Le 17 septembre 2022, la BNF ouvre à tous les publics son berceau historique de Richelieu

Partager :

Le 17 septembre 2022, le site Richelieu, berceau historique de la Bibliothèque nationale de France, ouvrira entièrement ses portes après plus de dix années de rénovation et de transformation. Les visiteurs pourront découvrir de nouveaux espaces, parcours et outils de médiation. 

[EVENT CLIC] Le lundi 26 septembre 2022, à 16.00, la BNF invite les membres du Clic à découvrir les nouveaux espaces et le nouveau musée de la BNF Richelieu qui ouvre au public le 17 septembre 2022, après une douzaine d’années de travaux. Nous pourrons ainsi (re)découvrir le site historique Richelieu de la Bibliothèque nationale dans le centre de Paris, et notamment son nouveau musée, et tester les nouveaux outils de médiation. Visite CLIC du nouveau musée de la BNF Richelieu

Lire, étudier, contempler, visiter : avec l’ouverture à tous les publics de ce lieu emblématique, dans le centre historique de Paris, longtemps réservé aux chercheurs, la BnF réaffirme l’une de ses vocations majeures – permettre à tous l’accès au savoir et à la culture.

Dès le 17 septembre 2022, les lecteurs, chercheurs, visiteurs ou promeneurs vont pouvoir profiter d’une offre culturelle pleinement renouvelée, qui donnera à voir la richesse et la diversité des collections de la BnF, constituées depuis le Moyen Âge par les rois de France et enrichies jusqu’à aujourd’hui.

Le public accèdera à la salle Ovale, joyau architectural entièrement restauré, à la fois salle de lecture, lieu de visite et de découverte, en accès libre et gratuit. Le nouveau musée de la BnF, d’une superficie de1 200 m2, présentera près de 900 œuvres – de l’Antiquité à nos jours –, représentatives de l’encyclopédisme des fonds de la Bibliothèque.

  • Un campus sur l’histoire et l’histoire des arts
Cabinet précieux © Guicciardini & Magni architetti, 2019

Depuis 2016, le site Richelieu s’est constitué en campus pour la recherche consacré à l’histoire et à l’histoire des arts, regroupant la BnF, la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et celle de l’École nationale des chartes.

Avec l’ouverture de l’ensemble du site, la BnF fait naître un lieu inédit et multiple, aboutissement d’un grand projet architectural et culturel.

Doté d’une salle de lecture spectaculaire et ouverte à tous, de nouvelles salles pour les chercheurs, d’un musée, d’une galerie d’expositions temporaires, d’une librairie, d’un café et d’un jardin, il accueillera désormais un public large et très diversifié.

  • La renaissance de la BnF I Richelieu

La réouverture du site historique de la Bibliothèque nationale de France coïncide avec le tricentenaire de sa première installation dans l’ancien palais Mazarin, en 1721-1722.

L’histoire de la Bibliothèque est celle d’une perpétuelle quête d’espace, du fait de l’accroissement constant de ses fonds. Pour la première fois de son histoire, la BnF a eu l’occasion de rénover et repenser le bâtiment originel dans son intégralité.

« L’enjeu pour les architectes a consisté à valoriser les strates historiques de l’édifice tout en garantissant une cohérence d’ensemble et en insufflant modernité et ouverture à un site qui s’est construit au fil des siècles ».

Galerie Mansart © Jean-Christophe Ballot / BnF

Avec cette réouverture, la BnF trouve sa pleine identité, répartie entre les deux rives de la Seine.

Plus de 40 millions de documents y sont conservés, principalement sur deux sites : François-Mitterrand pour les imprimés et les documents audiovisuels ; Richelieu pour les collections dites « spécialisées » – manuscrits, dessins, gravures, photographies, cartes et plans, monnaies et médailles, antiques et bijoux…, soit plus de 20 millions de documents.

En complément des salles ouvertes en 2016 au département des Manuscrits et au département des Arts du spectacle, les chercheurs auront accès à de nouvelles salles de lecture entièrement rénovées pour les départements des Monnaies, médailles et antiques, des Estampes et de la photographie, des Cartes et plans.

La salle des Manuscrits devient la salle des Manuscrits et de la Musique.

Un studio de répétition sera également accessible aux chercheurs du département de la Musique.

« Préserver dans les meilleures conditions ses collections inestimables, offrir aux chercheurs un environnement de travail optimal et permettre à chacun de découvrir ce bien commun : telle a été l’ambition qui a prévalu dans la rénovation du site ».

  • La salle Ovale : un trésor du patrimoine en libre accès
Salle Ovale © Jean-Christophe Ballot / BnF, 2021

Symbole de l’ouverture du site Richelieu, le « Paradis ovale », joyau architectural conçu à la toute fin du XIXe siècle par Jean-Louis Pascal et inauguré en 1936, retrouve sa vocation originelle d’espace ouvert à tous, en accès libre et gratuit.

Plus de 20 000 volumes y seront présentés en libre consultation. Ils permettront de découvrir l’histoire des arts et du patrimoine, mais aussi la bande dessinée et les arts numériques.

La salle Ovale sera dès lors bien plus qu’une salle de lecture : un lieu de visite et de découverte, ouvert à toutes les expériences, offrant des dispositifs innovants comme l’essayage numérique de costumes, pour un voyage ludique au sein des collections de la BnF.

  • Le nouveau musée de la BnF : un patrimoine universel visible par tous

Le nouveau musée de la BnF embrasse toute l’étendue des collections de la Bibliothèque, de l’Antiquité à nos jours et dévoile près de 900 œuvres puisées dans ses collections encyclopédiques pour raconter une histoire culturelle et intellectuelle de la France et de ses relations avec d’autres pays.

Des pièces rares seront exposées comme le Grand Camée de France, le trône de Dagobert ou l’échiquier de Charlemagne. Des manuscrits enluminés (Le Psautier de Saint Louis) ou représentatifs de moments fondateurs de la pensée et de la littérature comme les Pensées de Pascal et Les Misérables de Victor Hugo côtoieront des estampes de Rembrandt à Picasso, des photographies de Nadar à Depardon, des objets et des costumes…

Le musée se déploiera sur 1 200 m2 dans des espaces qui figurent parmi les plus beaux du site Richelieu, notamment la galerie Mazarin (cœur de l’ancien palais du Cardinal), entièrement restaurée et ornée de fresques baroques de Romanelli.

Des dispositifs de médiation faciliteront la découverte des collections exposées et permettront au public de replacer les œuvres dans leur contexte historique.

Une programmation d’expositions temporaires, proposée dans la galerie Mansart, complètera cette offre culturelle, inaugurée par « Molière, le jeu du vrai et du faux », du 27 septembre 2022 au 15 janvier 2023.

  • Un voyage architectural dans le temps
Escalier © Laurent Julliand / Agence Contextes / BnF, 2021

Les architectes Bruno Gaudin et Virginie Brégal, appuyés par les architectes en chef des monuments historiques Jean-François Lagneau et Michel Trubert, ont repensé le prestigieux ensemble de bâtiments patrimoniaux que constitue la BnF I Richelieu, pour le moderniser et l’adapter aux nouveaux usages, mais aussi en révéler la splendeur, en mettant en lumière le travail de leurs prédécesseurs.

Au cours d’une promenade architecturale allant du xviie au xxie siècle où s’expriment les architectes Mansart, de Cotte, Labrouste, Pascal et Roux-Spitz, le public peut découvrir un « vaste archipel d’espaces », pour beaucoup inscrits ou classés au titre des monuments historiques ; comme la galerie Mazarin, la galerie Mansart, la salle Ovale ou le salon Louis xv – et leurs somptueux décors peints par Romanelli, Boucher, Van Loo, Natoire – aux plus récents, comme la galerie de verre.

Grâce à ce projet architectural axé sur la transparence, la libre circulation et l’ouverture ; le parcours offre aussi des vues inédites sur les salles de lecture et certains magasins, dont les styles reflètent les différentes périodes d’édification du site.

Entrée rue Vivienne © Jean-Christophe Ballot / BnF

Ce voyage dans le temps raconte l’histoire d’une des plus riches bibliothèques du monde, qui n’a cessé de se transformer et conjugue aujourd’hui sa dimension historique avec son ancrage dans le monde contemporain.

  • Le jardin Vivienne

Conçu par le paysagiste Gilles Clément associé à Antoine Quenardel et Mirabelle Croizier, dans le cadre du 1 % artistique, ce jardin accessible depuis la rue Vivienne et ouvert à tous, valorisera un ensemble de plantes papyrifères connues pour intervenir dans l’élaboration de supports d’écriture et d’impression.

Ce projet intitulé « Hortus Papyrifera » est d’autant plus symbolique pour la BnF, lieu de conservation des œuvres sur papier par excellence, qu’il s’inscrit dans une cohérence retrouvée avec l’architecture du palais Mazarin construit par François Mansart.

La BnF I Richelieu ouvre ainsi ses portes aux lecteurs, chercheurs, amateurs d’histoire, d’art et de patrimoine, aux visiteurs qui ont l’envie de contempler les trésors de collections encyclopédiques constituées par les rois de France depuis la fin du Moyen Âge, et les espaces historiques qui les abritent, de s’instruire via des dispositifs numériques ludiques ou de se ressourcer à l’ombre d’un jardin.

« Sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près du musée des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie-Française, avec ses deux entrées rue de Richelieu et rue Vivienne, le site Richelieu promet de faire découvrir un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, en plein cœur de Paris ».

Jardin Vivienne © Gilles Clément
  • En attendant la réouverture : une exposition pour (re)découvrir l’histoire de la BnF I Richelieu

L’exposition plonge le visiteur dans les péripéties de la conquête du quadrilatère Richelieu, depuis l’installation de la Bibliothèque dans le palais Mazarin.

Elle retrace les évolutions architecturales du site jusqu’au projet de l’agence Bruno Gaudin, les replaçant dans leur contexte historique. L’exposition raconte l’origine et la constitution de collections, depuis l’arrivée des premières estampes de la Bibliothèque royale en 1721, qui marque le début d’une histoire indissociable entre la Bibliothèque et le palais, appelé à devenir le « site Richelieu » de la Bibliothèque nationale de France.

Elle s’intéresse également aux différents publics de la Bibliothèque, des «curieux» et «savants» du xviiie siècle aux lecteurs et chercheurs du xxie siècle, mais aussi aux collections qui les attirent et à l’offre culturelle de cette « nouvelle » BnF I Richelieu. Enfin, elle présente le site Richelieu rénové, montrant son évolution et sa renaissance, en réponse aux missions nouvelles d’une bibliothèque ancrée dans le xxie siècle.

La Bibliothèque nationale de France à Richelieu. Histoire d’une renaissance
BnF I François-Mitterrand, allée Julien Cain
Jusqu’au 16 octobre 2022

  • Être mécène de la renaissance de la BnF I Richelieu

Plus de 3 200 donateurs et grands mécènes ont œuvré à la renaissance du site Richelieu. Mais il est encore possible de soutenir la restauration de cet écrin d’exception.

Restent à « adopter » : 5 lampes de pupitre de lecture de la salle Ovale pour un montant de 1 000 euros (340 euros après déduction fiscale), 2 caryatides pour un montant de 2 500 euros chacune (850 euros après déduction fiscale.)

Il est aussi possible de faire un don d’un montant libre (à partir de 10 €) pour contribuer à la restauration de la salle Ovale, de la galerie Mazarin ou du salon Louis XV.

Les noms des donateurs seront inscrits sur les éléments à adopter. Participer sur www.bnf.fr

  • Un week-end de fête 

L’ouverture du site sera célébrée le week-end des 17 et 18 septembre 2022 avec des événements gratuits proposés par la metteuse en scène Anne-Laure Liégeois.

SOURCES: BnF (CP)

PHOTOS: BnF

PHOTO CAROUSEL: Salle Ovale © Jean-Christophe Ballot / BnF Oppic

Date de première publication: 02/07/2022

La BnF est membre du Clic France.

Partager :

Leave a Comment