Environnement: le V&A de Londres annonce un objectif de zéro émission carbone en 2035

Partager :

Le 8 septembre 2021, le V&A a dévoilé son plan d’action en matière de développement durable, annonçant une gamme d’engagements qui réduiront l’impact environnemental négatif généré lorsque le musée met en œuvre ses programmes et exploite ses bâtiments. L’objectif de zéro émission nette de carbone d’ici 2035 est au cœur de ce programme ambitieux.

Rendu public, le plan d’action de développement durable de V & A intègre une prise en compte des problématiques environnementales à travers l’ensemble de l’organisation et au-delà, centrée sur le « lieu », les personnes « et le « programme », décrivant une nouvelle approche holistique et systémique pour intégrer la durabilité dans les opérations de V&A.

« Par nos acquisitions, nos programmes et nos expositions, nous utilisons notre l’imagination et l’ingéniosité pour favoriser la durabilité et catalyser un changement positif. Aujourd’hui, nous décrivons notre ambition à long terme pour permettre au public – grâce au pouvoir créatif de l’art et du design – de contribuer à la sauvegarde de la planète et façonner un avenir durable. Je suis ravi de vous dévoiler le plan le plus complet du V&A à ce jour pour accélérer nos propres progrès indispensables en matière de réduction des émissions de carbone et de durabilité » Phillipa Simpson, directrice du design et du programme public de V&A

Les progrès seront régulièrement évalués par le biais d’un suivi par le conseil d’administration du V & A, et un bilan sera publié annuellement.

  • Les engagements principaux

L’ambitieux programme a été conçu grâce à une vaste consultation coordonnée par Sara Kassam, première responsable dédiée au développement durable de V & A, nommée en 2020.

« Le V&A a été fondé à une époque de croyance optimiste du pouvoir de l’industrie, un tournant de l’histoire dont nous savons aujourd’hui qu’il a eu des effets dévastateurs pour notre planète. En ce moment critique de la crise climatique et de la biodiversité, il est absolument de la responsabilité du V&A, en collaboration avec d’autres, de démontrer l’incroyable potentiel de l’art et de la science pour construire un avenir durable pour tous » Sara Kassam, responsable du développement durable chez V&A.

Les principaux engagements du musée sont les suivants :

. Réduire l’impact environnemental négatif des opérations et du patrimoine de V & A, avec un nouvel objectif d’atteindre zéro émission carbone d’ici 2035.

. Intégrer la prise de décision et les pratiques durables dans tous les aspects de l’activité du musée, travailler en étroite collaboration avec le personnel, les partenaires et le secteur de V&A, pour partager les connaissances et les compétences.

. Engager directement le public avec les questions de limites planétaires et de justice climatique, à travers des activités éducatives et des programmes publics, y compris des expositions, pour aider à stimuler l’agence, action et débat.

Le programme et les engagements s’appuient sur des travaux détaillés qui ont eu lieu pour calculer les émissions carbone du musée et pour cartographier les voies de décarbonation afin d’atteindre le zéro net selon un objectif scientifique.

L’installation Medusa par Sou Fujimoto et Tin Drum au V&A
  • Des mesures pratiques

Actions sur l’énergie, l’eau et les matériaux, ainsi que les achats, la résilience climatique, la biodiversité et la qualité de l’air constituent une partie centrale du programme.

Les mesure pratiques incluent la définition d’une nouvelle politique de déplacements bas carbone englobant le transport d’objets, les déplacements professionnels et les déplacements domicile-travail des salariés, pour réduire l’empreinte carbone des voyages de V&A de 30% d’ici 2022, ainsi que des objectifs de performance énergétique pour tous les projets de construction.

L’objectif zéro déchet opérationnel est également incluse, ainsi que des plans visant à réduire considérablement les déchets éliminés pour les expositions et les projets.

  • Des programmes publics axés sur l’environnement

Tout au long de l’année, le programme public du V&A va générer une plus grande prise de conscience de la préservation de la planète et de la justice climatique, mettant en évidence des solutions de conception pour un avenir durable à travers ses expositions, activités pédagogiques, grands événements et installations.

Des temps forts dans la programmation ont déjà été définis  :

. Le programme V&A du London Design Festival (LDF) (18-26 septembre) abordera la réflexion design dans la lutte contre le changement climatique à travers une multitude d’installations, de projets, performances et événements consacrés cette année à l’avenir bas carbone, l’économie circulaire et la justice climatique. Le programme est déjà disponible ici.

. Dans le cadre du Global Design Forum, le V&A organisera « Museums Towards Net Zero », un événement en ligne, partageant les meilleures pratiques sur les actions entreprises par les musées pour réduire leurs émissions de carbone l’empreinte écologique et encourager l’action climatique.

. l’exposition « Beatrix Potter : Drawn to Nature » (ouverture le 12 février 2022) « célébrera la passion de Potter pour le monde naturel et son travail en tant que pionnière de la conservation, dont l’héritage peut encore être ressenti dans le Lake District aujourd’hui ». L’exposition explorera sa relation entre le National Trust et l’artiste, et son investissement pour aider l’institution à acquérir des terres et 14 fermes, en vue d’une conservation à long terme.

. l’exposition « Plastic: Remaking Our World » au V&A Dundee (ouverture le 29 octobre 2022) racontera « les fortunes changeantes d’un matériau avec une histoire de plus de 150 ans, de son invention à sa critique, de l’histoire de ce qui était autrefois considéré comme un matériau magique au défi de la pollution plastique aujourd’hui comme l’un des problèmes les plus urgents au monde ».

Présentation de la stratégie environnementale sur le site du V&A

  • Culture et environnement au Royaume Uni

L’annonce du V&A intervient 10 jours après la publication d’un nouveau rapport du Conseil des arts d’Angleterre (Arts Council England) qui révèle que les musées de son portefeuille national représentent l’une des plus grandes empreintes carbone des disciplines artistiques et culturelles britanniques en 2019-2020, représentant 24 % des émissions de carbone, contre 17 % pour le théâtre et 15 %. pour les arts visuels.

Le rapport « Culture, climat et responsabilité environnementale : rapport annuel 2019-20 », publié le 31/08/2021, a été produit par l’association caritative environnementale Julie’s Bicycle. Il examine les performances des organisations culturelles nationales en matière de durabilité environnementale.

Le rapport a révélé que le secteur de la culture progressait dans la décarbonisation, diminuant sa consommation d’énergie de 12 % en 2019/20 et se procurant 47 % de son énergie à un tarif vert. L’investissement dans les technologies vertes a augmenté de 4 % tandis que 66 % des organisations incluent désormais la durabilité environnementale dans leurs stratégies commerciales de base.

La PDG de Julie’s Bicycle, Alison Tickell, a déclaré: « Ce rapport comprend des données collectées de 2019 à 2020, une époque où le leadership culturel international sur le climat émergeait – mais lentement. Cependant, ce qui était assez bon il y a un an ne l’est plus. L’urgence qui dynamise l’action créative pour le climat montre à quel point il existe un potentiel pour accélérer les objectifs fondamentaux de ce programme : décarboner à grande échelle et à grande vitesse, restaurer la nature et centrer les expériences des personnes au cœur de ces enjeux. »

Rapport intégral

SOURCES: V&A, presse

PHOTOS: V&A

PHOTO carousel: « Between Forests and Skies » de Nebbia Works, l’une des installations du prochain London Design Festival

Date de première publication: 13/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire