Exposition «2050, une brève histoire de l’avenir» aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique: une statuette en 3D, une appli et un photomaton

En collaboration avec le Musée du Louvre, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique organisent, jusqu’au 24 janvier 2016, une exposition intitulée « 2050 – une brève histoire de l’avenir ». Pour cette exposition, le musée propose une série d’outils numériques et une réplique imprimée en 3D de la Venus de Galgenberg, une des plus vieilles statuettes connues à ce jour.

Découverte en 1988 en Autriche, la Venus de Galgenberg est une statuette féminine âgée de 30,000 ans qui repose actuellement au Musée d’Histoire Naturelle de Vienne. La Vénus est une grande figurine de femme pesant 10 g et mesurant 7,2 cm de hauteur. L’idée de recréer une copie imprimée en 3D de la Venus pour l’exposition de Bruxelles a été imaginée pour démontrer comment la technologie pourrait changer la manière dont les gens perçoivent l’art à l’avenir.

Une statuette de 30 000 ans en 3D

musée beaux arts bruxelles statue 3D

Pour ce projet de modélisation 3D, le musée s’est associé à deux sociétés Fuel 3D et Trideus. La société Belge Fuel 3D a utilisé son scanner 3D portable SCANIFY pour capturer plusieurs images de la Vénus à son domicile à Vienne. Ces images ont ensuite été combinées dans le logiciel Fuel3D Studio pour créer un modèle 3D complet de la Vénus dans un format haute résolution et en couleurs. Les fichiers de modèles 3D ont été ensuite fournies à Trideus qui a procédé à l’impression 3D de la réplique de Venus.La statue a été imprimée en couleur en utilisant la technologie d’impression à liage de poudres et à base de gypse. Le procédé repose sur la solidification d’une fine poudre à l’aide d’un liant et d’un colorant.

«Nous sommes ravis de cette partie de l’exposition, qui montre réellement le potentiel de technologies comme l’impression ou la numérisation 3D» a expliqué  la commissaire de l’exposition Jennifer Beauloye au site web de la société Fuel-3D. «Cela a été un vrai plaisir de travailler avec Fuel3D et Trideus sur ce projet. Suite à cela, nous espérons entamer une réflexion et ouvrir les débats sur l’évolution des musées à l’âge du digital».

«Cela a été un super projet auquel participer» a commenté de son côté Stuart Mead, le CEO de Fuel3D. «Nous développons le Scanify afin d’aider à la démocratisation de la 3D pour une audience toujours plus grande et cette application est un exemple parfait de comment faire.»

« Nous avons apprécié le défi de nous mettre par le Musée royal», a déclaré Jesse Buteneers, PDG de Trideus. «En réunissant certains des meilleurs technologies dans la numérisation 3D et de l’impression, nous avons été en mesure de réaliser quelque chose de très spécial. »

Le modèle 3D obtenue après numérisation :

Venus of Galgenberg
by Fuel3D
on Sketchfab

Le making-off du projet en vidéo :

Le modèle 3D obtenue après numérisation sur le site Sketchfab

Plus d’informations sur l’évènement ICI

Présentation vidéo de l’exposition par le directeur du musée: 

La playlist de l’exposition sur la chaîne Youtube du musée

Yang Yongliang. Heavenly City n°8 (2008) — © Yang Yongliang / courtesy Galerie Paris-Beijing
Yang Yongliang. Heavenly City n°8 (2008) — © Yang Yongliang / courtesy Galerie Paris-Beijing

Application mobile, photomaton et réseaux sociaux

L’exposition s’accompagne également d’une série d’outils numériques:

. un site web dédié, avec billetterie en ligne et contenus vidéos

. relayant les messages des visiteurs sur les réseaux sociaux #expo2050

. une application mobile, riche en images et vidéos, permet de préparer efficacement sa visite. Elle accompagne le visiteur d’œuvre en œuvre et élargit la réflexion après la visite au Musée. L’application est téléchargeable gratuitement sur Google Play et prochainement sur l’AppStore.

. un photomaton encourage les visiteurs à se prendre en photo à la sortie de l’exposition.

SOURCES: Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Fuel 3D, Trideus

Date de première publication: 20/09/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Musée National de la Science et de la Technologie de Taïwan imprime en 3D une réplique fidèle de Mammouth

Des répliques d’oeuvres d’art imprimées en 3D permettent au visiteur du musée de mieux interagir avec l’art

Pour la première fois en Europe, le Musée Magritte propose un visioguide en trois langues des signes

Laisser un commentaire