« Osez l’interdit »: 24 collégiens marseillais commissaires d’exposition au Mucem

A Marseille, 24 collégiens de 3e ont été invités à imaginer une exposition au Mucem. Ils ont pu choisir des pièces dans les réserves du musée pour imaginer une muséographie autour du thème « Osez l’interdit ». Cette exposition temporaire est une occasion pour ces adolescents de réfléchir au sens de l’interdit et de partager leurs visions de la liberté et de l’art.

Le Centre de conservation et de ressources du Mucem (CCR) dispose d’une salle réservée aux expositions expérimentales et novatrices, permettant de porter un regard neuf sur les collections du musée.

Chaque année, le musée de Marseille y organise une exposition pensée et conçue par un invité. En 2019, le musée a donné carte blanche à une classe de troisième. Deuxième exposition participative conçue par des collégiens,« Osez l’interdit» est une invitation à penser la notion d’interdit.

Des collégiens commissaires d’exposition

Cette année, c’est donc une classe de troisième du collège Coin Joli Sévigné (situé dans le quartier Sainte Marguerite Dromel, dans le 9e arrondissement de Marseille) qui a relevé le défi. Le Mucem a proposé à ces commissaires en herbe de travailler autour de la thématique de « l’interdit », en sélectionnant des œuvres et objets issus des collections du musée.

Depuis le début de l’année scolaire 2018/19, ce projet permet aux collégiens de découvrir et de mettre en œuvre toutes les étapes de la réalisation d’une exposition en lien avec des professionnels du musée : documentation, sélection d’objets, réflexion scénographique, rédaction des cartels, médiation… Et ils ont eu carte blanche pour réaliser une exposition qui leur ressemble !

Pendant sept mois, encadrés par leurs professeurs de français, d’anglais, d’histoire géographie et d’art plastiques, et accompagnés par les équipes du CCR, les adolescents ont visité les réserves, l’exposition Ai Wei Wei, débattu et choisi une trentaine d’œuvres pour concevoir leur exposition

« Nous sommes intervenues en classe jusqu’à quatre heures par semaine afin d’introduire toutes les phases d’organisation d’une exposition » précise Meriem Griss, en charge du projet pédagogique, au Mucem.

Pour Magali Desailly, professeure de français« c’est l’occasion d’aborder le programme scolaire différemment. Ainsi, ils ont travaillé par exemple sur l’argumentation, la thèse et l’anti-thèse, l’esclavage, le statut de l’enfant dans la société, mais aussi sur leur propre ressenti face à leur statut, leur religion… Nous travaillons de plus ne plus en mode projet car on s’est aperçu qu’ils étaient beaucoup plus productifs, plutôt que d’être “enfermés” dans une matière ». 

En collaboration avec les équipes du Mucem, les collégiens ont ainsi conçu étape par étape le contenu de cette exposition: de la définition du sujet au choix des objets, en passant par la conception du parcours scénographique et jusqu’à la rédaction des textes de médiation.

Tout au long du processus de conception de l’exposition, les élèves ont été accompagnés par Laurence Villerot, scénographe et créatrice de l’agence Coco d’en haut.

Vidéo making off du projet (Mucem):

Réalisation Timothée Vignal © Production Mucem 2019

​Après 7 mois d’échanges, de réflexions, d’inventions, et de débats passionnés, cette exposition imaginée par les jeunes collégiens marseillais a ouvert ses portes au public le 3 avril 2019.

View this post on Instagram

 

EXPOSITION | « Osez l’interdit » ⛔️ ——— Après plusieurs mois d’échanges, de réflexions, d’inventions, et de débats passionnés, l’exposition « Osez l’interdit » imaginée par les jeunes d’une classe de troisième du @collegecoinjoli Sévigné explore les différents symboles et figures de l’interdit (du maître d’école aux parents !), mais aussi de ceux que l’on s’impose à soi-même (selon son âge ou son genre), ou encore des transgressions et autres actions qui peuvent nous affranchir d’un monde de règles. ——— 📍Centre de conservation et de ressources (CCR) 1, rue Clovis Hugues – 13003 Marseille ——— Les élèves ont été accompagnés par Laurence Villerot, scénographe et créatrice de l’agence @cocodenhaut ——— Une exposition produite avec le soutien du @ministerecc ——— Porte voix Act up Paris 20e 21e siècle, matière plastique, moulé, teinté © Mucem ——— 📷 © Julie Cohen

A post shared by Mucem (@mucem_officiel) on

Reportage sur l’exposition (France 3):

L’art et l’interdit

Que représente l’interdit quand on a 14 ans ? Qui a le droit d’interdire ? Pourquoi impose-t-on autant d’interdits aux jeunes ? Comment l’interdit nous affecte-t-il selon notre âge ou notre genre ? Comment résister ? Et enfin, pourquoi et comment s’en émanciper? Autant de questions soulevées par ces commissaires en herbe qui ont trouvé écho dans les collections du Mucem.

L’exposition propose ainsi « une exploration des différents symboles et figures de l’interdit (du maître d’école aux parents !), mais aussi de ceux que l’on s’impose à soi-même (selon son âge ou son genre), ou encore des transgressions et autres actions qui peuvent nous affranchir d’un monde de règles ».

S’inspirant des oeuvres de la collection du musée, le groupe de collégiens a beaucoup discuté et réfléchi, « passant d’une opposition spontanée à l’idée d’interdit, puis évoluant au fil de leur réflexion jusqu’à trouver des nuances et des raisons d’interdire ».

« Au début c’était quelque chose plutôt de l’ordre de la résistance : l’interdit, ça sert à rien. On nous interdit toujours des choses, et puis petit à petit est venu le sentiment de défendre la nécessité d’interdit pour vivre tout simplement correctement en société », explique Nelly Odin, Chargée du public scolaire au Mucem.

Les ados ont donc fait progresser leur réflexion. Au delà de la frustration de l’interdit, ils ont découvert qu’il était parfois contestable avec des arguments issus d’une éthique personnelle.

« On a dit que ça peut être nécessaire de transgresser des règles si pour nous, c’est comme un devoir moral » estime une élève de 3ème.

Les jeunes commissaires ont pu questionner certains concepts clés tels que l’autorité, ses figures et leur contestation, les normes imposées de genre dont sont issues les inégalités entre femmes et hommes ou encore la désobéissance civile.

Résultat, l’exposition assemble des objets très variés choisis par les jeunes commissaires: une robe rose, des tenues d’écoliers, un martinet, une cage d’oiseau, un rouet, des bijoux « proches des colliers d’esclave » ou une affiche de la SNCM avec un magnifique paquebot blanc sur la mer bleue et un seul mot « Liberté ».

Reportage sur l’exposition (La Provence):

Le mardi 2 avril 2019, de 16h à 20h, l’exposition a fait l’objet d’une pré-ouverture, portes ouvertes durant laquelle le public a pu découvrir gratuitement et en avant-première la nouvelle exposition et rencontrer ses commissaires.

Dans le cadre de la Nuit des musées, le samedi 18 mai 2019, l’ouverture exceptionnelle du Mucem de 18h à 21h offrira notamment une visite de l’exposition « Osez l’interdit » en présence des élèves de la classe de 3e B du collège Coin Joli Sévigné, et des visites guidées de l’appartement témoin et des grandes réserves.

Informations pratiques:

Exposition « Osez l’interdit, Les jeunes font leur musée »

du 2 avril au 26 juillet 2019
Entrée libre du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 14h à 17h
Centre de conservation et de ressources – 1 rue Clovis Hugues, Marseille 3e

Page web de l’exposition

SOURCES: Mucem, francetvinfo.fr, go-met.com, collegiendeprovence.fr, pressfrom.info

Photos: Mucem

Date de première publication: 26/04/2019

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

A Varsovie et à Poitiers, les jeunes visiteurs deviennent commissaires d’une exposition temporaire

« La créativité demande du courage »: le Musée Matisse du Cateau-Cambrésis présente les œuvres d’étudiants en art des Hauts-de-France

Une étudiante française de 19 ans modélise le bâtiment du MuCem sur Minecraft

Laisser un commentaire