Aux musée des Beaux-Arts d’Angers, une application permet de mieux comprendre « l’Amour à l’espagnole »

En 2012, grâce à une importante opération de mécénat, les musées d’Angers ont acquis le tableau « L’Amour à l’Espagnole » de Jean-Baptiste Le Prince, tableau qui a appartenu au collectionneur angevin Pierre-Louis Eveillard de Livois (1736-1790). 5 ans plus tard, un support numérique permet de mieux comprendre le chef d’oeuvre.

angers-amour-espagnole-appli

Le tableau « L’Amour à l’Espagnole » de Jean-Baptiste Le Prince, avait appartenu au collectionneur angevin Pierre-Louis Eveillard de Livois (1736-1790). Une importante partie de sa collection, rassemblée au cours du XVIIIe siècle, constitue aujourd’hui le coeur des collections anciennes du musée des Beaux-Arts d’Angers. Commandée par le financier Laborde, présentée au Salon de 1773 et rapidement acquise par Livois, « L’Amour à l’Espagnole » est l’un des chefs-d’oeuvre de Jean-Baptiste Le Prince, surtout connu pour ses scènes russes, inspirées par son long séjour à Moscou et Saint-Pétersbourg.

Présentation vidéo du tableau:

Situé dans la salle XVIIIe siècle du Musée des Beaux-Arts, le tableau est maintenant accompagné d’une tablette numérique via laquelle le visiteur peut naviguer sur une application numérique créée par la société Cent Millions de Pixels.

Depuis le 12 décembre 2016, cette application permet aux visiteurs d’aiguiser leur regard sur l’oeuvre, grace à de nombreuses interactions mettant en relief différents aspects du tableau, obtenir des informations sur son contexte, son auteur, ou encore le travail de restauration qui a suivi son acquisition.

Traduit en anglais, cet outil est également accessible aux personnes déficientes visuelles grâce à une audio-description et aux personnes déficientes auditives grâce aux sous-titres.

Un soutien de Mécène et Loire

L’acquisition et la restauration du tableau a été rendue possible en 2012 grâce à une opération inédite de mécénat qui a réuni la générosité de deux fondations – Mécène et Loire et le Crédit Agricole –, de la société des Amis du musée « Angers Musées Vivants », d’une dizaine d’entreprises et de nombreux particuliers en complément des financements publics de la Ville d’Angers, de la Région Pays de la Loire et de l’État.

Dans le prolongement de ce mécénat, le développement de l’application numérique a été entièrement financé par la Fondation d’Entreprise Mécène et Loire.

Avec cette nouvelle offre numérique culturelle, Angers -Labellisée French Tech- confirme ainsi son engagement en matière de numérique.

La Ville d’Angers a déjà développé plusieurs applications de médiation culturelle parmi lesquelles «Patrimoine caché», « Laissez-vous conter Angers », « Le Portrait d’Esther », BD numérique sur les oeuvres spoliées pendant la seconde Guerre mondiale et l’application sur les oeuvres de François Morellet.

SOURCES: Ville d’Angers, my-angers.info, angers.fr

Date de première publication: 16/12/2016

La ville d’Angers est membre du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

42 000 oeuvres des musées d’angers désormais consultables sur le portail internet musees.angers.fr

Les musées d’Angers publient une bande dessinée numérique destinée aux 15-18 ans et consacrée aux œuvres d’art spoliées pendant la 2nde Guerre mondiale

Laisser un commentaire