Partager :

Emmanuel Rouillier, Directeur et Fondateur de l’agence Mosquio, répond aux questions du CLIC France et partage sa vision du numérique culturel actuel.

Mosquito à été créé à la fin de l’année 1996, au moment ou les premiers fournisseurs d’accès lancaient les forfaits Internet grand public. Quelques mois auparavant était sortie la première version stable de Netscape qui avait introduit la notion de tableau et ouvrait la voie à la réalisation de mises en page évoluées sur le web. C’était l’époque un peu héroïque des pionniers, on était à fond dans l’innovation.

Nous étions des jeunes graphistes « print », diplômé d’écoles d’Arts appliqués. Mais j’avais déjà quelques années d’expérience dans la production de Cédéroms interactifs. J’ai toujours été un peu geek, j’avais un ZX81 dans ma chambre de collégien !

Mosquito a toujours été un petit atelier, si nous avons été jusqu’à 7 ou 8 permanents autours des années 2000, nous sommes toujours approximativement le même nombre, mais la plupart d’entre nous sont free lance, ne reste de permanent à l’atelier que mon assistante, des stagiaires et moi. Cependant, l’équipe est très fidèle. Nous nous connaissons tous depuis longtemps et avons beaucoup de plaisir à travailler ensemble. Régulièrement de nouveaux membres viennent renforcer l’équipe et apporter de nouvelles compétences ou de nouvelles technologies. Il y a des développeurs spécialistes de CMS, par exemple Arnaud Martin un des créateurs du CMS SPIP, mais aussi des développeurs Drupal, WordPress ou PHP, des vidéastes, animateurs, monteurs, photographes spécialisés dans la reproduction d’œuvres d’art et de photos panoramiques. Il y a aussi un constructeur de table multi touche, des développeurs Python, Processing, Pure data et même un designer sonore … Par contre, Mosquito est probablement une des rares agences interactives à avoir le même directeur artistique depuis 17 ans.

Je pense que le multimédia au sens de médiation culturelle numérique est un outil particulièrement adapté la découverte et à l’apprentissage des connaissances. Nous sommes à l’aube de grands bouleversements. J’aime particulièrement travailler sur des usages et des technologies innovantes, pour cela, il faut aimer prendre des risques, cependant, dans bien des projets, aujourd’hui le risque est inacceptable. Cela rend l’innovation beaucoup plus difficile.

En 1998, nous travaillions pour le ministère des Affaires étrangères et plusieurs de leurs opérateurs comme l’AFAA (maintenant l’institut français) et le réseau des Centres culturels et des Alliances française dans le monde, sur un projet de centre culturel virtuel. Ce projet avait été remarqué par Yahoo France (l’acteur Internet le plus puissant de l’époque) comme l’un des sites Internet les plus intéressant de l’année. Cela nous à apporté une belle visibilité. Quelques jours plus tard, la réunion des musées nationaux et le ministère de la culture nous contactaient pour nous confier des projets. Depuis nous avons eu la chance de travailler avec beaucoup de lieux culturels très prestigieux.

Client et liens vers principales réalisations culturelles et muséales durant les 12 derniers mois:
. le site du MAC/VAL (musée d’arts contemporain du Val de Marne)
. le site des Abattoirs (musée d’art moderne et contemporain de Toulouse)
. un projet de site pour enfant avec la Cité de l‘architecture
. le design du site du musée Guimet

Le responsive design est un nouveau tournant dans la conception des sites web. 20% de la consultation des sites web se fait maintenant sur des mobiles. Il est donc évident que les sites des institutions muséales doivent être optimisés pour ces supports, d’autant que ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Depuis cette année tous nos projets de site sont construits en responsive design. Ainsi, le même contenu s’adapte en fonction de l’écran sur lequel le visiteur le consulte. Ceci engendre de nouveaux usages et impacte la façon dont le contenu est pensé et structuré.

Comme graphiste, je commence maintenant à penser le design d’un site à partir de la version tablette, puis je le décline sur un petit écran dans une logique d’usage en mobilité, ce n’est que ensuite que je dessine la version desktop. Mine de rien c’est une petite révolution.

Nous avons commencé par une version mobile et tablette distincte du site Cité de la musique Live. Puis une version totalement responsive du MAC/VAL qui à été notre tout premier essai avec les Media Queries. Nous avons enchainé avec une version responsive des Abattoirs. Celle-ci a été déclinée en application IOS et Androïd. Hybride moitié embarquée, moitié version mobile en ligne.

La stratégie de communication à mettre en œuvre par une institution sur les réseaux sociaux n’est pas notre métier. Par contre, je pense que construire un site sur un mode participatif peut être extrêmement intéressant.

Actuellement nous travaillons à la refonte du site de l’école Boulle que nous avons conçu sur le modèle du « mur » de Facebook.

Chaque étudiant sera en mesure de poster sur le mur de sa classe, de sa section et de son département, des messages, photos, vidéos, qui pourrons être des résultats de travaux, de workshops, des photos prisent lors de voyages d’études, la participation à des expos ou des concours, etc. La modération sera réalisée par un professeur référent. L’idée est de favoriser l’émulation en impliquant au maximum tous ceux qui étudient ou travail à l’école. Je ne crois pas qu’aucune autre école ai tenté ce genre d’expérience, j’espère que le concept prendra, nous le saurons en septembre.

Le site autour de l’exposition Situation(s) du MAC/VAL est à ma connaissance la première expérience de curation d’exposition participative. Le public est invité à sélectionner des œuvres ou des documents en rapport avec l’exposition. A travers un thesaurus de mots clés, le public référence, depuis le web, des images, des textes et des vidéos et les soumets à la validation du commissaire. Après acceptation, l’application fabriquera alors automatiquement les cimaises et installera les contenus dans les pages.

Projection du site dans le hall du MAC/Val pendant le vernissage de l’exposition Situation(s), le vendredi 29 juin 2012.

En 2008, nous réalisé une des toute première application muséale française pour le musée Jacquemart André, un audio guide ultra traditionnel pour l’exposition « Bruegel, Memling, Van Eyck » fabriqué avec Xcode. Ensuite, nous avons réalisé une application plus ambitieuse pour le musée des Arts décoratifs dont nous venons juste de terminer le portage sur Androïd.

Nous avons aussi réalisé 2 albums numériques pour le château de Malmaison, une visite virtuel panoramique à 360° et une présentation de la collection de costumes, des robes de cours de Joséphine et des vêtements de Napoléon. Les 2 albums proposent de manipuler les images avec le doigt de façon à tirer partie de la surface Tactile des tablettes et à rendre l’expérience de consultation d’un album numérique différent de la consultation d’un livre traditionnel.

Nous venons de terminer pour le centre Pompidou une application automatisant complètement la gestion des invitations aux vernissages des expositions du centre. De la conception graphique des invitations à la connexion avec la base des invités jusqu’à l’envoie en masse des emails, l’application prends en comptes toutes les étapes du processus. Les invités reçoivent leurs cartons d’invitations numériques nominatifs par email, ils seront scannés à l’entrée du vernissage grâce à un code barre ou un QR Code personnel.

Nous travaillons sur une App hybride (embarquée/mobile) pour la cité de la musique. Il y a encore d’autres projets dans les cartons mais pour le moment ils sont encore incertains.

Nous déclinons les versions IOS vers Androïd, par exemple pour les Arts déco, mais aussi pour les albums de Malmaison ou pour les Abattoirs. C’est encore trop neuf pour pouvoir faire des comparaison du nombre de téléchargement. Il semble cependant qu’il y ai un net avantage aux versions IOS, (95% IOS – 5% Android pour une meme application), mais nous allons surveiller ça avec attention.

Le gros avantage de la version mobile, c’est qu’elle est faite pour être multi OS.

Personnellement, je conseil à mes client d’utiliser une version mobile et ainsi d’utiliser la plate forme de gestion de contenu de leur site Internet.

Les sites responsive nécessitent d’utiliser du CSS3 et du html5 ce qui permet d’obtenir plein de nouveaux effets d’animation très sympa par contre, cela nécessite d’abandonner la compatibilité IE6 et 7. Pour être présent sur l’Appstore, je conseil de créer une App, avec un peu de contenu embarqué, principalement des gros média, et d’utiliser des pages en provenance de la version mobile pour tous les contenus liés à l’actualité, la programmation, les expos…etc. Je travaille aussi sur un CMS qui permettra aux musée de produire eux même leurs audio guide en incluant un lecteur de QR Codes. Le musée pourra choisir de construire une version on-line ou off-line.

Je trouve qu’une des choses les plus excitantes ces dernières années, c’est le retour du multimédia en salle, rendu possible grâce à l’apparition des dispositifs multi tactile.

Nous réalisons actuellement une table multitouche de 2,40 mètre de long pour le musée Curie, rue d’Ulm à Paris dans le 5e. Cette table sera un des éléments phares de la nouvelle muséographie pour la réouverture du musée Curie. Inauguration en septembre.

Nous venons de signer pour la réalisation d’une 2e table à livrer en novembre 2012, à la cité universitaire international de Paris.

J’aime beaucoup, les contenus jeunesse, c’est toujours l’occasion de réaliser des productions un peu décalées. Par contre, ce sont des productions qui coûtent cher, elles nécessitent beaucoup d’animations, de la voix off, de l’illustration … tous ceci coute cher ! Un projet que j’aime bien, c’est les Archimômes, un site destiné aux enfants réalisé avec la Cité de l’architecture il à été soutenu par le fond du ministère de la Culture pour les applications innovantes en 2010.

Oui, j’y crois beaucoup, j’adore cette idée d’apprendre en s’amusant, par contre, je n’aime pas le terme « serious game », car justement ça à l’air ennuyeux. J’espère que nous arriverons à produire l’année prochaine une déclinaison d’un parcours de visite/ jeu mobile, en salle, autour du site Archimômes avec la Cité de l’architecture.

Ils sont si peux nombreux. Par contre ce qui est chouette, c’est que tous reste encore à faire.

La Tate, sans hésitation, le Brooklyn Museum, le MoMA

Le jeu de Paume, La maison européenne de la Photo, la maison rouge, le Palais de Tokyo, car je suis fan d’art contemporain.

Mais surtout, indépendamment de la thématique, j’aimerais travailler avec un lieu et une équipe qui souhaitent intégrer le numérique comme un des éléments centraux de la médiation avec le public. Du coup, … encore la Tate.

MOSQUITO INFOS PRATIQUES

Date de création de la société : 1996
Nombre de collaborateurs : 7 ou 8
Activités principales : Médiation culturel numérique. Conception et réalisation de sites Internet, d’applications mobiles, d’albums numériques sur tablette, de bornes tactiles, de tables multitouche de systèmes vidéo projeté…
Site web : www.mosquito.fr
Page facebook : http://www.facebook.com/mosquitolab
Twitter : manumosquito
Adresse : 23, rue du Buisson Saint-Louis 75010 Paris
Contact mail : emmanuel@mosquito.fr
Contact téléphone : 01 47 70 00 11

 

Interview réalisée le 4 juillet 2012.

Partager :

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France