Agrandie de 60%, la Tate Modern de Londres promet en juin 2016 une version réinventée du musée

L’extension de la Tate Modern, un nouveau bâtiment de 10 étages qui permettra d’agrandir de 60% le célèbre musée d’art contemporain londonien, ouvrira officiellement ses portes le 17 juin 2016. A cette occasion, l’institution britannique promet d’enrichir son offre d’œuvres mais également de réinventée la visite muséale, en consacrant plus de place pour «l’interaction sociale et l’expérience», selon les propres mots de Sir Nicholas Serota, directeur de la Tate.

Vue extérieure sud du nouveau bâtiment de la Tate Modern © Hayes Davidson and Herzog & de Meuron
Vue extérieure sud du nouveau bâtiment de la Tate Modern
© Hayes Davidson and Herzog & de Meuron

« Avec 60% d’espace d’exposition en plus, la galerie la plus populaire du monde exposera maintenant plus de 250 artistes provenant de 50 pays », a expliqué mardi dans un communiqué la Tate Modern. « Elle révèlera comment l’art a évolué, des studios où est né le modernisme jusqu’aux projets live, interactifs et socialement engagés observés dans le monde aujourd’hui ».

Le nouveau bâtiment (switch House) prend la forme d’une pyramide torsadée haute de près de 70 mètres, dessinée par les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron, également auteurs de la transformation du bâtiment principal. Le musée agrandi va ainsi devenir le plus grand établissement culturel construit en Grande-Bretagne depuis près de vingt ans. Cette tour, actuellement en construction, est implantée derrière l’ancienne centrale électrique transformée en musée en 2000 et au-dessus des « Tanks », les ex-cuves de pétrole reconverties en espace d’exposition et ouvertes au public en 2012.

L’objectif principal de cette extension est de mieux accueillir le public du musée, qui a reçu un record de 5,7 millions de visiteurs en 2014/2015, dans un lieu conçu pour deux millions de visiteurs annuels.

L’ensemble du groupe Tate (Tate Britain, Tate Modern, Tate St Ives, Tate Liverpool) a quant à lui accueilli 7,9 millions de visiteurs en 2014/2015.

Une collection enrichie

Le nouveau bâtiment, qui augmentera de 60% la surface du musée, permettra la réorganisation complète de la collection. Le nouvel accrochage va ainsi mettre en contact avec le public de nouveaux artistes et de nouvelles œuvres de Picasso, Beuys ou encore Rothko. Dans leurs nouvelles versions, les galeries permettront d’exposer les travaux de 250 artistes venus de 50 pays différents.

Parmi les nouveaux arrivants, le musée est fier d’annoncer déjà quelques inédits : une pièce constituée de cheveux humains et de pare-chocs de voiture signée par l’artiste indienne Sheela Gowda et une installation immersive composée de plusieurs écrans réalisée par Apichatpong Weerasethakul (Palme d’or 2010 du festival de Cannes).

Teaser du nouveau musée agrandi: 

« Plus qu’un lieu d’exposition, ce sera un lieu de rencontres humaines »

Cette dernière œuvre reflète l’ambition du musée de renouveler la visite en la transformant en expérience qui implique et fait participer le public.

Comme l’a expliqué Chris Dercon, le directeur sortant de la Tate Modern : «au 21ème siècle, le visiteur demande beaucoup plus au musée. Il exige même quelque chose de différent».

Parallèlement à l’espace supplémentaire donné à la collection internationale de la galerie « il y aura également plus d’espace pour que les gens se rencontrent, échangent des idées et participent à des activités en direct » a-t-il ajouté. « C’est en fait un musée entièrement différent que nous allons ouvrir. Nous ne sommes pas les seuls, mais nous sommes les premiers au monde à le faire à cette échelle ».

Le nouveau bâtiment sera constitué de galeries et inclura également des espaces éducatifs, un espace réservé aux amis de la Tate, un restaurant et une plateforme d’observation au 10e étage.

« Tate Modern a été un catalyseur du changement de la relation à l’art (moderne) au Royaume-Uni à l’art », a déclaré Sir Nicholas« Le musée a contribué à transformer la relation du public avec l’art contemporain et moderne. Nous devons maintenir cette approche innovante. Le concept du musée est en constante évolution et est contraint de se transformer par une combinaison de l’innovation artistique, des demandes du public et de la vision de la conservation. La façon dont nous gérons la Tate Modern va encore changer pour répondre aux attentes de ses publics. Je pense que le musée change tout le temps … Tate Modern est et restera à l’avant-garde de ces changements « .

Preuve de l’intérêt porté par le musée pour ses publics, le 16 juin 2016, les premiers privilégiés qui pourront, en avant-première, visiter la nouvelle Tate Modern sont les élèves d’écoles primaires britanniques. Ils découvriront le nouveau bâtiment avant le grand public, dans le cadre d’une réflexion autour de l’art moderne et contemporain.

tate-modern-visual

Se rapprocher de l’art

Le nouveau bâtiment offrira notamment des espaces destinés à rapprocher l’art et son public, via de nouvelles activités éducatives.

. Apprendre davantage sur l’art

Dans plusieurs espaces, le public sera en mesure d’interagir, de comprendre et de débattre des idées soulevées par les œuvres d’art accrochées. Des outils numériques et une application mobile aideront les visiteurs à créer leur propre voyage autour de la nouvelle Tate Modern et d’explorer le monde de l’art en fonction de ses centres d’intérêt.

Un nouvel espace très innovant permettra d’expliquer comment l’art influence la société et la façon dont il est un catalyseur pour explorer des questions plus larges dans le monde. Cet espace est destiné à ceux qui entrent en contact avec l’art, offrant aux visiteurs un programme flexible à travers lequel ils peuvent créer, s’inspirer et apprendre.

. Un espace pour les jeunes

Le programme innovant de la Tate destiné aux jeunes,  Tate Collective, aura une zone dédiée dans le nouveau bâtiment das lequel seront organisés des ateliers et des événements. Tate collective est entièrement dirigé par des jeunes, pour les jeunes, et l’espace sera ouvert à l’exploration à tous les âges. Les activités proposées comprendront notamment des commandes spécifiques d’oeuvres, des ateliers, des séminaires et des festivals. Les jeunes seront impliqués dans tous les aspects du programme, des idées au commissariat, en passant par le marketing et la gestion quotidienne du lieu et de ses activités.

Tate beasttanktatemodern
L0 East Tank © Peter Saville, Hayes Davidson and Herzog & de Meuron

Quel musée pour demain ?

Dans un article paru le 22 Septembre 2015 sur son blog tate etc, le musée donne la parole à son directeur Chris Dercon et à des artistes, architectes, collectionneurs et directeurs de musée. Chacun partage son point de vue sur l’élargissement du rôle des institutions muséales.

L’article débute par ces phrases : «Nous savons que les musées du monde entier sont incroyablement populaires, mais comment pouvons-nous continuer à attirer les visiteurs ? Au cours des dernières années, en particulier pendant les périodes d’expansion, d’adaptation et de transformation, ils ont été décrit tour à tour comme un «laboratoire d’idées», «une œuvre d’art totale», «des temples du plaisir», «un lieu pour l’intoxication» et même une « médina du 21ème siècle ». Alors, quel genre de musée voulons-nous offrir à l’avenir ?»

Chris Dercon, directeur, Tate Modern, Londres

«Nos musées d’art occidentaux ont toujours été des lieux dans un état constant de perturbation et de transformation. Par conséquent, les nombreux programmes d’expansion ne reflètent pas seulement les préoccupations spatiales, mais définissent le caractère même des institutions d’art. Et le musée devient progressivement beaucoup plus qu’un espace d’exposition de l’art, il devient une plate-forme unique pour des rencontres humaines. Le musée ne voit plus ses public sans cesse croissants comme un obstacle, il doit impliquer le public comme jamais auparavant. Le musée va devenir un nouveau type d’espace public, favorisant le jeu social et l’innovation, facilitant de nouvelles formes d’art, de créativité et de pensée, un lieu où les gens vont regarder et interagir avec l’art ainsi qumais également les uns avec les autres. L’éducation deviendra une activité artistique en tant que telle.

Le musée deviendra un lieu d’activité mentale et même physique, un espace de performance publique. Le public sera invité à devenir un contributeur et même un acteur de l’art exposé. Les accrochages artistiques du monde entier, indépendamment de leur position géographique, vont pouvoir être connectés, afin de nous permettre de mieux comprendre notre propre place dans le monde. Afin d’atteindre cet objectif d’une manière plus perméable, nous devons nous assurer que le musée ne se résume pas à un site physique, mais il doit aussi se développer en ligne, en augmentant ses capacités et ses dialogues numériques.

Comme l’art est l’une des formes les plus dynamiques et engagées du comportement humain, le musée doit développer et complètement inventer de nouveaux types d’expositions. Sélectionner, éditer, interpréter, commenter et accrocher sera plus que jamais une activité précieuse. La recherche artistique va devenir aussi importante que la pratique (praxis) artistique. Quand les gens entrent dans le musée, ils ne veulent pas sortir de leur vie. Ils veulent s’en rapprocher. Le musée du futur ne sera pas vide, mais au contraire riche en nouvelles idées, activités et personnes.»

Thomas Hirschhorn, artiste ; Olafur Eliasson, artiste ; Daniel Birnbaum, directeur, Moderna Museet, Stockholm ; Stephen Witherford, architecte, Witherford Watson Mann ; Stefan Benchoam, Directeur, Nuevo Museo de Arte Contemporáneo, Guatemala ; Boris Charmatz, danseur ; Jeremy Deller, artiste ; Sabyasachi Mukherjee, directeur général, Maharaj Vastu Chhatrapati Shivaji Sangrahalaya, Mumbai (anciennement le prince de Galles Musée de l’Inde occidentale) ; Jack Persekian, fondateur et directeur du Musée palestinienne, Ramallah ; Lars Nittve, Directeur exécutif, M +, Hong Kong ; Dayanita Singh, artiste ; Andrea Fraser, artiste ; Joanna Mytkowska, Directeur, Varsovie Musée d’Art Moderne ; Beatrix Ruf, directeur, Stedelijk Museum d’Amsterdam ; Paulina Olowska, artiste ; Budi Tek, fondateur, Fondation Yuz, Jakarta … Découvrez leurs points de vue, parfois décalés pour ne pas dire provocateurs, en anglais sur le site de la Tate.

Un coût qui dépasse les prévisions

Il n’y pas que les projets culturels français qui voient leur budget déraper ! Le coût final de cette extension devrait atteindre 260 millions de livres (358 millions d’euros), soit 45 millions de plus qu’initialement prévu, notamment à cause de rénovations dans le bâtiment principal (rebaptisé le Boiler House). La Tate a d’ailleurs indiqué qu’il lui restait encore à collecter 30 millions de livres pour boucler le financement.

Espace de présentation du nouveau projet de la tate Modern sur le site web de la tate

SOURCES : Tate, CultureBox, The Independant

Date de première publication: 24/09/2015

Le texte de Chris Dercon est précédemment paru dans le magazine de Deutsche Bank, ArtMag

Clic-separateur EVENEMENT CLIC

Le Clic France est le partenaire des 1ères journées « Numérique et lieux de diffusion de l’art contemporain », jeudi 8 et vendredi 9 octobre, à Strasbourg

Le ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec la ville / eurométropole de Strasbourg et le Clic France, organise, à la suite des préconisations du rapport Collection 21, les premières journées professionnelles sur le thème  » Numérique et lieux de diffusion de l’art contemporain ». Ces journées se dérouleront à Strasbourg, au musée d’art moderne et contemporain, le jeudi 8 octobre à partir de 14h30 et le vendredi 9 octobre de 9h30 à 16h30.

Programme complet sur le site du Clic et informations complémentaires sur la page facebook « Art Contemporain et numérique » 

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Avec Sensorium, la Tate veut stimuler les sens de ses visiteurs et leur offrir une nouvelle expérience immersive

Après le robot, la Tate mise sur l’expérience sonore et immersive pour son IK Prize 2015

La Tate annonce les finalistes 2015 de son Prix IK de l’innovation numérique

La Tate invite la communauté Minecraft à réinterpréter ses chefs d’oeuvres

Du 13 au 17 août, le projet After Dark permet de visiter la tate la nuit via un robot

Laisser un commentaire