Emmanuelle Bermes, Chef du service multimédia du centre Pompidou, décrit et explique les principales innovations apportées par le Centre Pompidou Virtuel (CPV) et le nouveau centrepompidou.fr lancés le 4 octobre 2012. Centre de ressources numériques, web sémantique, co-création de contenus, modèle économique … le nouveau dispositif est ainsi passé au crible.

Selon votre président, « le nouveau centrepompidou.fr n’est ni un site institutionnel, ni un musée virtuel, mais un centre de ressources ». Quel est vraiment cet objet ?

Le nouveau centrepompidou.fr rompt avec les approches institutionnelles qui ciblent en priorité les visiteurs potentiels, en privilégiant une approche résolument orientée vers les contenus. Ce site Internet d’un genre nouveau peut certes venir en complément de la visite in situ, mais aussi constituer en soi une expérience d’une nature différente. Sans chercher à remplacer l’expérience directe du contact à l’œuvre en proposant des visites virtuelles, le Centre Pompidou virtuel affirme l’identité numérique propre de l’institution.

Le nouveau centrepompidou.fr n’est pas simplement un site internet, il est une nouvelle entité à part entière, comme le sont le Centre Pompidou-Metz ou le Centre Pompidou mobile, en lien étroit avec le Centre Pompidou dont il partage les valeurs.

Il ouvre à tous un accès à l’incroyable richesse des contenus qu’il produit, a produit et produira: les ressources numériques qui renvoient au patrimoine du Centre Pompidou (sa collection, son bâtiment), à sa programmation (notamment celle des conférences) et à sa production (notamment éditoriale et multimédia).

Le nouveau centrepompidou.fr est également ouvert aux contenus des établissements associés : la Bpi, l’Ircam et le Centre Pompidou-Metz. Il mise sur la pluridisciplinarité, avec la conviction qu’elle constitue un atout unique pour rendre compte de la réalité vivante de la création actuelle. Il constitue une plateforme de décloisonnement entre les disciplines mais aussi entre les publics.

A qui s’adresse en priorité le nouveau centrepompidou.fr ?

Le nouveau centrepompidou.fr s’adresse à un public bien plus large que celui constitué par les visiteurs potentiels du Centre Pompidou physique. Il a vocation à toucher tous ceux qui s’intéressent à l’art moderne et contemporain: visiteur occasionnel ou régulier, connaisseur ou non de l’art actuel, visiteur potentiel du Centre Pompidou à Paris ou usager du seul Centre Pompidou virtuel. Au-delà de l’offre culturelle traditionnelle d’un centre d’art, notre ambition est d’inviter les publics et les visiteurs à prendre part à la vie du Centre Pompidou au travers des interfaces proposées dans l’écosystème numérique.

Avec ce nouvel outil, le Centre Pompidou entend accroitre le dialogue avec ses publics, ses visiteurs ou tous les membres de sa communauté entretenant un rapport lointain ou proche avec sa programmation, les artistes qu’il présente, les œuvres qu’il conserve, les thématiques qu’il propose.

Comment allez-vous faire évoluer cet outil dans le contexte de mutation permanente des technologies et des usages numériques ?

Notre démarche est accompagnée d’une forte implication de l’institution dans les cultures web. Des ateliers et des groupes de discussion sont ainsi mis en place afin de ne pas proposer des interfaces d’accès aux contenus trop rigides, mais de pouvoir répondre aux besoins réels des utilisateurs. Ces ateliers permettent de continuer les discussions engagées sur les réseaux sociaux, mais selon des thématiques précises, auprès de publics qui désirent s’investir dans une création collaborative de l’expérience du Centre Pompidou et de ses ressources.

Il s’agit de créer des contenus de manière collaborative, mais aussi de construire les futurs outils de l’écosystème numérique avec notre communauté, ce qui lui permettra de mieux s’approprier, de mieux comprendre les œuvres, les spectacles vivants, les vidéos et films, les conférences, etc.

Est-ce la raison du partenariat avec Wikipedia ?

Oui, le partenariat en cours de négociation avec Wikimédia France est un projet de collaboration particulièrement riche qui touche à tous ces aspects dans leur diversité. En effet, ce partenariat permettra aussi bien d’engager une réflexion conjointe sur la co-construction, par l’intermédiaire de l’organisation d’événements tels que des conférences, que de produire des contenus à travers l’animation d’ateliers qui déboucheront à la fois sur l’enrichissement de Wikipédia et sur la création de textes potentiellement réutilisables pour le Centre Pompidou.

Ces ateliers seront l’occasion d’une rencontre autour des œuvres entre les communautés de publics du Centre Pompidou, les professionnels (notamment les conservateurs du musée et les bibliothécaires de la Bpi et de la Bibliothèque Kandinsky), et les contributeurs de Wikipédia qui apportent leur savoir-faire dans la manipulation de l’outil et les règles d’animation de la communauté. Le partenariat avec Wikimédia place au premier plan l’ouverture des données et l’engagement des internautes au côté du Centre Pompidou.

En quoi le nouveau centrepompidou.fr est-il ouvert ?

Le nouveau centrepompidou.fr est résolument ouvert, jusque dans sa conception qui repose entièrement sur des logiciels libres. Cela signifie que le site pourra évoluer tout au long de sa vie, sans autre contrainte technique que celle de s’adapter à l’usage des publics. La liberté de ce mode de développement permet également d’envisager la diffusion des principes techniques de ce site auprès d’autres institutions qui auraient besoin d’une solution équivalente.

En quoi le web sémantique et la « navigation par le sens » transforment l’expérience du visiteur virtuel ?

Le nouveau centrepompidou.fr est l’une des premières réalisations à mettre à profit dans de telles dimensions la valeur ajoutée du web sémantique pour l’accès à des contenus culturels. Cette technologie innovante permet d’offrir à l’utilisateur une expérience unique à travers une « navigation par le sens». Celle-ci est mise en valeur par une ergonomie simple et intuitive et une interface épurée, qui facilite l’utilisation de la plateforme.

Chaque contenu est relié avec les événements (expositions, spectacles, conférences) et avec d’autres ressources pertinentes (affiches, ouvrages, revues, archives…) permettant de parcourir la grande richesse du site au gré de sa curiosité. Les ressources ne sont pas organisées suivant une hiérarchie rigide. Les contenus sont décloisonnés et traités de manière homogène, afin de permettre leur organisation en fonction des besoins de chaque utilisateur, et non en fonction d’une logique dictée par des usages ou des structures définis a priori.

La très grande richesse des types de ressources mis à disposition requiert une architecture permettant concurremment la manipulation de textes, sons, images fixes ou en mouvement. Pour faciliter l’accès à ces contenus variés, la page d’accueil présente un magazine vidéo permettant de comprendre en un coup d’œil la programmation. Lorsqu’il ne pénètre pas dans le centre de ressources via un moteur de recherche, celui du site ou un autre, l’internaute est guidé dans la diversité des contenus et peut facilement aborder la richesse de la programmation du Centre Pompidou.

Le nouveau centrepompidou.fr fait le choix d’une grande sobriété graphique qui favorise la lisibilité et la clarté de l’organisation des informations. Il permet une navigation intuitive selon des principes simples pour l’internaute: plié/déplié, systématisme du plan des pages, liens entre les contenus, etc.

Des outils sont également mis à disposition des internautes pour assurer le confort de consultation: notamment la possibilité de zoomer en haute définition sur l’ensemble des reproductions d’œuvres, ou l’accès direct à des sites de partenaires comme l’agence photographique de la Réunion des Musées Nationaux, l’Encyclopédie Nouveaux Médias ou encore le site André Breton.

Le concept de « centre de ressources numériques » implique une quantité et une qualité de contenus importantes. Comment pourrez-vous l’offrir et l’étoffer ?

Le nouveau centrepompidou.fr a pour ambition d’être un centre de ressources de référence sur l’art moderne et contemporain. Tous les médias y seront diffusés, de manière à refléter la richesse de la programmation, la diversité des matériaux culturels rencontrés au Centre Pompidou et la pluridisciplinarité de son action.

En tant que centre de ressources, le site internet proposera un accès aux œuvres de la collection du Centre Pompidou, aux archives de l’établissement, aux captations audiovisuelles de conférences, à des interviews d’artistes et de commissaires d’exposition, des affiches, bandes-annonces, dossiers de presse et dossiers pédagogiques… La mise en ligne de tous ces contenus permettra par exemple d’enrichir le descriptif de chaque exposition passée et à venir d’une documentation visant l’exhaustivité: textes du catalogue, interviews des commissaires et des artistes, vues photographiques et parcours filmés dans les salles d’exposition, dossiers pédagogiques et contenus de médiation produits à l’occasion de l’exposition, captations de conférences organisées en parallèle de l’événement… C’est toute la richesse des contenus d’une des premières institutions culturelles mondiales qui se trouve ainsi mise gratuitement à la disposition de tous.

Les ressources numériques du nouveau centrepompidou.fr

Nombre d’œuvres de la collection : 76 000, dont 85% disposent d’une reproduction et 80% d’une autorisation de diffusion en ligne
Nombre de ressources indexées depuis le début du projet : 70 000 (chiffre mai 2012)
Nombre de ressources numériques en ligne dans le CPV, tous supports confondus : 95 000

Un tel chantier n’implique-t-il pas une réorganisation du centre et la mise en place de partenariats ?

L’ambition de ce projet couplée à l’importance de la production culturelle du Centre Pompidou impliquent en effet un effort de réorganisation interne particulier. Il faut prendre en compte le changement de paradigme lié au passage d’une numérisation de préservation des documents originaux à une numérisation de diffusion à destination d’un large public.

La disponibilité des contenus sous forme numérique est un aspect primordial de cette nouvelle organisation et entraine des chantiers importants de reconversion d’anciens formats, de prises de vue photographiques des œuvres, de numérisation des documents, etc. Il s’agit d’un véritable effort pour l’institution, qui enclenche tout un processus de mise en ligne simple à décrire mais complexe à mettre en œuvre. Car, une fois numérisé, chaque contenu doit être indexé : il faut le décrire afin de pouvoir le retrouver dans le centre de ressources, et créer des liens avec d’autres ressources. Pour que ces liens aient du sens pour l’internaute, la description doit être normée de manière à s’inscrire dans le cadre du web sémantique, selon des chartes d’indexation rigoureuses établissant les usages des mots-clés, la correction de certains champs des bases de données, l’ajout de références et autres éléments nécessaires à la nouvelle interface mise en place.

Par ailleurs, la conservation à long terme des ressources numériques produites n’est pas négligée, puisqu’elle fait l’objet d’un partenariat avec la BnF: celle-ci a mis en place une infrastructure de stockage et d’archivage numérique performante, qu’elle ouvre aujourd’hui à de nouveaux partenaires, permettant ainsi la mutualisation des coûts et des compétences. Selon ce premier accord de tiers-archivage, plus de 170 000 gigaoctets de données émanant du Centre Pompidou seront conservés et archivés à la BnF.

Comment allez-vous gérer la question sensible des droits ?

En raison de la période couverte par le Centre Pompidou, les XXe et XXIe siècles, les contenus sont pour la plupart du temps protégés par des droits de propriété intellectuelle. Le nouveau centrepompidou.fr repose donc sur l’obtention des autorisations de diffusion de tous ces contenus sur internet. Des négociations sont ainsi menées avec les ayants droits et des crédits doivent être dégagés pour la libération des droits afin que le site puisse rester d’accès gratuit pour les internautes.

Pour des raisons également juridiques, lors de son lancement, le nouveau centrepompidou.fr diffusera les contenus bruts (reproduction des œuvres de la collection si accord des ayant droits, notices, captations de conférences…) mais ne pourra pas offrir gratuitement les contenus spécifiquement produits et éditorialisés tels qu’un parcours audioguide ou le catalogue d’une exposition. Suite à nos accords, nous continuerons également de diffuser largement nos productions vidéo sur notre chaine Dailymotion.

Comment le nouveau site prendra-t-il en compte la demande croissante de personnalisation ?

Le nouveau centrepompidou.fr offre dès son lancement un espace personnel destiné à évoluer selon les usages des publics. La consultation des ressources numériques est l’occasion d’un partage auprès de ses amis ou connaissances, de la création d’une bibliothèque personnelle de contenus qui, bientôt, permettra la découverte de nouveaux documents associés. Chaque ressource peut être enrichie à travers un module collaboratif expérimental, appelé à se développer pour offrir à cette communauté semi-ouverte des technologies variées et enrichir le parcours de ses membres sur le site.

Bientôt, la visite du musée permettra l’enrichissement en direct de l’espace personnel de façon à pouvoir se documenter pendant et après la visite : ces évolutions prochaines et les nombreuses à venir s’appuient toutes sur l’accès aux ressources de qualité présentes dans le centre de ressources.

Pourra-t-on accéder à ce centre de ressources pendant notre visite du Centre Pompidou ? Le nouveau centrepompidou.fr fera-t-il l’objet d’une version application mobile ? 

Le nouveau centrepompidou.fr pourra être utilisé lors de la visite car il est compatible avec la plupart des tablettes et des smartphones. Par ailleurs, il fera l’objet d’une version mobile sous la forme d’une application à venir et le déploiement du wifi dans le Centre Pompidou est en projet.

Comment ce nouveau site s’intégre-t-il dans la galaxie numérique du Centre Pompidou ?

L’écosystème social du nouveau centrepompidou.fr intègre évidemment la majorité des plateformes existantes: il s’agit de rendre les contenus visibles là où les publics sont présents. Une stratégie qui rencontre déjà un succès certain si l’on considère les nombreux fans sur Facebook et abonnés sur Twitter, mais aussi et surtout le volume des conversations entamées sur ces plateformes : l’échange entre l’institution et le Centre Pompidou se crée sur des demandes d’informations pratiques mais aussi à travers la contribution des internautes, qui nous transmettent leur savoir ou leurs émotions concernant la programmation.

Le Centre Pompidou sur la toile

Site web: 5 millions de visiteurs en 2011 (pour 3,6 millions de visiteurs sur place)
Facebook : 234 850 amis,
Twitter : 50 320 abonnés, 7 190 tweets
Dailymotion : 862 vidéos, 2 015 385 visionnages, 790 mentions « j’aime »

Quelle a été la durée totale du projet et le nombre de personnes impliquées ?

Le projet a été lancé en octobre 2007. Il faisait partie des 6 projets stratégiques d’Alain Seban, notre Président. Depuis 3 ans, il fait l’objet de développements techniques qui vont se prolonger tout au long de sa vie. Le projet a impliqué l’équipe du service multimédia du centre Pompidou (une dizaine de personnes), 20 à 25 personnes chez nos mécènes et prestataires et l’ensemble des équipes du Centre Pompidou.

Comment le Centre Pompidou va-t-il financer cet ambitieux projet ? L’accès aux contenus deviendra-t-il payant ?

La vocation du nouveau centrepompidou.fr est d’être et de rester d’accès gratuit pour ses utilisateurs, répondant en cela à la vocation de service public de l’institution. Toutefois, les coûts importants engendrés par les démarches de numérisation et la construction puis l’exploitation de ce nouveau site imposent de concevoir un modèle économique innovant. Le nouveau site internet va devenir le point d’entrée dans un écosystème complet couplant l’accès à des ressources gratuites et à des services personnalisés.

Nous envisageons 3 types de nouveaux services payants :

. le Centre Pompidou va proposer une nouvelle génération d’applications mobiles qui présenteront des contenus édités par le Centre Pompidou et faisant appel aux ressources du Centre Pompidou, offrant des parcours de visite adaptés selon le profil des visiteurs, en utilisant les technologies de reconnaissance d’image, de géo-localisation et de réalité augmentée etc, selon les besoins de mise en valeur de ces contenus.

. les éditions du Centre Pompidou vont également développer une offre éditoriale numérique complète : livres et catalogues électroniques (e-books) enrichis de contenus multimédia, applications ludo-culturelles pour les plus jeunes, etc. Ce programme ambitieux d’éditions numériques pour smartphones et tablettes sera mis en place, incluant des applications de référence sur l’art moderne et contemporain, des ouvrages jeunesse ou encore des dispositifs innovants d’aide à la visite.

. enfin, une boutique en ligne a été intégrée au nouveau centrepompidou.fr sera présente sur toutes les autres interfaces futures. Celle-ci proposera, outre les produits éditoriaux du Centre Pompidou, des produits exclusifs et personnalisables : impression de cartes et de posters à la demande, produits dérivés inédits.

Nous devons également remercier nos premiers partenaires mécènes – le Groupe Pernod Ricard, CGI et OVH.com- qui nous ont aidé à lancer cette phase 1 du projet.

Les revenus obtenus grâce à ces nouveaux produits et services et au mécénat permettent de construire un modèle économique qui préserve la gratuité d’accès au centre de ressources et qui a convaincu le Commissariat général à l’investissement de retenir le nouveau centrepompidou.fr au titre des investissements d’avenir, éligibles à un financement par le grand emprunt national.

Le financement du projet CPV

Le financement exceptionnel du Commissariat général à l’investissement est programmé sur quatre ans (2012-2015) avec l’appui technique de la Caisse des dépôts et consignations, et comprend trois volets, pour un total de 12 M€ :

• une dotation non remboursable de 4 M€ est consacrée à la consolidation et à l’évolution de l’infrastructure informatique du site Internet, permettant ainsi aux services du Centre Pompidou de prendre le relais du travail accompli par CGI, dans le cadre de son mécénat de compétence ;
• un prêt de 4 M€ (au taux TEG privilégié de 2,9%) est attribué au Centre Pompidou, dont la vocation première est de financer une partie importante du plan de numérisation. En retour, les échéances de ce prêt seront remboursées par l’établissement entre 2015 et 2026, pour des montants qui varient entre 150 et 550 000 € selon les années, grâce aux recettes des nouvelles éditions numériques.
• un complément de financement en mécénat, à hauteur de 4 M€ d’ici 2015, soit pour augmenter encore les capacités du plan de numérisation des documents mis en ligne, soit pour renforcer le fonctionnement du site internet et la qualité des éditions numériques, y compris, pour partie, sous la forme de mécénats de compétence.

Lors de la conférence du 4 octobre, Agnès Saal, directrice générale du Centre Pompidou, a précisé que le projet CPV avait bénéficié pour son lancement d’un apport en mécénat de la part du groupe Pernod Ricard (1 million d’euros) et de CGI (1.3 million d’euros).

Le Centre Pompidou va-t-il gérer directement la nouvelle boutique en ligne et les produits dérivés ?

La nouvelle boutique en ligne va être gérée par le Centre Pompidou, avec l’aide de prestataires extérieurs.

L’exploitation commerciale des reproductions numériques en haute définition des œuvres de la collection du Centre Pompidou est assurée par la RMN-GP (Réunion des musées nationaux-Grand Palais) dans le cadre d’une délégation de service public. Cette délégation offre au Centre Pompidou un revenu annuel sous la forme d’une redevance qui entre dans le modèle économique du projet. La forte augmentation de l’offre grâce à une politique ambitieuse de numérisation, couplée avec l’accroissement du trafic lié à l’attractivité du nouveau site, et la création de liens réciproques entre le site de la RMN-GP et celui du Centre Pompidou, permettent d’espérer une très forte évolution des ressources.

Le précédent site était disponible en 3 langues (Français, anglais et espagnol). Allez-vous développer cette offre linguistique notamment à destination des publics des pays émergents (Russie, Brésil, Chine …) ?

Nous maintenons cette exigence et développerons l’offre des langues de l’interface en fonction de nos publics et de nos moyens. Nous observons également les projets de traduction collaborative pour le centre de ressources.

Avez-vous un objectif d’audience du nouveau centrepompidou.fr ?

Nous souhaitons continuer à progresser et pensons que la courbe va fortement augmenter compte-tenu de l’enrichissement des contenus. Mais notre action numérique n’est pas seulement guidée par l’audience mais également par la qualité de notre relation au public et surtout de sa relation à nos contenus et à notre programmation.

Auteur: PY Lochon

Copyright photo: Hervé Véronèse