L’Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique pour valoriser et monétiser ses spectacles et masterclass

Partager :

L’Opéra de Paris va lancer prochainement une plateforme numérique en partie payante pour présenter ses opéras et ses ballets, ainsi que ses masterclass. Objectif de ce nouvel outil numérique: valoriser ses contenus et productions, et ainsi générer des revenus pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Après la 3ème scène et l’application Aria, l’Opéra de Paris enrichit ainsi son offre digitale par une nouvelle plateforme de diffusion. Mais pour la première fois, l’institution va tenter de monétiser directement ses productions par la diffusion payante en numérique.

La crise sanitaire « nous conduit à nous adapter et à nous réinventer », a déclaré vendredi 20 novembre 2020 le nouveau Directeur de l’Opéra, Alexander Neef, lors de sa première conférence de presse (via Zoom) depuis sa prise de fonction le 1er septembre.

« Nous voulons permettre à des publics plus larges d’accéder à la programmation via une diffusion numérique« , a-t-il indiqué.

  • L’Opéra chez soi

La plateforme porte le nom peut-être provisoire L’Opéra chez soi. Cette nouvelle offre, dont le lancement était prévue au premier semestre 2021, sera finalement mise en ligne dès le mois de décembre 2020, avec la volonté de « tester, apprendre et ajuster ». Sa programmation inaugurale se composera du ballet La Bayadère et de quatre concerts de l’Académie. Un documentaire de 26 minutes, actuellement en tournage, y sera aussi présenté. 

Les tarifs n’ont pas encore été fixés mais l’Opéra précise qu’ils seront « modérés » (« de quelques euros à 10 ou 15 euros« ) pour permettre à un plus grand nombre d’y assister et ainsi « élargir l’audience » de l’Opéra de Paris.

Ce nouveau service sera complémentaire des autres propositions digitales de l’Opéra : la 3ème Scène et l’application Aria. 

  • Plus de 6 500 tickets numériques vendus le 13 novembre 2020

L’Opéra de Paris a déjà testé la diffusion payante de spectacle numérique. « Exposure », « Clouds Inside », « Et si », trois créations des chorégraphes Sidi Larbi Cherkaoui, Tess Voelker et Mehdi Kerkouche ont été imaginées pour le programme de ballets contemporains « Créer aujourd’hui ». Confinement oblige, elles ont été présentées en avant-première, sur Facebook Live, le 13 novembre 2020, à 20H00. 

Vendue au tarif de 4,49 euros, la soirée de danse contemporaine diffusée en direct depuis le Palais Garnier a attiré 5 000 spectateurs en direct en plus des 1 500 achats du programme en replay sur les pages Facebook du Ballet de l’Opéra de Paris et de l’Opéra de Paris, pendant les 48 heures de l’opération. Soit une recette estimative de 30 000 euros.

  • 2.5 millions de vues pendant le premier confinement

Lors du premier confinement, 13 opéras et 8 ballets diffusés gratuitement par l’Opéra avait attiré 2,5 millions de vues sur les réseaux sociaux de l’institution.

Outre le vaste catalogue des spectacles produits depuis 2012 (les contrats signés avec les artistes, après cette date prévoient ce mode de diffusion) et de nouvelles captations, la plateforme de streaming payant proposera également des cours en ligne, des ateliers et des masterclass avec le Ballet, l’Académie, l’orchestre mais aussi l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris.

L’objectif de la plateforme est « de trouver un modèle économique qui permet de valoriser les œuvres diffusées et de répondre aux craintes exprimés par les artistes invités, par les artistes maison et par des producteurs que la diffusion gratuite dévalorise le produit créatif et leur interprétation de l’œuvre. Mais On n’est pas en train de substituer l’offre en ligne à une offre live, cette expérience est irremplaçable artistiquement et commercialement« , a expliqué Martin Ajdari, le Directeur Général adjoint de l’Opéra de Paris, lors du même point de presse.

Déjà fragilisé par une grève historique en décembre 2019 et janvier 2020, l’Opéra de Paris a dû annuler 145 représentations, en 2020, soit une perte de l’ordre de 50 millions d’euros. Le ministère de la Culture a partiellement compensé ce lourd déficit avec une enveloppe de 80 millions d’euros.

Un calendrier de l’avent sur les réseaux sociaux

Lors de la conférence de presse, Aurélie Dupont, directrice de la danse, a annoncé une nouveauté pour les réseaux sociaux: la création d’un calendrier de l’avent auquel participeront les danseurs et danseuses étoiles. Celui-ci sera tourné fin novembre en tenue de répétition. Chaque jour dévoilera une séquence chronologique du troisième acte de La Bayadère. Le 24 décembre, le troisième acte sera entièrement diffusé gratuitement sur les réseaux sociaux. 

SOURCE: Opéra de Paris, francetvinfo.fr, olyrix.com

PHOTOS: Opéra de Paris

PHOTO carousel: Image extraite de « Et si », le ballet de Mehdi Kerkouche (c) Opéra de Paris

Date de première publication: 23/11/2020

L’Opéra de Paris est membre du Clic France

Le Design Museum de Londres lance une visite virtuelle payante de l’exposition « Electronic »

Atelier webinar Clic France N°5: «Peut-on monétiser les contenus et activités numériques ?» – jeudi 10 décembre 2020

La National Gallery commercialise la visite virtuelle vidéo de son exposition consacrée à Artemisia

En complément des visites virtuelles 360 gratuites, les musées du Vatican lancent des cours et des expériences numériques payantes

Partager :

Laisser un commentaire