Dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, la BnF organise, sur son site François-Mitterrand, la deuxième édition de son Hackathon. Thème de cette édition 2017 : la musique. Cet événement est l’occasion de célébrer les utilisateurs passionnés des riches contenus numériques mis à disposition par la BnF et de leur proposer, durant un marathon de vingt quatre heures non-stop, d’inventer de nouveaux services ou de nouveaux usages des images et des données disponibles à tous. Matthieu Bonicel, directeur de l’innovation à la BNF, répond aux questions du CLIC France, à la veille du Hackathon BNF 2017.

  • À qui s’adresse cet hackathon?

bonicel-matthieuCet événement ne s’adresse pas qu’à des mordus de la technique. Tous ceux qui veulent collaborer à l’effort de l’Etat en matière de données ouvertes sont invités à venir partager leurs idées et à rencontrer des développeurs (informaticiens, designers, graphistes) qui peuvent leur donner corps sous la forme de prototypes. Ce qui fait la richesse d’un hackathon c’est la communauté éphémère de compétences diverses qu’il rassemble. Dans le cas du Hackathon BnF, c’est aussi la volonté collective et désintéressée de faire avancer la connaissance plus vite et de manière plus connectée aux besoins des usagers.

  •  Qu’est-ce que la BnF met à disposition ?

Depuis déjà plusieurs années, la BnF met gratuitement à la disposition du public l’ensemble des données descriptives qu’elle produit dans le cadre de la constitution et de la valorisation de ces collections. Outre les catalogues en ligne, où chacun peut faire une recherche, consulter et sauvegarder ses résultats sous diverses formes, sont apparues les APIs, ces fameuses Application Programming  Interface destinées à récupérer automatiquement des données à partir d’un programme informatique distant qui communique avec les serveurs de la BnF. Concrètement, on vous donne le mode de l’emploi et c’est vous qui pilotez directement, sans passer par l’interface homme machine (ou IHM) que constituent les sites Web des catalogues ou de Gallica.

hackathon_2017

  • Peut-on utiliser ces données en dehors du hackathon?

Les utilisateurs de la BnF ont accès en permanence, aux réservoirs de données et aux APIs correspondantes – qui seront  accessibles durant le hackathon. Parmi ceux-ci, le catalogue général rassemble 14 millions de notices et décrit les livres et journaux imprimés, les collections iconographiques, les partitions manuscrites et imprimées, les documents audiovisuel (son, image animée, jeux vidéos et logiciels.

Le catalogue BnF archives et manuscrits décrit les collections d’ouvrages écrits à la main des origines à nos jours (l’une des plus grandes du Monde) et les fonds d’archives littéraires, dramaturgiques, historiques ou scientifiques que conserve l’établissement.

Avec plus de quatre millions de documents librement accessibles, Gallica,  la bibliothèque numérique de la BnF est l’une des plus importantes du monde et constitue un des principaux réservoirs pour le Hackathon.

Enfin, Data, la plateforme de données ouvertes de la BnF regroupe sur une même page Web toutes les informations dont elle dispose sur un titre, un auteur ou un thème en exploitant les principes du Web de données. Un utilisateur physique ou un ordinateur distant peuvent ainsi récupérer des synthèses ou des fichiers structurés leur permettant ensuite de mieux se repérer dans les autres ressources de la bibliothèque.

hackathon_10

Visuel de l’édition 2016 de l’Hackaton BnF © BnF / David-Paul Carr

  •  Comment est organisé le hackathon?

La participation est libre et gratuite. Toute personne souhaitant apporter sa contribution à la mise en œuvre de projets innovants et utiles aux usagers peut s’inscrire en ligne à partir du 15 septembre 2017. Les participants s’engagent à passer 24h non- stop à la BnF (un espace de repos, de restauration et des douches seront mis à disposition!). À trois reprises durant ces 24H, les équipes (dix au total) présenteront leur projet devant un jury pour un temps d’échange. À l’issue des restitutions sera remis le prix du Hackathon BNF, récompense qui marque l’engagement de la Bibliothèque à développer le projet lauréat pour en faire un service permanent offert aux usagers.

  • Peut-on venir à la BNF sans participer au hackathon?

Autour de cet évènement et durant tout le week-end, une programmation culturelle ouverte à tous sera proposée dans le hall d’entrée: conférences et ateliers autour du numérique, mais aussi remixes, performances musicales et jeux vidéo.

Retrouvez le bilan du hackaton 2016 de la BNF sur son site web.

Gallicarte: premier prix du Hackathon 2016

Le premier prix du hackathon 2016 a été décerné au projet Gallicarte. Conformément à l’engagement pris par la BnF, il a été développé de façon à apporter de nouvelles fonctionnalités aux utilisateurs de Gallica.

Cet outil consiste à afficher sur une carte les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica. La nouvelle fonctionnalité permet de visualiser, par exemple, l’ensemble d’un fonds photographique géolocalisé sur une carte interactive en présentant les documents et leurs métadonnées issues du catalogue. Pour le grand public, la carte comme mode d‘affichage est d’utilisation simple. Pour les utilisateurs plus avertis, la carte comme mode de visualisation peut faire émerger des hypothèses de recherches. Le prototype, développé en 24 heures pendant le concours, proposait des fonctions simples sur un corpus documentaire relativement réduit.

gallicarte

L’engagement pris par la BnF était de proposer ce mode de présentation des résultats sur un grand nombre de documents dans Gallica. Dans un premier temps, des cartes thématiques (gastronomie, événements sportifs, monuments historiques, villes françaises …) ont fait leur apparition dans l’interface de la bibliothèque numérique. Par la suite, de nouvelles fonctionnalités comme la visualisation des entités nommées (noms de personnes, de lieux, d’organisations, dates) sur des fonds de cartes récents ou anciens seront accessibles depuis les pages de résultats de requête. Enfin, des opérations collaboratives avec les Gallicanautes seront organisées pour améliorer la précision des données présentées : les utilisateurs pourraient aider à identifier précisément le lieu de certaines prises de vues ou retracer le parcours d’un héros de roman. Gallica pourra aussi proposer des services géolocalisés à ces utilisateurs comme des recueils d’affiches ou de photos anciennes en fonction de l’endroit de consultation. Ces nouveautés seront disponibles progressivement dans Gallica à partir de la fin de l’année.

Voir également l’article du CLIC France sur le Hackathon 2017 de la BNF

Interview et texte sur Gallicarte extraits du magazine Chroniques numéro 80 de septembre/décembre 2017 

Date de première publication: 24/11/2017

La BNF est membre du CLIC France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Premier Hackathon Tourisme des Hauts-de-Seine et Yvelines : un challenge d’innovation à l’ère du digital

. DOSSIER / Appels à projets, appels à résidence et hackathons art, patrimoine et tourisme en 2017 (31/05/2017)

. BiblioRemix: quand la BnF invite les bibliothécaires et les lecteurs à imaginer des services innovants