Avec 100 millions d’euros consacrés à la rénovation de ses musées d’ici 2020, la ville de Paris veut mieux accueillir plus de visiteurs

Le 15 septembre 2015, lors d’une conférence de presse au musée Carnavalet, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé un vaste plan de rénovation des musées parisiens d’ici 2020. Estimée à 100 millions d’euros, cette initiative financée à hauteur de 87 millions d’euros parla ville de Paris, sera soutenue par l’état et des mécènes. Une partie de ces rénovations faciliteront le déploiement d’outils numériques.

paris musées logo

Ce projet s’inscrit dans le prolongement des travaux entrepris lors des précédentes mandatures, notamment pour la restauration du Petit Palais, devenue aujourd’hui l’institution phare de la ville. Mais Bruno Julliard, adjoint à la maire en charge de la culture, a précisé lors de cette conférence que la mairie actuelle avait « fait le choix de valoriser le patrimoine existant (comme c’est le cas pour les théâtres), plutôt que de créer de nouvelles structures culturelles » comme l’avait fait Bertrand Delanoë (avec le 104 ou Maison des Métallos).

Amplifier les bonnes performances

Ce vaste investissement vise à soutenir et même amplifier les bonnes performances des 14 musées de la ville de Paris, qui ont vu leur fréquentation augmenter de 27% en 2013, et de 11% en 2014. En parallèle, le lancement de la  carte Paris Musées a  rencontré un grand succès avec plus de 10.000 adhérents.

Des objectifs sont clairement affichés pour les années à venir : programmer plus d’une vingtaine d’expositions par an, renouveler la présentation et la conservation des collections permanentes et développer l’usage du numérique. La modernisation de ces musées passe aussi par la rénovation des bâtiments.

« En valorisant ces bâtiments exceptionnels, nous valoriserons d’autant la richesse des collections qu’ils abritent » a expliqué Bruno Julliard, Premier Adjoint à la Maire de Paris chargé de toutes les questions relatives à la culture.

(c) paris.fr
(c) paris.fr

3 musées prioritaires en matière de rénovation

L’enveloppe globale annoncée ne sera pas répartie de manière égalitaire entre les 14 musées réunis sous la tutelle de Paris Musées.

. L’opération majeure de ce plan réside dans la rénovation du musée Carnavalet. Les travaux de restauration évalués à 43 millions d’euros obligeront à la fermeture du musée de 2016 à 2020. Cette rénovation devrait notamment permettre de restaurer l’architecture et améliorer la muséographie. La restauration de ce joyau d’architecture comprendra également un parcours de visite plus cohérent chronologiquement, de nouveaux espaces logistiques créés, ainsi que des locaux à usage événementiel, des espaces de restauration et un centre de ressources et de recherches patrimoniales et culturelles Un parcours enfant sera également proposé.

. 15% du budget, soit 15 millions d’euros seront consacrés à 2 d’entre eux: le Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris et le Musée Jean Moulin. Ce dernier, situé sur la dalle Montparnasse, dans un lieu froid et peu accessible, devrait déménager dans le pavillon Ledoux de la place Denfert Rochereau, et serait alors à proximité du poste de commandement du colonel Rol-Tanguy et de l’entrée des catacombes, le tout au cœur d’un quartier marqué par la Libération de Paris. Ce déménagement devrait se terminer en août 2019.

Le musée d’Art moderne de la Ville de Paris va lui aussi bénéficier de ce programme et se refaire une beauté. Une enveloppe de 10 millions d’euros va être consacrée à la rénovation des sous-sols, l’amélioration de la présentation de ses collections, la conservation préventive et un meilleur accueil des visiteurs.

D’autres plus petits musées de Paris vont également bénéficier de ce plan:

. le musée Bourdelle (près de Montparnasse) pourra restaurer l’atelier du sculpteur, pour un coût estimé à 4 millions d’euros,

. sur la colline d’Iéna, le musée Galliera, après quatre longues années de restauration et de fermeture, fera de nouveau l’objet d’importants travaux avec pour objectif d’optimiser les espaces en utilisant les sous-sols pour créer des salles d’exposition permanente et exposer ses riches collections de mode, à ce jour non visibles,

. La maison de Victor Hugo et celle de Balzac devraient voir leur accessibilité améliorée. Afin d’améliorer les conditions d’accueil du public le parcours de visite de la maison Victor Hugo sera ainsi réorganisé et  un atelier pédagogique verra le jour.

Des financements complémentaires

Afin de compléter l’autofinancement et l’apport de l’état, la ville compte solliciter de manière plus importante les mécènes.

Un fonds de dotation, créé en mai 2015, devrait faciliter l’appel aux particuliers et aux entreprises, en échange d’une défiscalisation. Delphine Lévy, présidente de Paris Musées, a précisé par ailleurs que le crowdfunding n’était pas une option envisagée par la ville pour la restauration du patrimoine muséal, celui-ci étant « plutôt réservé aux acquisitions, plus à même de sensibiliser le public ».

La conférence de presse a également l’occasion d’annoncer que le budget d’acquisition des musées de la ville connaîtrait une augmentation de 25%, pour atteindre en 2015 un millions d’euros. Un chiffre bien faible comparé aux grands musées français et étrangers, et qui reste très inférieur au budget des mêmes musées qui bénéficiait au début des années 2000 d’budget d’environ 4 millions d’euros.

Quels impacts pour le numérique ?

musée general leclerc table
Table multitouch installée au musée du Général Leclerc

La rénovation du musée Carnavalet et le déplacement du musée de la Libération à Denfert devraient particulièrement avoir un impact sur l’usage du numérique dans ces lieux. Les travaux de gros œuvres permettant d’y intégrer de nouvelles infrastructures réseaux favorisant les usages numériques et permettant de repenser la médiation, et notamment l’intégration de nouveaux outils technologiques.

La rénovation de la Maison de Balzac, édifice classé Monument historique, verra l’amélioration de l’accueil des visiteurs avec une mise en accessibilité destinée aux personnes à mobilité réduite et le projet prévoit d’ores et déjà l’installation de bornes interactives consacrées à l’histoire du site.

En attendant ces gros chantiers, Paris Musées poursuit ses développements numériques.

Avant l’été, une table multitouch d’accueil a été installée au musée Cernuschi (permettant de préparer son parcours et de le télécharger sur son smartphone) et une application « Paris au fil de la Seine »a fait le bonheur des touristes et parisiens en vacances.

En septembre 2015, le musée Zadkine va bénéficier de deux nouveaux outils numériques, suivi par le lancement du nouveau site web du MAM.

En octobre 2015, de nouveaux outils accompagneront les expositions Warhol et Co-Workers au MaM (applications) et l’expo Fantastiques au Petit Palais.

Paris Musée renouvelle enfin son festival PM Off qui continuera à associer art numérique, happening, performances et musiques aux musées de la ville de Paris. le temps d’un week-end, les musées accueilleront des artistes ou organiseront une soirée thématique pour les mettre en résonnance avec leurs expositions de la rentrée.

Autant d’innovations et évènements sur lesquels le site du Clic France reviendra plus en détails prochainement.

Sources: Ville de Paris, 20 minutes, Exponaute

Date de première publication: 17/09/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Des iPads et un cabinet virtuel pour découvrir le fond iconographique du musée Zakdine

Le budget participatif Paris 2015 propose de soutenir deux projets numériques dans des musées de la capitale

Les musées de la capitale font découvrir Paris au fil de la Seine grâce à la réalité augmentée

Pour sa réouverture, le musée Cognacq-Jay lance une première application mobile et déploie le iBeacon

Libérez paris 2014 : un dispositif numérique global qui invite à revivre la libération de Paris de 1944

Laisser un commentaire