Depuis le 1 janvier 2015, la Freer and Sackler Gallery of Art a mis en ligne la quasi totalité de sa collection en permettant aux internautes du monde entier d’accéder gratuitement à la plateforme Open F | S. La grande majorité des 40 000 œuvres d’art proposées n’a jamais été vue par le public, et plus de 90% des images seront offertes en haute résolution et sans restrictions de droits d’auteur pour un usage non commercial.

freer open content main-banner

Les galeries Freer et Sackler sont la première institution de la Smithsonian et les seuls musées d’art asiatique américains à numériser et libérer intégralement l’accès à leurs collections, et rejoignent ainsi d’autres musées américains pionniers tels que le Getty (Article du Clic France) ou l’européen Rijksmuseum.

Par cette initiative le musée de Washington entend « encourager le public à utiliser les images à des fins éducative, scientifique, pour des projets artistiques et personnels qui ne seront pas commercialisés, promus ou vendus. »

« Nous sommes prêts à un point de basculement numérique, signe que notre musée est en train de radicalement changer », avait déclaré avant la mise en ligne de ses images, Julian Raby, le directeur de la Freer Sackler Galleries. « Nous nous efforçons de promouvoir l’amour et l’étude de l’art asiatique, et la meilleure façon dont nous pouvons faire est de libérer nos ressources inégalées afin d’inspirer la découverte, les études universitaires et la création artistique ».

Plus de 50 000 images numérisées

Les chefs-d’œuvre du musée vont du néolithique à nos jours, avec en particulier des ensembles de jades et bronzes chinois, des objets de l’art islamique, des peintures chinoises et chefs-d’œuvre de la Perse antique.

La libération de ce contenu est le résultat d’un effort massif du personnel pour photographier, numériser et renseigner tous les enregistrements numériques des objets, nécessitant près de 6 000 heures de travail dans la dernière année seulement et résultant en plus de 10 téraoctets de données et 50 000 images.

Les galeries ont également accueilli un projet pilote de numérisation rapide de la Smithsonian Institution, une « nouvelle méthode permettant de numériser rapidement et efficacement un grand nombre de petits objets ».

freer cosmic-buddha-1

Fonctionnalités évolutives

Dans la version initiale, chaque œuvre sera représentée par une ou plusieurs reproductions dans une résolution la plus élevée possible. La plateforme offre également un accès aux ouvrages et manuscrits en proposant les pages les plus importantes. Certaines des images les plus populaires seront disponibles pour un téléchargement libre en fond d’écran pc et mobiles et en widget médias sociaux.

Dans un article du blog du musée, Courtney O’Callaghan, directeur numérique de la Freer | Sackler, explique: « nous avons photographié, numérisé et transféré toute notre collection dans un système de gestion des ressources numérique, soit 40 000 œuvres et presque deux fois plus d’images, de la célèbre Whistler Peacock Room au moindre objet en céramique sans nom. Nous avons examiné les droits sur chaque objet et examiné les dossiers, à la fois complet et incomplet, et nous avons jugé acceptable de les rendre public ».

Les futures versions de Open F | S offriront des fonctionnalités supplémentaires telles que le partage communautaire.

Depuis le 2 janvier, les œuvres favorites des collections numériques du musée sont mises en avant dans une nouvelle série hebdomadaire « Friday Fave » sur Bento, le blog de ​​musée.

Les questions fréquemment posées et leurs réponses concernant l’initiative sont disponibles en ligne et les détails juridiques sont présentés dans une section du site de la Smithsonian Institutions sur l’utilisation des ressources numériques.

freer image

Internautes béta testeurs

Les amateurs sont également invités à fournir des commentaires sur Open F | S en s’inscrivant pour devenir un béta testeur de la Freer | Sackler. Les bêta-testeurs qui s’inscrivent recevront des invitations Hackathon exclusives et des versions de test des futures versions futures Open F | S.

Open F | S est la plus grande initiative numérique des galeries mais vient prolonger d’autres projets récents visant à accroître l’accessibilité globale aux collections. Les galeries Freer et Sackler avaient déjà participé au lancement du Google Art Project (207 images mises en ligne). En outre, les galeries ont déjà numérisé et mis en ligne 400 spectacles et autres captations d’événements ayant eu lieu au Meyer Auditorium de la Freer pour le streaming et le téléchargement, et en version podcast. La Freer | Sackler propose également plusieurs modèles 3D sur le site Smithsonian X 3D, incluant le « Cosmic Bouddha», offre également au public des expositions en ligne et des applications téléchargeables gratuitement.

Les deux galeries, Arthur M. Sackler Gallery, et la Freer Gallery of Art sont toutes les deux situées à Washington, près des autres musées gérés par la Smithosnian Institution. Ces deux galeries partagent une même visibilité numérique: asia.si.edutwitter.com/freersackler ou facebook.com/freersackler.

SOURCES: Freer and Sackler Galleries

Date de première publication: 06/01/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

L’artiste Japonaise Chiharu Shiota invite le public à participer à la création de sa nouvelle installation

Smithsonian Institution: des projets ambitieux et des milliards de dollars de financements privés

Le J. Paul Getty Trust ajoute 77 000 images à son programme Open Content

La 3D ressuscite une ancienne grotte bouddhiste chinoise à la Smithsonian Sackler Gallery

La Smithsonian Institution mobilise les bénévoles pour son projet de numérisation massive

Les arts chinois se déploient sur la toile