Avec ses nouveaux ateliers, le MCA de Sydney souhaite faire rimer art et mieux-être

Partager :

Comment les arts et les lieux culturels peuvent-ils contribuer au mieux-être de la population ? Dans le contexte de sortie de la pandémie, c’est une question à laquelle tout le monde réfléchit, des grandes institutions artistiques aux art-thérapeutes, des chercheurs aux artistes. Pour répondre à ce nouvel enjeu, en juin 2022, le Musée d’art contemporain de Sydney (MCA) a lancé une série de sessions hebdomadaires de 45 minutes conçues pour connecter les gens à leurs émotions par le biais de l’art. 

[EVENT CLIC] Le prochain webinaire thématique du CLIC France sera proposé en octobre 2022 sur le thème « le rôle des lieux culturels dans la santé et le bien-être ». La date et le programme seront communiqués dans les prochains jours. www.club-innovation-culture.fr/events/

Baptisées Art Flow, ces séances bi-hebdomadaires des jeudis et samedis visent à faire rimer art et mieux-être. 

« Faites une pause dans votre matinée ou utilisez votre heure de déjeuner pour créer un espace de réflexion et pour vous rafraîchir l’esprit. L’art peut être une puissante source de bien-être, et nos artistes éducateurs vous guideront à travers une œuvre d’art pour en faire l’expérience, et peut-être vous-même, de nouvelles façons. Art Flow est une session de 45 minutes qui vous invite à contempler l’art et votre réponse émotionnelle dans un environnement calme et favorable, vous ouvrant à la fluidité tout au long de votre journée ».

Le programme Art Flow, conçu à la suite des récents événements (la sécheresse, les feux de brousse, les inondations et la pandémie), s’appuie sur les activités bien-être de la galerie et notamment son programme art et alzheimer ».

Le projet a été développé au cours des deux dernières années par MCA Artist Educators, l’équipe des programmes publics MCA et The Mind Room, une communauté d’experts de la santé, du bien-être et de la psychologie de la performance, basée à Melbourne.

Une version pilote a été testée sur le personnel du MCA.  L’atelier a été lancé pour les visiteurs le samedi 25 juin 2022.

Gill Nicol, directeur de l’engagement du public au MCA, a déclaré que « les sessions, guidées par l’équipe de 30 artistes éducateurs de la galerie, offrent aux gens l’occasion de se connecter avec eux-mêmes et avec les autres en petits groupes. Ce nouveau rendez-vous touche les personnes qui se sentent simplement plus vulnérables et effrayées ». 

Les sessions commencent par une « reconnaissance du pays » en hommage aux peuples autochtones, de cinq minutes, pour rappeler aux participants qu’ils se trouvent dans « un lieu de mémoire ».

Après cette courte introduction, une œuvre d’art est utilisée comme sujet pour une conversation guidée.

Quatre sessions sont proposées chaque semaine, avec une nouvelle expérience artistique hebdomadaire.

Les quatre premières œuvres qui ont été choisies par l’équipe pour juin et juillet 2022 sont Angela Tiatia, Lick, 2015Elizabeth Mipilanggurr, Bamag ra (tapis de palmier pandanus conique), 2001Nicholas Mangan, Un monde défait, 2012 et Khadim Ali, Le Lotus hanté, 2011-2012.

« Notre équipe d’artistes éducateurs apporte ses propres pratiques et expériences artistiques et culturelles aux programmes qu’il dirige. Ils créent des espaces chaleureux et accueillants, rendant chaque visite unique pour les participants » explique le musée.

Capture d’écran de l’œuvre vidéo de Angela Tiatia, Lick (2015). Musée d’art contemporain d’Australie, acheté avec les fonds fournis par la Fondation MCA, 2020
  • Gérer son bien être en comprenant ses émotions

Le Dr Jo Mitchell, représentant The Mind Room, espère que « les séances aideront les gens à mieux gérer leur bien-être en comprenant leurs émotions. Les séances sont conçues pour normaliser toutes les émotions – bonnes, mauvaises et laides – et pour aider les gens à les traiter en les décrivant, comme vous le feriez pour une œuvre d’art, avec la couleur, la texture, le poids et la forme, et éventuellement en les nommant. Nous savons que le fait de nommer nos émotions nous aide à les savourer ou à les apprivoiser, selon ce dont les gens ont besoin. »

La phase suivante consistera en une activité sur six semaines pour les participants souhaitant approfondir leur exploration. Chaque session de deux heures comprendra un élément pratique de création artistique.

Malgré son contenu axé sur l’émotion, Gill Nicol insiste sur le fait qu’Art Flow n’est pas destiné à être considéré comme de l’art-thérapie. 

Les sessions Art Flow sont gratuites, sur inscription. Elles se déroulent à 10.15 et 12.15, chaque jeudi et samedi.

La Art Gallery of NSW (AGNSW) a mené des incursions dans l’art thérapie, en collaboration avec le Black Dog Institute. Un programme pilote initial de huit semaines avec 16 personnes souffrant de dépression légère à modérée consistait à interagir avec des œuvres d’art dans la galerie, puis à créer des œuvres qui étaient exposées dans la galerie pour les amis et la famille. Ce programme s’est transformé en programme en ligne « Culture Dose » de 10 semaines pendant le confinement et a attiré 50 à 60 participants sur une base hebdomadaire. Une version pour les enfants a également été lancé par le musée.

Afin de démontrer le potentiel des arts pour aider à relever le défi de la politique de santé mentale, l’Australia Council a organisé un forum sur les arts et le bien-être en novembre 2021. Cette rencontre a permis de présenter 10 organisations utilisant la danse, l’art ou la musique pour relever le défi du bien-être. L’organisme public a annoncé la création d’un centre de ressources pour « partager le nombre croissant de preuves et d’études de cas liées aux arts et au bien-être mental ».

SOURCES: MCA Australia, presse

PHOTOS: MCA Australia

PHOTO du carrousel: séance pilote pour le programme Art Flow du MCA Australia, Photo: Anna Hay.

Date de première publication: 04/07/2022

Partager :

Leave a Comment