Les musées de Rouen proposent un accrochage et un forum culturel en hommage à l’Ukraine et à ses artistes

Partager :

Alors que l’Ukraine est envahie depuis le 24 février 2022, la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie (RMM) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), appuyés par l’ICOM France, le Centre Pompidou, la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), l’Ecole du Louvre, le Comité français d’histoire de l’art (CFHA), les associations d’Amis de musées (AMAR, AMMD) ont pris l’initiative d’ouvrir un forum culturel pour faire découvrir la culture et le patrimoine ukrainiens menacés. Dans le prolongement de ces rencontres hebdomadaires organisées à Paris et Rouen, du 9 mars au 7 avril 2022, la RMM propose également un accrochage inédit au Musée des Beaux Arts de 7 œuvres d’artistes ukrainiens issues de ses collections.

« Lancée le 24 février, l’offensive de la Russie en Ukraine a secoué la communauté internationale. Depuis, les élans de solidarité se multiplient, et ce y compris dans le secteur culturel, alors que dans le même temps les musées ukrainiens tentent de mettre leurs chefs-d’œuvre à l’abri » explique la RMM sur son site web.

Parmi ces actions solidaires, la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie (RMM) et l’Institut National d’Histoire de l’art (INHA) se sont associés pour lancer d’un forum culturel afin de « faire vivre la culture et le patrimoine ukrainiens menaces ». Une initiative soutenue par d’autres grandes institutions françaises telles que le Louvre, le Centre Pompidou, la BnF, le Mucem ou l’ICOM France.

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie et Laurence Renou, Vice-Présidente de la Métropole Rouen Normandie en charge de la Culture : « L’objectif de nos actions est de faire entendre d’autres voix que celles des armes, en rappelant la richesse et la diversité de l’apport culturel de l’Ukraine au patrimoine universel, qui résultent d’échanges et de dialogues permanents. Aujourd’hui comme demain, nous nous tenons debout, avec le peuple Ukrainien. »

  • Les artistes Ukrainiens exposés par la RMM

Afin de sensibiliser le grand public à l’art et à la culture d’Ukraine, la RMM propose un accrochage inédit de 7 œuvres d’artistes ukrainiens issues de ses collections.

Orest IVASYUTA. « Saint Georges et le dragon, Girouette », 1998. Fer. Don de l’artiste © Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie

Parmi cette sélection présentée au musée des Beaux-Arts, le public peut notamment découvrir La girouette d’Orest Ivasyuta, « Saint Georges terrassant le dragon », qui illustre l’art ukrainien de la ferronnerie.

Cette oeuvre monumentale, datée de 1998 et primée lors des rencontres internationales des ferronniers d’Helfštýn en République tchèque, a été présentée en 2002 au musée Le Secq des Tournelles à l’occasion de l’exposition Tours de force.

Réalisée en tôles de fer, d’acier et de cuivre forgées, elle représente saint Georges terrassant le dragon, matérialisé par une vrille tournant autour d’une tige métallique et se terminant par une tête ronde crachant une langue de feu.

D’autres artistes et leurs créations sont présentés dans cet accrochage en cours:

. Alexandre Archipenko, né à Kiev en 1887 et mort à New York en 1964, est un des plus grands sculpteurs du XXe siècle.

Isaac PAILES (Kiev, 1895 – Paris, 1978) « Ma palette », vers 1970 Huile sur toile Don Lucienne Païlès © Y. Deslandes /Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie

Arrivé à Paris en 1908, il expose avec Raymond Duchamp-Villon au Salon de la Section d’Or en 1912. Il est également présent à l’Armory Show de New York en 1913 aux côtés du fameux Nu descendant un escalier n°2 de Marcel Duchamp.

. Isaac Païles, né à Kiev en 1895 et mort à Paris en 1978, arrive en France en 1919. Il devient modèle pour survivre, abandonne la sculpture pour la peinture et participe aux activités de la Société des artistes russes, animée par les artistes de Montparnasse.

Engagé dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, il reprend la peinture une fois la paix revenue et devient un des représentants d’une abstraction informelle au sein de l’École de Paris.

  • Un cycle inédit de conférences hebdomadaires

Depuis le 9 mars 2022, le musée des Beaux-Arts de Rouen accueille chaque mercredi une conférence sur les arts, l’histoire et le patrimoine d’Ukraine, reprises pour certaines d’entre elles à l’INHA.

Les personnalités invitées, conservateurs et conservatrices de musées, historiennes et historiens de l’art ou du cinéma, écrivaines et écrivains, cinéastes, artistes visuels, etc., font entendre d’autres voix que celles des armes, en rappelant la richesse et la diversité de l’apport culturel de l’Ukraine au patrimoine universel, qui résulte d’échanges et de dialogues permanents, y compris au sein des conflits qui ont marqué ces « terres de sang ».

Elles s’engagent « en faveur d’un arrêt des combats, de la souveraineté́ de l’Ukraine sur son territoire et de la préservation des vies et des biens culturels, matériels et immatériels ».

Chaque rendez-vous fait l’objet d’une captation qui sera mise en ligne, créant ainsi une collection audiovisuelle accessible à tous les publics francophones, qui « propose un accès à ce que l’Ukraine a apporté de plus précieux à l’humanité ».

La première conférence a eu lieu le 9 mars à 14h30 au musée des Beaux-arts de Rouen et le lundi 14 mars à 18h30 à l’auditorium Jacqueline Lichtenstein, galerie Colbert sur le thème « Les premiers édifices chrétiens de Kiev » avec Jannic Durand (conservateur général du patrimoine, directeur du département des objets d’art au musée du Louvre)

 . « L’art contemporain ukrainien et ses racines » avec Alisa Lozhkina (historienne de l’art, commissaire d’exposition indépendante, intervention en duplex) et Igor Sokologorsky (directeur de la collection « L’art à l’écrit » aux Nouvelles éditions Place, Paris).

Mercredi 16 mars à 14h30 (Rouen, musée des Beaux-arts, auditorium)
Vendredi 18 mars à 18h30 (Paris, Institut national d’histoire de l’art, auditorium Jacqueline Lichtenstein de la galerie Colbert).

. « L’école de photographie de Kharkiv : déconstruire l’expérience soviétique » avec Nadiia Bernard-Kovalchuk (doctorante à Sorbonne Université / Centre André Chastel).

Mercredi 23 mars à 14h30 (Rouen, musée des Beaux-arts, auditorium) et vendredi 25 mars à 18h30 (Paris, Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari).

. « Kiev, les coulisses staliniennes d’une reconstruction (1943-1956) » avec Fabien Bellat (maitre de conférence associé, École nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine).

Lundi 28 mars à 18h30 (Paris, Institut national d’histoire de l’art, auditorium Jacqueline Lichtenstein de la galerie Colbert) et mercredi 30 mars à 14h30 (Rouen, musée des Beaux-arts, auditorium).

. « L’avant-garde ukrainienne ou l’histoire de l’art comme une discipline politique » avec Vita Susak (docteure en histoire d’art, experte pour la Fondation culturelle ukrainienne au ministère de la Culture de l’Ukraine).

Mercredi 6 avril à 14h30 (Rouen, musée des Beaux-arts, auditorium) et jeudi 7 avril à 18h30 (Paris, Institut national d’histoire de l’art, auditorium Jacqueline Lichtenstein de la galerie Colbert).

Auditorium du musée des Beaux-Arts, de 14h30 à 16h

Tarif : 8 € / gratuit pour les moins de 26 ans

Réservation sur place et règlement auprès de l’Association des Amis des Musées d’Art de Rouen (AMAR)  et de l’Association des Musées Métropolitains et Départementaux (AMMD)

Informations et prochaines dates sur le site web de la RMM Rouen Normandie.

SOURCE: RMM Rouen Normandie (CP)

PHOTO du carousel: ARCHIPENKO Alexandre (Kiev, 1887 – New York, 1964), Femme drapée, 1911 – Isaac PAILES (Kiev, 1895 – Paris, 1978), Les Musiciens, vers 1970 © Y. Deslandes /Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie – Orest IVASYUTA, Saint Georges et le dragon, Girouette, 1998 © Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie

Date de première publication: 25/03/2022

RMM Rouen Normandie est membre du CLIC France

Partager :

Laisser un commentaire