Le musée en ligne de l’université d’Oxford vise à améliorer la santé mentale des adolescents britanniques

Partager :
Temps de lecture : 3 min

Un groupe de jeunes a commencé à concevoir un musée d’art et de culture en ligne dans le cadre d’un programme de recherche visant à améliorer la santé mentale. Environ 1 500 personnes, âgées de 16 à 24 ans, participent au projet “Optimizing cultural experiences for mental health in underrepresented young people onlINe” (Origin) de l’université d’Oxford. Ce programme de 2,6 millions de livres sterling vise à réduire l’anxiété et la dépression chez les adolescents.

Le projet ORIGINE (Optimisation des expériences culturelles pour la santé mentale chez les jeunes sous-représentés en ligne) se déroulera de 2023 à 2028. C’est une collaboration entre NHS Trusts, des universités britanniques, en partenariat avec des musées et des organisations caritatives. Il est financé par le National Institute for Health and Care Research (NIHR).

  • 1 500 jeunes testeurs

ORIGIN s’appuie sur des recherches préliminaires dans lesquelles une expérience culturelle en ligne appelée Ways of Being, co-conçue et testée en 2020/21 pour la santé mentale des jeunes. 

Malgré le temps et les ressources limités pour développer Ways of Being, il a été accueilli avec enthousiasme par les jeunes et a réduit les sentiments négatifs par rapport à un site Web de musée traditionnel.

La nouvelle étude implique divers jeunes âgés de 16 à 24 ans co-concevant une intervention artistique et culturelle en ligne visant à réduire l’anxiété et la dépression. Son efficacité sera ensuite testée dans un essai de près de 1 500 jeunes,

Les jeunes participants comprennent des personnes issues de la communauté LGBT+, des personnes autistes, des personnes issues de minorités ethniques, des personnes issues de zones défavorisées du Royaume-Uni et des personnes inscrites sur les listes d’attente du NHS pour un soutien en santé mentale.

Le professeur Bhui, de l’Université d’Oxford, qui co-dirige le projet avec le Dr Rebecca Syed Sheriff, a déclaré : “Il existe un énorme potentiel pour les méthodes créatives et numériques permettant de capturer de manière authentique les expériences des jeunes et de co-concevoir des interventions pour prévenir une mauvaise santé mentale”.

Il a déclaré qu’Origin allait compléter d’autres “programmes pionniers” du département de psychiatrie de l’université qui utilisent les arts créatifs comme “intervention d’autonomisation pour les jeunes”.

Le Dr Rebecca Syed Sheriff, psychiatre consultante du NHS et chercheuse clinique principale à l’Université d’Oxford, a dirigé les travaux préliminaires et dirige ce programme.

Elle a précisé que “si la plupart des problèmes de santé mentale commencent avant l’âge de 25 ans, les jeunes sont les moins susceptibles de recevoir des soins de santé mentale, avec certains groupes, tels que les minorités ethniques”. Elle a ajouté: “Une grande partie du soutien actuellement offert par les services de santé, comme les médicaments et les thérapies par la parole, est inaccessible et inacceptable pour de nombreux jeunes qui en ont le plus besoin. “Le soutien en ligne peut être plus accessible et ce projet passionnant nous donne la chance de travailler avec divers jeunes selon leurs propres conditions pour co-concevoir une intervention dans laquelle les jeunes sont engagés et en laquelle ils croient”.

  • Le rôle des musées

Helen Adams, des jardins, bibliothèques et musées de l’Université d’Oxford, qui est partenaire du projet, a déclaré: “Dans nos recherches précédentes, les jeunes nous ont dit qu’ils voulaient se connecter avec les expériences humaines de différentes personnes à travers le monde et à travers l’histoire, racontée sous des angles différents. Les musées et autres institutions culturelles ont le potentiel de répondre à ce besoin, mais reconnaissent que de nombreuses histoires intégrées dans leurs collections d’œuvres d’art et d’artefacts doivent encore être révélées. Les musées s’efforcent de créer des espaces sûrs et inclusifs à la fois en personne et en ligne, mais savent qu’ils ne sont pas toujours considérés comme accessibles ou pertinents par de nombreux jeunes. Nous sommes vraiment ravis de faire partie de ce projet pour remettre en question nos méthodes de travail et en savoir plus sur la manière dont les arts et la culture peuvent contribuer à enrichir et à améliorer la santé mentale et le bien-être des jeunes, encourageant potentiellement l’engagement tout au long de la vie”. 

  • Des jeunes dans le conseil consultatif

En plus de co-concevoir l’intervention, divers jeunes participeront activement à l’équipe de recherche et aideront à façonner la recherche et à interpréter les résultats.

Le conseil consultatif du projet comprendra des jeunes, des enseignants, des aidants, des travailleurs caritatifs, des travailleurs sociaux, des professionnels de la santé et des personnes travaillant dans les arts et la culture.

Parmi les autres partenaires d’ORIGIN figurent l’Université de Liverpool, l’Université de Sheffield, l’Université Sheffield Hallam, l’University College London, l’Université de Plymouth, l’Université de Cambridge, la London School of Economics, le National Video Games Museum, les National Museums Liverpool, le Cornwall Museums Partnership, le Cornwall Partnership NHS Foundation Trust, Making Waves basé à Cornwall, Dreadnought et Speak Up Cornwall et Imagineear.

www.glam.ox.ac.uk/article/online-arts-and-culture-for-mental-health-research-programme-announced

SOURCES: Oxford University

PHOTO du carrousel: Ashmolean Museum, University of Oxford

Date de première publication: 19/04/2023

banner malaga juin 2024

Laisser un commentaire