Refik Anadol dévoile ses premiers NFT d’œuvres d’art créées par l’intelligence artificielle et vendues aux enchères

Partager :

Le 16 septembre 2021, Refik Anadol Studio a annoncé les détails de sa collection NFT « Machine Hallucinations – Space : Metaverse », qui sera mise aux enchères par Sotheby’s Hong Kong, le 4 octobre 2021. Pour créer les NFT, Anadol a gravé les souvenirs et les rêves d’espace d’un téléscope, et créé huit œuvres d’art uniques. Celles-ci sont appelées à devenir les tout premiers exemples d’expériences numériques immersives converties en NFT et vendues aux enchères.

[ACTUALISATION] Les 8 œuvres de Refik Anadol ont été vendues le 4 octobre 2021 pour un total combiné de 39,39 millions de HKD (4.94 millions d’euros) à Hong Kong. La vente marque un nouveau record de la collection NFT la plus chère d’un seul artiste vendue en Asie.

Les huit œuvres consistent en une expérience physique immersive, trois peintures de données infiniment génératives, trois peintures de données IA uniques et une sculpture de données IA unique en son genre produite par l’intelligence artificielle.

Parmi les huit œuvres, trois « créations s’appuyant sur des données sont génératives » et présentent des données en temps réel qui offrent des possibilités infinies. Selon Refik Anadol, « cela renforce le lien entre les avancées technologiques en constante évolution et l’inspiration qu’elles procurent aux arts médiatiques ».

En parallèle de leur vente aux enchères en ligne sur le site de Sotheby’s Hong Kong, du 30 septembre au 4 octobre 2021, les œuvres seront exposées à la Digital Art Fair de Hong Kong du 1er au 17 octobre 2021.

« Depuis 2015, je spécule sur la relation entre l’esprit humain, l’architecture, l’esthétique et les nouvelles formes de médias pour répondre à la question : si une machine peut apprendre, peut-elle halluciner ? » explique Refik Anadol. « Après ma résidence au programme Artists and Machine Intelligence de Google en 2016, j’ai commencé à repousser les limites de cette question et à créer mon travail en intégrant les arts médiatiques dans l’architecture avec d’innombrables toiles sur lesquelles afficher mon art. Mon inspiration est toujours venue de la collision des mondes physique et virtuel, et avec l’avènement des NFT, je peux maintenant aussi imaginer le métaverse comme ma toile ».

  • Une réflexion technologique et artistique entamée en 2016

Les NFT vendus aux enchères s’appuient sur la série « Machine Hallucinations » que Refik Anadol a démarré en 2016.

En mars 2021, « Machine Memoirs: Space » a été révélé à la galerie Pilevneli à Istanbul, la ville natale d’Anadol, et est depuis devenue l’exposition d’art la plus visitée de l’histoire de la Turquie.

Pour produire les NFT, l’équipe d’Anadol a utilisé plus de 2 millions d’images brutes capturées et enregistrées par la Station spatiale internationale, le MRO et le télescope Hubble, créant un vaste ensemble de données pour former le réseau d’IA.

Refik Anadol a développé ce concept pour transmettre les « rêves que les télescopes auraient sur l’univers ».

www.sothebys.com/en/buy/auction/2021/machine-hallucinations-space-metaverse

SOURCES: Refik Anadol Studio, presse

PHOTOS: Refik Anadol Studio

Date de première publication: 20/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire