contre le temps » a expliqué Roger Michel lors d’une émission de BBC Radio 4. « Nous avons du bouleverser notre calendrier en raison des destructions récentes. »

Cette initiative rejoint la plateforme MOSUL 3D (project Mosul) créées par deux étudiants. Leur objectif: restaurer virtuellement les vestiges détruits au musée de Mossoul et les mettre à disposition du monde sous la forme d’un musée virtuel.

Laisser un commentaire

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France