Un orchestre sans partition papier. Tel est le projet numérique conçu par le Brussels Philharmonic, Samsung et neoScores. Les 3 partenaires visent à donner à la partition papier un futur digital.

Dans ce projet, Samsung a fourni 100 Galaxy Note 10.1 tandis que la jeune entreprise belge partenaire NeoScores a fourni le logiciel innovant. Le 7 novembre 2012 à Ixelles (Bruxelles, Belgique), les 92 musiciens sous la direction du chef d’orchestre Michel Tabachnik ont joué Wagner et le Boléro de Ravel sans aucune partition papier. Une expérience unique pour les musiciens et pour le public présent.

Gunther Broucke, administrateur du Brussels Philharmonic présente ainsi ce projet«C’était un concert test, qui a satisfait tout le monde, les musiciens comme le public. Notre objectif est de passer au tout-numérique dans les prochaines années. Le Brussels Philharmonic est un ensemble en accord avec son époque et en perpétuelle réinvention. Tant dans ses projets artistiques que dans son fonctionnement. L’orchestre se veut pionnier à tous les niveaux. Et si notre cœur chérit le passé, notre regard se porte vers le futur. Ce futur est numérique. L’étape de la numérisation des partitions est la prochaine étape. Nous sommes convaincus que ce nouveau partenariat à long terme permettra un fonctionnement durable et plus efficace de notre orchestre ».

Depuis le XIXe siècle, les partitions d’orchestre impliquent une organisation méconnue. D’abord manuscrites et recopiées à la main, puis imprimées. Mais jusqu’à aujourd’hui, la préparation des partitions reste un énorme travail en amont du concert.

Comme l’explique Emmanuel Sproelants, bibliothécaire du Brussels Philharmonic« Essayez d’imaginer: chaque partition doit se répartir entre plus d’une centaine de musiciens participants. Cela demande beaucoup de temps, de papier et de méticulosité. Et bien sûr, tous ces documents doivent de nouveau être recueillis et soigneusement préservés après un concert pour une utilisation ultérieure. Après toutes ces années, ils prennent beaucoup d’espace. Et cela va aujourd’hui si loin que nous devons stocker nos archives en-dehors de notre bâtiment! Tôt ou tard, nous devons chercher des alternatives « .

La préparation et le stockage des parties orchestrales reste ainsi un processus laborieux et complexe. Le Brussels Philharmonic 

avec ses plus de 100 concerts par saison a calculé que les partitions numériques pourraient lui permettre d’économiser 25 000 euros en papier, par an!

Des partitions numériques et intelligentes

En combinaison avec le logiciel de Neoscores, les tablettes de Samsung promettent déjà des avantages très précieux pour le personnel et les musiciens du Brussels Philharmonic.

. Grace au crayon intelligent S de Samsung, les partitions peuvent être adaptées et partagées de façon intelligente entre le chef d’orchestre, le premier violon, l’orchestre tout entier ou des musiciens individuels.

. La GALAXY Note 10.1, avec sa capacité de 16 Go de stockage, permet de stocker jusqu’à 1 000 partitions et d’utiliser de nombreuses applications. Toutes les partitions de l’orchestre vont ainsi tenir dans une tablette de 600 grammes seulement, que les musiciens emmèneront partout avec eux.

. la technologie  Smart Stay permet de maintenir l’affichage de l’écran actif aussi longtemps que les musiciens le regardent.

. les musiciens tournent les pages de leur partition via un système de balayage sécurisé, pour ne pas se retrouver dix pages plus loin ou subir un zoom involontaire

. avec le logiciel NeoScore, les musiciens peuvent également choisir de lire leur propre partie tout seul, ou de lire avec un musicien d’un autre groupe d’instrument.

Le Brussels Philharmonic veut être un laboratoire. Sur la base des expériences des musiciens et du personnel, le matériel et le logiciel seront perfectionnés, jusqu’à être finalisés. Une vraie révolution que l’Orchestre de Bruxelles espère partager avec les orchestres du monde entier.

Sonneries de téléphone portable

L’Orchestre de Bruxelles ne s’arrête pas là dans ses innovations numériques. L’institution fondée en 1935, est présente sur facebook, youtube mais également propose sur soundcloud des extraits de ses concerts. L’orchestre a également lancé en septembre 2012 un service de téléchargement de ses interprétations pour les utiliser comme sonneries de téléphone portable. 12 titres sont déjà disponibles. Depuis son lancement, le 17 septembre, le service a généré plus de 50 000 téléchargements.

Présentation du projet sur le site du Brussels Philarmonic et sur YouTube

Article dans Le Soir