L’europe numérique copntinue de déployer ses ailes. Après Europeana, les fonds de la commission européenne ont permis la naissance  d’Europeana Fashion. Une première version de la plateforme numérique dédiée à la mode du vieux continent verra le jour le 2 mai avec 100 000 contenus numériques provenant de 22 musées et institutions européennes.

L’objectif des partenaires de ce projet ambitieux est de proposer 700,000 contenus numériques consacrés à la mode d’ici mars 2015 afin de « préserver l’histoire et le patrimoine de la mode européenne pour les futures générations ».

“C’est la première tentative pour assembler un tel volume de contenus provenant des archives des musées publics et privés ,” a déclaré au NY Times Alessandra Arezzi Boza, qui supervise les contenus et la communication de ce projet. “Et l’un des principaux challenges de ce projet est principalement que ces contenus sur la mode sont dispersés et ainsi difficilement recherchables sur le web ».

Europeana Fashion a été conçu comme une extension d’Europeana, la plateforme numértique de contenus culturels créée il y a 5 ans et qui contient 24 millions de contenus, de la Joconde à la bible de Gutemberg.

Au lancement effectif de la plateforme web, les internautes pourront retrouver les documents et les archives par date, designer, objet et mot clef. En cliquant sur une image, ils pourront obtenir plus d’informations et accéder à plus d’images liées.

Des photos aux expositions virtuelles

Les contenus inclueront :

. des photos des défilés, de leurs coulisses, des expositions des musées et des installations des foires,

. des vidéos

. des biographies

. des blogs

. des dessins, posters et catalogues

. des textes et de la documentation tels que les invitations aux défilés, articles des journaux et magazines (du 18ème siècle à aujourd’hui).

Au delà du web, Europeana Fashion prévoit d’organiser aussi un cycle de conférences, qui démarrera avec “Fashion Industry and the GLAM Community” le 17 et 18 avril à Florence, des expositions virtuelles et même des opérations spéciale avec Wikimedia.

Comme l’expliquent les initiateurs de ce projet, Arezzi Boza et Marco Rendina, experts nouveaux médias de la Fondazione Rinascimento Digitale, une association italienne, « quand vous cherchez fashion sur le moteur de recherche d’Europeana, vous ne trouvez que 5 935 contenus numériques, ce qui n’est rien par rapport aux plus de 24 millions de contenus de la plateforme Européenne ».

Les deux italiens ont rejoint le ModeMuseum d’Anvers qui travaillait sur la même idée. Cette union a convaincu la Commission Européenne de soutenir le projet et plus de 20 institutions de les rejoindre.

   

Un budget de lancement de 3.3 millions d’euros

La Fondation Italienne, basée à Florence, est le coordinateur du projet. Son secrétaire, Marco Rufino, est aussi le coordinateur général d’Europeana Fashion. La Commission Européenne (CIP ICT Policy Support Programme) a apporté 80 % du budget de €3.3 million qui sera investi sur le projet de mars 2012 à février 2015. Les autres partenaires complètent le financement.

Ces partenaires ont accepté de créé Europeana Fashion Foundation pour administrer, actualiser et enrichir le site à partir de 2015. Parmi ces partenaires qui viennent de 12 pays d’Europe, une seule institution française: Les Arts Décoratifs de Paris.

23 Partenaires

Europeana Fashion associe 23 partenaires et notamment des musées et  institutions spécialisées dans la mode: ModeMuseum Provincie Antwerpen (BE), Victoria & Albert Museum (UK), Royal Museums for Arts and History (BE), Nederlands Instituut voor Beeld en Geluid (NL), Stiftung Preussischer Kulturbesitz (DE), Catwalk Pictures (BE), Stockholm University (SE), Belgrade Museum of Applied Arts (RS), Les Arts Décoratifs (FR), MUDE (PT), Peloponnesian Folklore Foundation (GR), Emilio Pucci Archive (IT), Pitti Immagine (IT), Centraal Museum Utrecht (NL), Nordiska Museet (SE), Rossimoda Shoe Museum (IT), Museo del Traje (ES), Wien Museum (AT), Archivio Missoni (IT)

Certains partenaires ont déjà annoncé leurs contributions: ModeMuseum Antwerp va apporter 100 000 contenus, the Victoria & Albert Museum de Londres, 8 000 catalogues numériques et images, portant notamment sur des créations des années 1880 et le RossiModa Shoe Museum de venise, 12 000 images de chaussures.

« Europeana Fashion va créer un portail que les créateurs ou toute personne intéressée par la mode pourra utiliser comme un guichet unique » estime Heather Caven, responsable de gestion des collections au Victoria & Albert Museum, qui est en charge de créer un thesaurus multilingue pour le nouveau portail.

« La mode fait partie intégrante de la culture Européenne » a déclaré Laudomia Pucci di Barsento, Vice Président et Directeur de l’image du groupe Emilio Pucci et propriétaire de la Fondazione Archivio Emilio Pucci, qui a démarré la numérisation de ses collections il y a 10 ans.

En plus des partenaires -apporteurs de contenus-, le projet associe un coordinateur, la Fondazione Rinascimento Digitale (IT) et deux partenaires techniques, la National Technical University of Athens (GR) et l’Internet Architects (BE).

Au delà de la création et de la gestion de la plateforme web, les partenaires entendent également:

. agréger et harmoniser les contenus numériques existants en Europe et les intégrer sur Europeana.eu.
. améliorer l’interopérabilité entre les collections Européennes existantes et promouvoir l’utilisation du modèle Europeana et d’un thésaurus commun.
. promouvoir l’utilisation et l’accès au portail par le plus large public et attirer des contenus du public et se connecter à des plateformes ouvertes comme Wikipédia.

En attendant son lancement le 2 mai, le site www.europeanafashion.eu propose déjà des informations sur le projet, un blog sur son développement. Des informations sont également transmises via un fil twitter et une page facebook.

D’après les informations fournies par Europeana Fashion et les interviews dans le NY Times du 17 février 2013