Avec le muséum de Los Angeles et l’Université de Californie du Sud, des animaux éteints de l’ère glaciaire revivent en réalité augmentée

Partager :

Le 2 mars 2022, les paléontologues de La Brea Tar Pits et du muséum de Los Angeles ont annoncé qu’un troupeau d’animaux éteints, incluant les loups géants et les chats à dents de sabre, allait revivre en réalité augmentée.

Comme l’annonce un article publié par la revue Palaeontologia Electronica, le Dr Matt Davis et ses collègues du Musée d’histoire naturelle du comté de Los Angeles et de La Brea Tar Pits ont collaboré avec des chercheurs et des concepteurs de l’Université de Californie du Sud (USC) pour créer plus d’une douzaine de nouveaux modèles virtuels scientifiquement précis d’animaux de l’ère glaciaire, diffusés notamment sur Snapchat, Instagram et sur la plateforme Sketchfab.

  • Impact de la RA sur l’apprentissage dans les musées

L’équipe étudie l’impact de la RA sur l’apprentissage dans les musées, mais s’est vite rendu compte qu’il n’y avait pas encore d’animaux de l’ère glaciaire disponible dans l’univers numérique et utilisables librement.

Les chercheurs se sont appuyés sur les dernières recherches paléontologiques pour créer ces modèles 3D. Ils ont été construits en low poly afin qu’ils puissent être scientifiquement précis, mais assez légers pour être visionné sur des téléphones portables avec une puissance de traitement limitée.

Selon le co-auteur de l’étude, le Dr William Swartout, directeur de la technologie à l’USC Institute for Creative Technologies, « l’innovation de notre approche est qu’elle nous permet de créer des illustrations scientifiquement précises pour le métaverse sans trop s’engager sur des détails où nous manquons encore de bonnes preuves fossiles ».

  • Renforcer le caractère scientifique du paléoart

Les chercheurs espèrent que cette initiative apportera également plus de visibilité au paléoart, le genre d’art qui recrée à quoi auraient pu ressembler des animaux disparus.

« Le paléoart peut avoir une grande influence sur la façon dont le public, et même les scientifiques, comprennent la vie fossile » explique le Dr Emily Lindsey, conservatrice adjointe à La Brea Tar Pits et auteur principal de l’étude. « Cependant, une grande partie du paléoart n’est pas soumise au même examen rigoureux que d’autres recherches scientifiques. Cela peut conduire à des reconstructions particulièrement mauvaises d’animaux disparus propagées pendant des générations à la fois dans les médias populaires et dans les publications universitaires ».

« Nous pensons que le paléoart est un élément crucial de la recherche paléontologique », a déclaré le Dr Davis, auteur principal de l’étude. « C’est pourquoi nous avons décidé de publier toutes les recherches scientifiques et décisions artistiques qui ont conduit à la création de ces modèles. Cela permettra à d’autres scientifiques et paléoartistes de critiquer et de développer plus facilement le travail de notre équipe ».

Le Dr Davis note qu’il est tout aussi important de reconnaître ce que nous ne savons pas sur l’apparence de ces animaux que d’enregistrer ce que nous savons. Par exemple, nous pouvons représenter avec précision la fourrure hirsute des paresseux terrestres Shasta car les paléontologues ont trouvé un squelette entier de cette espèce avec les cheveux et la peau encore préservés. Mais pour les mastodontes, les paléontologues n’ont trouvé que quelques mèches de cheveux. Leur fourrure épaisse était donc une décision artistique.

Le Dr Davis et ses collègues espèrent que d’autres paléoartistes et scientifiques suivront leur exemple en publiant toutes les recherches qui entrent dans leurs reconstructions d’espèces disparues. Cela conduira à un paléoart meilleur et plus précis pour tout le monde.

Cette recherche a été financée par une subvention collaborative NSF AISL (1811014; 1810984) dirigée par le Dr Benjamin Nye de l’USC Institute for Creative Technologies, le Dr Gale Sinatra de l’USC Rossier School of Education, le Dr William Swartout de l’USC Institute for Creative Technologies et le Dr Emily Lindsey de La Brea Tar Pits.

  • Les animaux éteints en réalité augmentée

Les modèles 3D des animaux éteints peuvent être manipulés sur Snapchat et sur Instagram.

. Sur Snapchat

En utilisant l’application Snapchat, chacun peut scanner ces snapcodes pour découvrir ces animaux en RA.

Chat à dents de sabre

Dire wolf

Paresseux terrestre Shasta

Le paresseux terrestre d’Harlan

Lion américain

mammouth colombien

mastodonte américain

Chameau occidental

Bison ancien

Pronghorn nain

Cheval occidental

Teratorn

Ours à face courte

. Sur Instagram

Le public peut également y accéder en ouvrant Instagram. Il suffit d’accéder à « Ajouter à l’histoire », sélectionner « Appareil photo ». Le mode caméra propose un carrousel d’effets AR immédiatement à droite du bouton d’enregistrement. Le bouton « Parcourir les effets » permet d’ouvrir la galerie d’effets et de rechercher l’un des animaux AR répertoriés ci-dessus pour afficher l’animal sur Instagram.

  • Fabriquer des croquis avec Sketchfab

Les utilisateurs d’iPhone ou d’iPad peuvent aussi accéder aux modèles 3D en téléchargeant l’application gratuite Sketchfab. Il n’est pas nécessaire de créer un compte Sketchfab pour utiliser l’application.

Il faut ouvrir l’application Sketchfab et cliquer sur le menu pour rechercher « La Brea » puis cliquer sur la collection « La Brea Tar Pits low poly Ice Age animals » de NHM.

Chacun peut choisir son animal préféré puis cliquer sur l’icône AR pour voir l’animal en réalité augmentée.

À propos de La Brea Tar Pits

Le La Brea Tar Pits est le seul site d’excavation urbain et actif de l’ère glaciaire au monde.

Cela fait du site une fenêtre unique et accessible sur la science, où les fossiles sont découverts, préparés, recherchés et exposés en un seul endroit. À l’extérieur, les visiteurs peuvent observer en temps réel les restes de plantes et d’animaux vivant au cours des 50 000 dernières années. À l’intérieur du musée, des scientifiques et des bénévoles nettoient, réparent et identifient ces mêmes fossiles.

Les meilleurs spécimens sont exposés et disponibles pour la recherche : félins à dents de sabre extraordinaires, paresseux géants, loups géants, mammouths et mastodontes. Mais les petits fossiles sont aussi importants. Les plantes, les insectes et les reptiles microscopiques nous en disent long sur les écosystèmes changeants dans lesquels ils vivaient, et nous utilisons ces connaissances pour étudier le changement climatique aujourd’hui. tarpits.org/

À propos des musées d’histoire naturelle du comté de LA (NHMLAC)

Les musées d’histoire naturelle du comté de Los Angeles (NHMLAC) comprennent le musée d’histoire naturelle, La Brea Tar Pits et le musée William S. Hart.

Ils opèrent avec la vision collective d’inspirer l’émerveillement, la découverte et la responsabilité à l’égard de nos mondes naturels et culturels. Les musées abritent l’une des collections d’histoire naturelle et culturelle les plus vastes et les plus précieuses au monde – plus de 35 millions d’objets. En utilisant ces collections pour des recherches scientifiques et historiques révolutionnaires, les musées les intègrent également dans l’exploration de la nature et de la culture sur site et hors site dans les quartiers de LA, et via des programmes scientifiques communautaires, créant des expériences visiteurs qui explorent le passé, le présent et l’avenir. nhmlac.org

SOURCES: Natural History Museums of Los Angeles County (NHMLAC)

PHOTOS: Natural History Museums of Los Angeles County (NHMLAC)

Date de première publication: 04/03/2022

Partager :

Leave a Comment