[OPINION] Le muséum d’histoire naturelle de toulouse sort son premier film documentaire: retour sur une aventure collective

Le 17 novembre 2022, le muséum d’histoire naturelle de toulouse a publié sur Youtube « Momies, l’immortalité retrouvée », le premier film documentaire initié, produit et réalisé par l’institution. Maud Dahlem, conceptrice multimédia – chargée des projets culturels numériques, au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, revient sur cette aventure collective inédite et en raconte les coulisses et les premiers retours.

(ARTICLE CLIC: Dans les salles et hors les murs, l’exposition du Muséum de Toulouse dévoile les secrets des momies)

17 novembre 2022, nous sommes un Jeudi.

Au Muséum d’histoire naturelle, l’équipe Saisons culturelles s’activent, c’est la grande soirée régulière des Jeudis du Muséum. Cent Quarante visiteurs sont attendus à l’auditorium.

Mais ce jeudi 17 novembre 22, n’est pas un jeudi comme les autres, c’est le grand jour de lancement du film documentaire « Momies, l’immortalité retrouvée » produit et réalisé en interne, en présence des visiteurs et des acteurs de l’étude des deux momies humaines que l’on voit dans le film.

Avant tout chose, penchons-nous sur sa réalisation.

L’intention de départ était de documenter le travail de restauration réalisé autour des momies humaines pour l’exposition temporaire en préparation « Momies, corps conservés, corps éternels » et de donner à voir ces coulisses à tous.

La restauration allait se dérouler sur plusieurs mois et était dépendante des disponibilités de la restauratrice experte en restes humains mais aussi des approvisionnements des matériaux très difficiles en cette période agitée. Ce qui promettait un planning mouvant.

C’est ainsi qu’est né l’idée d’aller jusqu’au bout de nos intentions et de réaliser nous-mêmes ce documentaire. Après tout, nous n’en étions pas à notre premier essai. Les années COVID nous avaient mis sur la bonne voie pour développer des compétences et mobiliser celles existantes au service d’un projet transversal. Plusieurs vidéos courtes ont été réalisées dans le cadre de l’exposition temporaire Magies-Sorcelleries (2020-2021) et bien d’autres (non visibles du public individuel) à destination des projets ÉDUCATION.

La direction nous a donné son feu vert et sa confiance. La restauratrice Laure Cadot a accepté avec beaucoup de bienveillance notre présence dans l’atelier et notre collègue responsable de collections ethnologiques Sylviane Bonvin-Poschtein nous a ouvert les portes des possibles. C’était parti !

Après des échanges avec Sylviane, Meryem à la Saison, Clara en stage et une pré-interview de Laure, j’ai élaboré le cadre de réalisation : pitch, scénario, intentions éditoriales… pour donner un cap solide à la production tout en laissant la place aux imprévus et à la possibilité de s’adapter.

  • Un projet collectif

L’équipe événementiel et audiovisuelle du Muséum et du Quai des savoirs (Direction Sciences et Techniques de Toulouse Métropole) était dès le départ investie et motivée pour diversifier ses actions.

Ensemble, nous sommes partis pour cette toute nouvelle aventure : réaliser un film documentaire de 26 min de A à Z et participer à redonner l’immortalité à une femme égyptienne et un enfant andin des temps passés.

Sans tout filmer, nous avons fait le choix de tourner sur de longues séquences pour capter le lien particulier qui s’instaure entre ces personnes humaines momifiées et la restauratrice, la sensibilité des gestuels de nettoyage et d’intervention. Nous voulions saisir des moments authentiques et enregistrer des échanges réels telles que les conversations avec un spécialiste de la numérisation, Benjamin Moreno, autour des images captées au scanner. Que révèlent-elles ? Et quelles nouvelles questions posent-elles ?

  • Raconter les coulisses d’une exposition

Les interviews filmées de Sylviane et de Laure intercalées aux scènes d’atelier amènent un rythme et documentent les images.

Ces momies ont été choisies pour être exposées. C’est la bonne occasion pour leur redonner une jeunesse et une durée de vie… éternelle.  Le muséographe, le scénographe et le socleur vont s’intéresser à les présenter au public de manière respectueuse et sans heurter les sensibilités des visiteurs.

Les cadrages lors du tournage, les choix des images au montage, l’enchaînement des plans et des scènes ont fortement contribué à rendre visible toute l’attention particulière que nous donnons à ces collections singulières.

Les interviews éclairent des questionnements très contemporains des professionnels sur la conservation, la restauration et la présentation au public des restes humains.

  • Lancement et diffusion du film

Des professionnels de la presse et le personnel du Muséum ont eu la primeur de diffusion quelques jours avant son lancement. La réception a été positive, chacun a projeté des usages et des relais possibles.

Le lancement officiel s’est déroulé dans le cadre des Jeudis du Muséum où une rencontre avait été programmée pour le public avec la restauratrice, la responsable des collections extra-européennes du Muséum et la société IMA solutions.

Pour l’équipe Muséum, c’était un moment très important, nous pouvions recevoir en direct les retours qualitatifs de nos auditeurs et appréhender la manière dont ils réceptionnaient le film.

Et les retours ont été très encourageants ! La sensibilité du film a été perçue, les émotions étaient fortes et le public était satisfait d’avoir eu accès aux coulisses de préparation de collection jusqu’à la présentation en exposition qui donnait sens à tout le reportage.

Lancé au même moment sur Youtube et relayé sur plusieurs réseaux sociaux professionnels et grand public, nous avons reçu un grand nombre de retour spontanés.

En voici quelques uns :

« Ce n’est pas souvent que l’on peut voir un documentaire aussi spécialisé et en même temps intéressant. Bravo à l’équipe de réalisation mais aussi aux intervenants. »

« J’adore ! »

« Technique, pointu, traité avec respect, humanité. C’est une chance pour nous de découvrir l’amont d’une expo. »

« Très beau et pédagogique » 

« Merci beaucoup pour ce film extraordinaire ; il m’a passionné. Je vais le communiquer à mes proches. »

Si vous-même avez des retours, n’hésitez pas, nous sommes tout ouïe.

Le film vous a plu ? Contribuez à le faire connaître en le partageant avec votre réseau et/ou vos proches. Un grand merci pour votre aide.

Générique du documentaire

Le tournage s’est étendu sur une année, avec une dizaine de jours de tournage (sans compter les préparations et une vingtaine de jours de montage-post-production
L’équipement :  deux caméras panasonic S1H X2 avec des optiques panasonic Lumix (16.35 / 24.105 / 80.200) – micro-cravates Seinnheiser – éclairages. 

Le film dure 26 min, il est hébergé sur Youtube et relayé sur l’ensemble des réseaux sociaux du Muséum.

L’équipe : 

Maud Dahlem, écriture du scénario, réalisatrice et gestion de projet
Renan Larzul et Jean Carbonell à la caméra
Jean Carbonell à l’éclairage
Laurent Codoul et Renan Larzul au son
Renan Larzul au montage.
Nicolas Papillon pour la réalisation des effets spéciaux et du générique.

Rédigé le 09/12/22 par Maud Dahlem, Conceptrice multimédia – chargée des projets culturels numériques, Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, DCSTI / Métropole de Toulouse

Linkedin mauddahlem Chaine Youtube du museumdetoulouse

Séries audio sur la chaine Soundcloud du museumdetoulouse

SOURCE: Muséum de Toulouse

PHOTOS: Muséum de Toulouse

PHOTO du carrousel: Muséum de Toulouse

Date de première publication: 13/12/2022

Le Muséum de Toulouse et les autres lieux culturels de Toulouse et IMA Solutions sont membres du CLIC

Laisser un commentaire