Gigapixel, impression 3D et open content … Paris Musées annonce de nouveaux développements numériques

Le mercredi 2 octobre 2019, Paris Musées révélait la programmation 2020 de ses 14 musées (23 expositions temporaires montées en 2020, deux fois plus nombreuses qu’en 2019). La conférence de presse fut également l’occasion de dresser un bilan de ses activités numériques et d’annoncer de nouveaux développements.

Comme l’explique Paris Musées: « la politique numérique de Paris Musées s’intensifie avec la mise en place d’outils innovants pour (re)découvrir les collections exceptionnelles de ses 14 musées et sites patrimoniaux qui conservent environ un million d’œuvres de l’archéologie à l’art contemporain. Ces nouveaux outil sont proposés en ligne (à travers des parcours thématiques, des expositions virtuelles, etc…) ou in situ (avec des cartes interactives, des feuilletoirs, etc…) et aussi avec le GigaPixel et l’impression 3D qui font également leur entrée dans l’offre numérique de Paris Musées ».

Les musées de la Ville de Paris accueillent plus de trois millions de visiteurs chaque année. L’objectif est de poursuivre cette dynamique, avec au cœur du projet : le développement, l’élargissement des publics et l’éducation renforcée en particulier pour les publics éloignés de la culture.

Par ailleurs, une attention accrue est portée au confort de visite et à la médiation notamment grâce à l’innovation numérique.

Ces nouveaux outils sont accessibles via des applications dédiées ou sur le portail des collections qui poursuit son développement (www.parismuseescollections.paris.fr). Paris Musées a déjà mis en ligne plus de 300 000 oeuvres en basse définition sur son portail des collections et envisage en 2020 d’en diffuser plus de 100 000 en haute définition, gratuitement et sans restriction.

Numérisation et impression 3D: appréhender autrement des oeuvres d’art 

Accessible grâce à la plateforme Sketchfab, les premières numérisations 3D permettent de mieux appréhender les œuvres grâce à leur manipulation numérique.

Cet outil de numérisation 3D lancé progressivement dans tous les musées de la Ville de Paris, étend le champ des possibilités de compréhension et d’accès à tous les publics et en particulier ceux en situation de handicap. Ces numérisations permettent des impressions 3D aux multiples usages dont celui de rendre les reproductions d’œuvres tactiles.

Cette initiative permet d’appréhender les œuvres d’art de façon innovante, par le toucher et le jeu.

Le moulage 3D de la main de Victor Hugo sur sketchfab:

Par exemple, cette technologie a été utilisée pour imprimer en 3D des copies accessibles dans la dernière salle de l’exposition Génération en Révolution au musée Cognacq-Jay, rendant ainsi manipulables par tous, des objets habituellement sous vitrines. Le musée Cognacq-Jay utilisera ces impressions 3D dans le cadre de ses activités pédagogiques pour tous les publics et particulièrement pour les personnes en situation de handicap visuel qui découvrent en manipulant les formes sculptées au 18e siècle. Ces ateliers seront proposés en libre accès sur réservation pendant toute l’année.

Des pièces manipulables seront également fournies dans d’autres musées comme le musée Carnavalet avec le jeu de société « Jeu du nouveau Paris ». Avec ce jeu, les visiteurs devront placer les monuments importants de la Ville de Paris imprimés en 3D sur l’écran présentant le plateau de jeu.

« La manipulation de reproductions d’œuvres issues des collections devient aujourd’hui possible avec l’impression 3D réalisée à partir de numérisation 3D, pensée notamment pour les personnes en situation de handicap visuel ».

16 fichiers des différentes œuvres numérisées sont actuellement accessibles en consultation et en
téléchargement sur la page Paris Musée de la plateforme Sketchfab.

D’autres institutions culturelles françaises sont déjà présentes sur sketchfab depuis plusieurs années telles que la RMN-GP, le Musée d’Art et d’Histoire de la ville d’Orange, Grands sites archéologiques (MCC), le Musée des moulages – Lyon 2 et le musée saint Raymond de Toulouse.

Le Gigapixel, une plongée au cœur des plus belles oeuvres d’art

« Le GigaPixel est un outil numérique incomparable pour plonger dans les détails des
objets, apprécier la touche de l’artiste, le savoir-faire d’une technique et
découvrir des détails non visibles à l’œil nu » explique Paris Musées.

111 œuvres en très haute définition sont maintenant accessibles via l’application mobile Paris Musées Second Canvas, à partir du site des collections et bientôt sur tous les sites des musées.

Les utilisations de ce type de numérisation sont nombreuses. In situ, via des dispositifs en salle permettant d’appréhender un tableau autrement ou pour pallier à l’absence d’une œuvre trop fragile, en restauration ou prêtée à une autre institution. Paris Musées n’indique pas quand et où le gigapixel sera implanté dans les salles.

Les médiations conçues autour du GigaPixel sont aussi l’occasion de découvrir le travail de couture sur les pièces du Palais Galliera comme ce manteau du soir de Balenciaga dont la broderie a été réalisée par Lesage

« Paris Musées innove en offrant avec le GigaPixel la possibilité d’accéder à plus d’une centaine d’œuvres en haute définition dont chacun pourra découvrir les plus petits détails comme cela n’avait jamais été possible. »

Cette technologie prend également son sens au sein d’ateliers pédagogiques, afin de créer une narration autour de l’œuvre et de ses détails, ou encore via des expositions numériques.

Exemple de médiation possible grâce au GigaPixel avec le portrait de George Sand par Auguste
Charpentier. © Musée de la Vie romantique – Paris Musées

Une première exposition avec les chefs d’œuvres des collections de l’été 2019 a été réalisée avec le partenaire espagnol MadPixel à Tabakalera de San Sebastien.

Près de 3 millions de pages vues sur le portail des collections

Depuis 3 ans, parismuseescollections.paris.fr évolue, il est aujourd’hui consultable en français, en anglais et en espagnol. Ce site rend progressivement accessibles les œuvres, les ressources bibliographiques et les archives des musées de la Ville de Paris, chefs-d’œuvre exposés dans les musées aussi bien qu’œuvres rarement montrées du fait de leur fragilité.

Recensant déjà plus de 300 000 œuvres, il permet aux initiés et au grand public de rechercher ou naviguer dans les collections numérisées à travers des nombreux filtres de recherche et 11 parcours éditorialisés (Paris 1900, La révolution française…) sur des thématiques fortes des collections.

L’objectif pour 2020 est d’accélérer cette mise en ligne par la poursuite de la numérisation des collections et d’envisager la diffusion gratuite en haute définition de plus de 100 000 oeuvres libres de droits.

Le portail des collections en quelques chiffres:

• Plus de 300 000 œuvres en ligne
• 2 865 384 pages vues (ce chiffre concerne uniquement les pages dédiées aux œuvres)
• 11 parcours thématiques
• 4 400 comptes utilisateurs
• 2 000 000 de sessions créés depuis la sortie du portail en mai 2016.

SOURCE: Paris Musées (CP)

PHOTOS: Paris Musées

Date de première publication: 3/10/2019

Paris Musées est membre du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Paris Musées a lancé une nouvelle application pour explorer en détail les œuvres des musées de la ville

Les fonds iconographiques et photographiques des musées de la ville de Paris bientôt en accès libre

En attendant sa réouverture, le musée Carnavalet lance une application mobile sur l’Histoire de Paris et de ses rues

Outings Project et le musée Carnavalet collent un « géant au turban » sur un mur du 19ème arrondissement de Paris

Le Petit Palais de Paris: premier musée non-chinois à proposer une visite live sur les réseaux sociaux chinois

Le musée Saint-Raymond de Toulouse partage gratuitement ses modèles 3D d’oeuvres sur Sketchfab

Laisser un commentaire