L’application Google Arts & Culture, lancée en 2016, vient de s’enrichir d’une nouvelle fonctionnalité qui fait le buzz et rencontre déjà un grand succès. En s’appuyant sur la technologie de reconnaissance faciale, « Is your portrait in a museum ? » permet aux utilisateurs de comparer leur visage avec environ 70 000 œuvres, et de faire connaitre leur « sosie » à leurs amis du monde entier.

googlearts

L’application Google Arts & Culture, déjà célèbre pour son contenu muséal riche et universel, s’est enrichie d’une nouvelle option qui fait beaucoup rire les utilisateurs. Redoutable outil de marketing viral, « Is Your Portrait in a Museum » (Y a-t-il votre portrait dans un musée ?), permet de trouver son double parmi les oeuvres de plusieurs centaines de musées, répartis dans 70 pays.

Cette nouvelle fonctionnalité s’appuie sur la technologie de reconnaissance faciale et sur la base de données de l’application contenant plus de 70 000 oeuvres.

L’application fournit une jauge de compatibilité entre les deux images. Et elle propose ensuite d’en savoir plus sur l’oeuvre en apportant des précisions sur son titre, le peintre, la date de création ou encore la collection à laquelle elle appartient.

En résumé, une application ludique qui grace à un selfie enrichit la culture générale de ses utilisateurs !

googleart2

@kumailn

Beaucoup d’utilisateurs de l’application se sont ainsi mis à comparer leurs photos à l’aide de cette fonction et à partager les résultats sur les réseaux sociaux. La plupart des associations sont très similaires, mais certains utilisateurs ont eu la surprise de découvrir des sosies pas tout à fait ressemblants, et le font savoir.

Certaines stars, comme les joueurs de baseball de l’équipe des Reds de Cincinnati et les footballers du Bayern de Munich ont trouvé ces comparaisons très drôles.

La fonction « Is your portrait in a museum ? » est pour le moment seulement disponible dans certains pays, et pas encore en France. Son succès est tel que l’application Google Arts & Culture se classe maintenant au premier rang parmi les applications gratuites aux Etats-Unis. Un vrai décollage pour une application qui avait enregistré entre 1 et 5 millions de téléchargements sur le Play Store, en 2 ans d’existence. L’application est téléchargeable gratuitement sur l’App Store et Google Play.

Depuis plusieurs mois, le Cleveland Museum of Art propose déjà cette fonction de comparaison du visage des visiteurs aux portraits de sa collection dans sa galerie One.

Des visiteurs de musées face à leur sosie

Cette fonctionnalité apparaît à un moment où la recherche de sosie devient une nouvelle pratique des visiteurs de musées.

Le phénomène est né en 2012, lorsque Max Galuppo en visite avec un ami au Philadelphie Museum of Art, tombe nez à nez avec son double, face à la toile « Portrait d’un noble avec un gantelet de duel ». Depuis, de plus en plus de visiteurs de musées partagent sur les réseaux sociaux des clichés les mettant en scène devant leur sosie pictural.

sosie5

Le phénomène du « Doppelganger » (recherche de son double) s’est répandu et est devenu un must viral, parfois malgré les interdictions ou réticences de certains musées.

sosie2

Une nouvelle preuve que l’association des nouveaux usages numériques et des réseaux sociaux permet d’attirer et de mieux impliquer certains publics, qui ne sont pas les visiteurs traditionnels des galeries des musées .

Sources: Inverse Culture, CNet, Creapills, le Figaro

Date de première publication:

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Avec « We Wear Culture », Google Art & Culture dédie une nouvelle chaîne à l’histoire et à la culture de la mode

. En partenariat avec Google Arts & Culture, Saint-Germain-en-Laye met en ligne les tableaux des collections municipales

. 18 châteaux de la Loire rejoignent Google Arts & Culture et y apportent plus de 2.000 documents et 46 expos virtuelles

. DOSSIER / Google Arts & Culture: les plus grandes institutions françaises et mondiales contributrices en reproductions d’oeuvres (05/07/2016)

. Google Art Project s’enrichit de plus de 2 000 reproductions d’oeuvres d’art indiennes et offre dorénavant 70 expositions virtuelles