Proposer aux visiteurs de devenir donateur grâce à un simple texto, c’est une nouvelle idée de crowdfunding innovante lancée par plusieurs institutions culturelles dans le monde. De l’initiative locale (comme au Everson Museum of Art aux Etats-Unis), au projet national du Royaume-Uni, le concept séduit par son caractère instantané et direct. De quoi permettre des démarches de don simplifiées pour les utilisateurs et renforcer la relation entre l’institution et son public.

Le public est plus susceptible de donner de l’argent à une institution culturelle lorsqu’il assiste à une exposition ou à une représentation. C’est ce qui ressort de l’étude commandée par l’organisation caritative National Funding Scheme (NFS) encadrant les dons culturels et notamment l’initiative de don par mobile au Royaume-Uni. Suite à une série de réductions et de coupes budgétaires, le gouvernement outre-manche a en effet décidé de mettre à contribution le grand public à travers le programme Donate, géré par cette organisation et d’inciter au don par mobile plus spontané et peut être plus efficace.

La version pilote de l’opération implique douze institutions culturelles, aussi bien des musées que des théâtres comme le Victoria and Albert Museum, la National Portrait Gallery, le Gateshead Baltic ou le Science Museum.

En se ralliant à la National Funding Scheme, les institutions participantes n’ont aucun frais à régler, l’organisation percevant 4% du montant des dons. Pendant six mois, il sera donc possible aux visiteurs de ces établissements de faire un don via leur téléphone, par sms, qr-code ou nfc en fonction de la technologie employée par l’établissement visité. L’opération a été lancée à la fin mars 2013.

La plateforme a été développée par l’agence numérique Panlogic et la campagne bénéficie du soutien de l’agence de communication et relations publiques Fleishman-Hillard. 

En fonction des premiers résultats, l’initiative pourrait s’étendre d’ici à la fin 2013 à l’ensemble des organisations caritatives en charge du patrimoine et de l’art.

Robert Dufton, le président actuel du National Funding Scheme explique : “Le programme a été créé pour aider les institutions culturelles du Royaume-Uni, pour aborder le challenge de la levée de fonds d’une façon nouvelle et innovante, qui engage les personnes enclines au moment même de l’engagement émotionnel et les encourage à donner.”

En ce sens, le ministre de la Culture Ed Vaizey a soutenu l’action en précisant que c’était une “très bonne idée” pour “domestiquer les nouvelles technologies”. De fait l’étude montre que les jeunes seraient plus susceptibles de donner si les dons se faisaient via leur téléphone.

Ce nouveau système de crowdfunding laisse la liberté au public de ne pas s’engager sur le long terme, en procédant à un don spontané et occasionnel. Néanmoins il est aussi pensé pour permettre à terme de fidéliser les donateurs, notamment dans le cadre d’une aide plus régulière, puisque les institutions pourront conserver leurs données et ainsi maintenir un contact au delà du premier don par texto.

Financer des projets concrets

 

Autres informations délivrées par l’enquête, les visiteurs sont plus enclins à donner lorsqu’ils savent précisément où et pourquoi leur don est utilisé. Le soin a donc été pris de présenter chaque projet de façon concrète, les sommes cumulées et le nombre de donateurs étant même précisés sur le site internet pour chacun d’eux.

On y retrouve par exemple :

- la National Potrait Gallery qui souhaite restaurer le tableau d’Arthur Stockdale Cope, Naval Officers of World War I à hauteur de £20,000

- le Holburne Museum afin d’acheter une corbeille du 17ème siècle faite en perles de verre, à £5,000.

- l’Octagon nécessitant £100,000 pour la modernisation du bâtiment

- la Southbank dans le but de restaurer l’orgue du Royal Festival Hall pour un montant de £150,000.

L’exemple américain  du  Everson Museum de Syracuse

Aux Etats-Unis, le Everson Museum de Syracuse a décidé d’utiliser ce moyen pour financer son fonctionnement et ses expositions événementielles. L’opération s’insère dans une campagne plus globale de marketing et d’information basé sur l’utilisation des sms. Par exemple, pour s’inscrire afin de recevoir par message des informations concernant les activités et événements du musée, il suffira d’envoyer un texto avec le mot “Everson” au 277-22.

De la même manière, pour faire un don au musée, les usagers seront invités à envoyer le mot “Art” par sms à ce même numéro.

Chaque texto envoyé équivaudra à un don de $10. Sur ces $10, l’opérateur téléphonique prendra 10 cents et le musée recevra $9.30. La somme sera ensuite débitée sur la facture téléphonique du donateur.

L’opération s’adresse aussi bien au grand public qu’à des cibles spécifiques selon Sarah Massett, assistante du directeur du musée : “Nous cherchons tout particulièrement à atteindre notre public technophile et mieux communiquer avec les moins de 40 ans. Nous savons que le mobile est l’une des technologies qui se développe le plus vite et que la plupart des gens ont leur téléphone à portée de main 90% du temps. Nous voyons donc que c’est un bon moyen de rentrer en contact avec les gens.”

Pour mettre en place ce programme le musée s’est inspiré des ONG et le succès de leurs campagne de dons par texto. Lors du tremblement de terre de Haiti, la Croix Rouge avait ainsi récolté 33 millions de dollars. A l’échelle locale, Say Yes to Education Syracuse, une organisation à but non lucratif avait utilisé la formule du don par texto durant un match de basket et ainsi collecté $5,000.

Auteur: Marine Baudry

Date de première publication: 24/05/2013

SUR LE SITE DU CLIC FRANCE:

L’Académie des Sciences et Universcience s’associent à My Major Company pour financer leurs projets

MyMajorCompany récolte plus de 120 000 euros pour restaurer 4 monuments du CMN

Les nouveaux financements des musées et lieux culturels

Le Centre des Monuments Nationaux s’associe à My Major Company pour rénover son patrimoine