Le Musée Guggenheim Bilbao présente un plan de durabilité environnementale pionnier dans le monde des musées

Partager :

Le 29 avril 2022, le Musée Guggenheim Bilbao a annoncé qu’il devenait le premier musée au niveau international à certifier son empreinte carbone, y compris les émissions indirectes. Dans ce contexte, le Musée a préparé un plan ambitieux d’actions innovantes dans différents domaines, tels que la gestion de l’énergie, la programmation des expositions et les programmes publics, pour réduire progressivement son empreinte carbone et sensibiliser ses différents publics. Pour la première fois, le musée le Musée a calculé l’empreinte carbone d’une partie importante de ses émissions indirectes en 2019 et renouvellera l’opération pour l’année 2021.

La durabilité environnementale est l’un des principaux engagements que le Musée a pris dans son plan stratégique 2021-2023, à travers la création d’un cadre stratégique de durabilité environnementale conforme à l’Agenda 2030 des Nations Unies pour les objectifs de développement durable.

Coïncidant avec la célébration de son 25e anniversaire, le Musée Guggenheim Bilbao a présenté un plan de durabilité pionnier dans le monde des musées et visant à minimiser l’impact environnemental de son activité grâce à la mise en œuvre de solutions énergétiquement durables et de processus non polluants, tout en encourageant des activités axées sur l’écoefficacité.

  • Premier calcul de l’empreinte carbone globale d’un musée

En plus de l’empreinte carbone de ses émissions directes, le Musée a calculé l’empreinte carbone d’une partie importante de ses émissions indirectes en 2019, avec un total global de 4 313 tonnes.

Le calcul des émissions indirectes, connu sous le nom de « Scope 3 », est fondamental pour identifier les opportunités d’une plus grande efficacité énergétique et d’économies dans les activités quotidiennes du Musée. Le Musée Guggenheim Bilbao est le premier musée de la sphère internationale à franchir ce pas. 

Il a calculé et certifié son empreinte carbone liée au transport d’œuvres d’art et aux déplacements du personnel (coursiers), qui représentent un tiers des émissions totales.

  • De nouvelles règles en matière d’écoresponsabilité des expositions

À la lumière de ces constats, le Musée a consolidé certaines initiatives et entreprendra de nouvelles actions pour réduire la consommation d’énergie et de matières premières utilisées dans l’organisation des expositions.

– Prioriser la location de caisses d’œuvres d’art plutôt que la fabrication de nouvelles

– Partager le transport des œuvres d’art avec d’autres institutions, évitant ainsi les expéditions exclusives dans la mesure du possible, et privilégier la supervision virtuelle aux déplacements du personnel (mail et visioconférence)

– Limiter la construction de nouveaux murs en utilisant ou en adaptant des éléments conçus pour les événements précédents.

– Partager les éléments d’exposition du musée, tels que les socles, les bases et les vitrines, avec des institutions locales telles que Bizkaikoa et Bilbaoarte, pour augmenter la réutilisation desdits éléments.

  • Cadre stratégique et plan d’action 2022

Le cadre stratégique de durabilité environnementale concrétise l’un des principaux engagements du Plan stratégique 2021-2023 du musée et est aligné sur le programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies.

Objectifs de développement.

Dans le cadre du déploiement initial du cadre stratégique, le Musée a récemment créé Gu-Zero, une équipe interdisciplinaire de personnes travaillant dans différents services du Musée, dont la mission est de informer, sensibiliser et impliquer le personnel dans ses objectifs de développement durable, identifier les domaines et les opportunités d’amélioration, catalyser et suivre les actions contenues dans le programme annuel de développement durable.

Les initiatives

Les plans d’action 2022 comprennent, entre autres, les initiatives suivantes :

. Le programme artistique du Musée pour 2022 comprend une ligne d’action qui réfléchit sur l’environnement et favorise la conscience écologique.

En avril 2022, le Musée a ouvert Motion. Autos, Art, Architecture, un exposition qui parcourt l’histoire industrielle du XXe siècle et présente, en guise de conclusion, la soi-disant «Galerie du futur», un espace où quinze universités de renommée mondiale dans les domaines de le design et l’architecture répondent aux enjeux de la mobilité de demain, avec un fort accent sur innovation dans le domaine du développement durable et de la transition énergétique.

Par ailleurs, la programmation Film & Video présente deux expositions dans lesquelles des artistes d’horizons différents abordent des questions liées à la justice climatique à l’ère postcoloniale : Monira Al Qadiri : Quartier Saint, qui a ouvert ses portes en mars, et The Otolith Goup: O Horizon, ouverture en juin.

. En ce qui concerne les programmes publics, le Musée organise le séminaire Mobility Futures le 30 juin et le 1er juillet en collaboration avec l’Université du Pays Basque – Cours d’été UPV/EHU, en tant qu’activité parallèle à l’exposition Motion. Autos, Art, Architecture. Il réunira les universités présentées dans la Galerie du Futur pour aborder l’avenir de la mobilité dans les années à venir décennies. En octobre, le Muséum accueillera également le colloque international « Water Ecologies » qui cherche à encourager le dialogue et la collaboration entre artistes, scientifiques et technologues au sein du contexte mondial du changement climatique et des défis qui y sont liés. Cet événement, en collaboration avec l’initiative de la Commission européenne STARTS4Water et le consortium d’institutions qu’elle intègre, présentera certaines des voix les plus pertinentes aujourd’hui.

Empreinte carbone 2021

En 2022, le Musée mesurera son empreinte carbone pour 2021, y compris les émissions indirectes des caisses et éléments d’affichage d’exposition.

De plus, il abordera pour la première fois la mesure complète de l’empreinte d’une exposition (Mouvement. Autos, Art, Architecture), y compris toutes les émissions indirectes impliqués dans le développement et la réalisation de l’événement, tels que l’expédition des œuvres d’art et automobiles, caisses et équipements et éléments d’exposition de musée tels que de nouveaux murs, socles, bases, vitrines, peinture, textes et étiquettes.

Efficacité énergétique du musée

Dans le domaine de l’efficacité énergétique, le Musée prévoit de lancer cette année un projet d’éclairage dynamique, lui permettant de rouvrir les verrières des galeries d’exposition et de retrouver la configuration originale du espaces au troisième étage du Musée, grâce à une combinaison automatisée de la lumière du soleil et des agencements LED.

Le Musée envisage également de continuer à réduire sa consommation d’énergie avec l’installation de panneaux solaires pour produire de l’énergie solaire.

Enfin, le Musée élaborera un plan de compensation carbone, avec une attention particulière à la possibilité de le lier au développement d’initiatives créatives et éducatives.

Une stratégie durable ancienne

Alors que la stratégie de durabilité environnementale présentée aujourd’hui est « un grand pas en avant », le Musée Guggenheim Bilbao travaille à réduire son impact environnemental depuis ses débuts, et au fil des années a mis en place les initiatives suivantes :

. Technologie d’éclairage LED dans le Musée. Entre 2015 et 2021, le Musée a remplacé l’ensemble de ses luminaires à technologie LED. Ce changement a considérablement réduit l’empreinte carbone du Musée, en éliminant l’émission dans l’atmosphère de 335 tonnes de CO2 par an, ce qui implique également 25% des économies grâce à la réduction de la consommation d’énergie électrique.

. Traitement d’épuration. À partir de 2020, le Musée a appliqué un traitement particulier à ses espaces extérieurs avec des campagnes qui contribuent à purifier l’air de la ville d’une manière comparable à l’action purificatrice d’arbres. La technologie est basée sur le principe naturel de la photocatalyse et est appliquée à la grande bannières d’exposition affichées à l’extérieur du Musée ainsi qu’aux bannières publicitaires plus petites accrochées aux lampadaires de Bilbao et aux pellicules de vinyle apposées sur le tramway de Bilbao.

. Restauration du chiot de Jeff Koons. En novembre 2021, les travaux de restauration de la sculpture florale Puppy ont été complétés. La restauration a réparé et remplacé les composants de sa structure interne pour assurer sa parfaite conservation dans le futur. Son système d’arrosage est maintenant automatisé et un pluviomètre numérique est installé dans le but d’optimiser la consommation d’eau nécessaire à la pièce, ce qui conduit à la responsabilité dans l’utilisation de cette ressource naturelle et aux économies dans l’entretien de l’œuvre d’art.

De même, au cours de ces années, le Musée a mis en place une série d’actions dans ses activités quotidiennes qui ont conduit à une amélioration substantielle du développement environnemental: contrôle et analyse des déchets; gestion efficace de l’eau; stockage, transport et traitement des déchets; réduction des quantités de matériaux et d’emballages; utilisation et collecte des matières recyclables; réduction des déchets dangereux.

SOURCE: Musée Guggenheim Bilbao (CP)

PHOTOS: Musée Guggenheim Bilbao (site web)

Date de première publication: 05/05/2022

Partager :

Leave a Comment