Silvain Gire (ARTE Radio): « La diffusion de contenus audio dans les musées est un enjeu fort et souvent mal pris en compte »

Le 25 février 2016, le Musée d’Orsay associé à ARTE Radio a proposé une séance de « cinéma pour les oreilles », les Galeries d’Ecoute. Cette première séance revisitait les collections du musée en leur donnant une résonnance inattendue et souvent décalée grâce à des documentaires audio produits par ARTE Radio. CE jeudi 28 avril, ARTE Radio s’installe à nouveau à Orsay avant une soirée au Centre Pompidou le 19 mai 2016. Silvain Gire, Responsable éditorial d’ARTE Radio, explique au CLIC France les objectifs et modalités de ces projets communs avec les musées.

Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques lignes ?

Je suis né en 1964 à Lyon. Mes parents, enseignants spécialisés pour enfants handicapés, sont issus de milieux ouvriers et paysans et sont férus de culture. Ils m’ont initié très tôt au théâtre, aux expositions, au cinéma… J’ai suivi une prépa littéraire et une école de journalisme. J’ai fait ma première pige à France Culture en 1989 et j’y suis resté quatre ans en tant que producteur d’émissions. En 1994 j’ai rejoins Arte à la communication. En 2002, j’ai fondé avec Christophe Rault, la web radio ARTE Radio. 14 ans plus tard, j’en suis toujours le Responsable éditorial.

Pouvez-vous présenter ARTE Radio ?

ARTE Radio est une webradio à la demande (www.arteradio.com). C’est un genre de jukebox qui propose plus de deux mille documentaires sonores et créations radiophoniques à écouter à volonté.

LOGO_ARTE_RADIO_jauneARTE Radio se présente sous la forme d’un magazine proposant chaque semaine de nouveaux courts-métrages radiophoniques (reportages, documentaires, fictions, pièces de  poésie sonore, chroniques…). Ces créations utilisent les ressources de l’écriture sonore, sans musique ni commentaires mais avec un travail insistant sur la qualité de la prise de son, du montage et du mixage. La plupart d’entre elles ont une durée comprise entre 3 et 20 minutes – mais la plus courte dure 16 secondes, et la plus longue 58 min 40.

Quelles sont les relations avec ARTE et avec la chaîne TV ?

ARTE Radio une création d’Arte France, la branche française de la chaîne publique Arte. Elle est strictement non commerciale et sans publicité.

ARTE radio appartient donc à la galaxie d’ARTE France mais il y a très peu de relations de contenus entre la chaine et ARTE Radio, hormis quelques passerelles pour des programmations spéciales ou évènementielles.

Quelle est votre audience et le profil de vos auditeurs ?

Nous avons récemment changé notre site internet et notre manière de calculer l’audience. Mais nous pouvons dire que nous attirons de 150.000 à 200.000 auditeurs par mois sur nos différentes plateformes de diffusion (streaming sur le site web, application mobile, podcast, soundcloud et notre player exportable sur d’autres sites web). Nous avons d’ailleurs été le premier site professionnel à lancer un service de podcasting en France.

Nous restons un projet encore insuffisamment connu du grand public mais notre public est plutôt jeune. Nous n’avons pas de public cible et nous voulons séduire les honnêtes gens à partir de 16 ans. Nos auditeurs qui se déplacent à la maison de la poésie ou dans les musées ont autour de 25 ans.

Goûter d'écoute à la Maison de la Poésie en février 2016
Goûter d’écoute à la Maison de la Poésie en février 2016 (c) ARTE Radio

Comment est organisée ARTE Radio ?

ARTE Radio est animée par une équipe de cinq permanents, dont trois salariés à temps partiel, et d’une trentaine d’auteurs réguliers.

La production est totalement internalisée, sous notre direction et avec notre matériel afin de garantir une grande exigence éditoriale et technique.

Au total, plus de 380 auteurs et réalisateurs d’origines diverses ont collaboré à ARTE Radio depuis sa fondation (professionnels de la radio et du son, créateurs débutants, écrivains, enseignants, journalistes, musiciens, étudiants…), ainsi que de nombreux comédiens.

Combien de créations ont été produites depuis 2002 ?

Depuis 2002, nous avons produit plus de 2.100 créations (docu, fiction et création).

ARTE Radio est une sonothèque qui conserve tous ses programmes en ligne : ceux-ci sont accessibles à volonté par l’intermédiaire d’une interface web un peu semblable à un juke-box.

Nos courts-métrages audio sont distribués sous licence Creative Commons, et peuvent donc être écoutés et téléchargés gratuitement dans le cadre de tout usage non-commercial (personnel, familial, associatif, éducatif, etc.).

FireShot Screen Capture #786 - 'Galerie d'écoute #2 _ Spéciale Douanier Rousseau' - www_facebook_com_events_780516738716331

Le 25 février 2016, ARTE Radio s’est installée au musée d’Orsay pour une première galerie d’écoute consacrée aux collections permanentes du musée. Comment est né ce partenariat ?

C’est Arthur Binois, en charge de la programmation jeunesse au musée d’Orsay, qui nous a contactés.  Il vient souvent à nos séances d’écoute à la maison de la poésie et a trouvé que ce serait une bonne idée pour les soirées jeunes d’Orsay.

Nous avons choisi ensemble de diffuser des créations d’ARTE Radio, sous la forme d’une séance gratuite d’écoute publique dans l’auditorium du musée. Nous avons choisi de partager avec les jeunes visiteurs du musée des créations du catalogue d’ARTE Radio en lien avec les expos ou la collection d’Orsay. Pour le premier épisode, les contenus étaient liés à des œuvres de la collection permanente.

Lire sur le site du CLIC France: Le Musée d’Orsay et ARTE Radio vous font découvrir la peinture par les oreilles

Quel premier bilan en avez-vous tiré ?

L’auditorium du musée était quasiment complet. Et nous avons été très heureux de l’accueil extraordinaire et du très fort engouement d’un public très jeune.  J’ai été ravi par toutes les mains qui se sont levées lorsque Luc Bouniol-Laffont, Chef du service culturel et Directeur de l’Auditorium du musée a demandé en début de séance si nos auditeurs d’un soir visitaient pour la première fois le musée.

DSC05689
Première Galerie d’Ecoute au Musée d’Orsay le 25 février 2016 (c) ARTE Radio

Les très bons retours reçus nous ont incités à continuer l’expérience en la recadrant un peu. Ce que nous allons faire dès le 28 avril 2016

Vous reproduisez donc l’expérience le 28 avril autour de l’exposition Douanier Rousseau et le 2 juin pour l’expo Charles Gleyre. Quels seront les évolutions apportées à la formule de l’événement ?

Nous avons réalisé que les créations que l’on diffuse devaient être plus en lien avec les œuvres du musée ou de l’exposition en cours. Ce sera la grande évolution de notre séance d’écoute. Cela va être très stimulant de trouver des liens plus forts entre le musée et notre corpus de 2.000 contenus de création contemporaine.

Ainsi pour la seconde soirée autour de l’exposition Douanier Rousseau,  nous aurons la chance de pouvoir diffuser un sujet (que l’on vient de produire) sur une charmeuse de serpent, un autre documentaire sur les bruits de la jungle ou sur un poète du courant art brut et un petit reportage sur la guerre de 14-18.

Le 2 juin pour la soirée consacrée à Charles Gleyre, nous allons partir sur la notion de l’orientalisme.

Du coup, pour nos deux prochaines soirées, nous allons proposer une programmation plus proche du lieu qui nous accueille.

Comment établirez-vous la connexion entre la création sonore et l’œuvre du musée ?

Ce ne seront pas pour autant des créations radiophoniques qui parlent de tableaux. Nous diffuserons des œuvres et ensuite nous dialoguerons avec la salle et entre Arthur Binois et moi-même.

Nous diffuserons toujours la création sonore sans montrer l’œuvre avec laquelle nous avons établi une liaison.

Nous devons respecter le principe fondateur d’ARTE Radio qui est de ne pas montrer d’image. L’écoute est le mot fondamental. Nos créations doivent favoriser et valoriser les postures d’écoute. La création sonore doit suggérer une ou des images mentales.

DSC05673
Première Galerie d’Ecoute au Musée d’Orsay le 25 février 2016 (c) ARTE Radio

Envisagez-vous d’autres coopérations avec le musée d’Orsay ?

Oui j’espère que le succès va se confirmer afin de pouvoir continuer toute la saison prochaine nos soirées d’écoute. Nous pourrons ainsi créer et installer un vrai rendez-vous.

Le 31 mars, ARTE Radio a failli investi le Centre Pompidou pour une folle soirée d’écoute. Un rendez-vous qui a dû être reporté.

Oui une grève et le début du mouvement debout nous ont contraints à reporter cette soirée au 19 mai 2016.

Quelles seront les principales activités proposées lors de cette soirée ?

Le 19, nous diffuserons des créations d’ARTE Radio à plusieurs endroits du Centre Pompidou, y compris dans des salles d’exposition. Nous proposerons également un concert du musicien Fantazio.

Le Centre Pompidou organisera également des visites du musée les yeux bandés pour valoriser l’écoute.

FireShot Screen Capture #788 - 'Soirée Sonore !' - www_facebook_com_events_1676702255927521

Cette soirée au Centre Pompidou sera également l’occasion de célébrer les créations sonores inédites d’ARTE Radio pour le Centre Pompidou. Quels sont ces contenus ?

Le Centre Pompidou nous a approché pour venir enrichir leur application gratuite aujourd’hui composée d’un agenda et d’une partie parcours (audioguide sonore commenté par des conservateurs et consacré à la collection et aux expositions). L’objectif de notre coopération est de compléter les contenus de cette application par des créations originales non liées aux expositions. Et nous sommes partis sur des contenus fictionnels.

Pour le moment, une fiction a déjà rejoint l’application du Centre Pompidou: « Je suis ici » d’Emma Broughton d’une durée de 5.52 min, disponible en français anglais et espagnol.

Nous avons également déjà produit 7 audioguides imaginaires commandés à 3 auteurs écrivains qui imaginent un audioguide autour d’une œuvre imaginaire.  5 sont proposés par Hervé Le Tellier  (qui participe à l’émission de France Culture « les papous dans la tête »), 1 par Marie-André de Saint André (Chroniqueuse sur Radio Nova) et 1 par moi-même.

Pour chaque création sonore, nous avons imaginé une œuvre d’art et créé son audioguide de 2 à 3 minutes.

Tous ces contenus seront ajoutés à un nouvel onglet « Museum fiction » sur l’application  du Centre Pompidou. L’onglet sera progressivement enrichi de nos créations mais également d’autres créateurs. Lors de la soirée du 19 mai, nous ferons écouter certains de nos premiers audioguides imaginaires.

poissons
(c) ARTE Radio

Le 19 mai, vous allez également installer un studio mobile.

Oui un studio Mobile va permettre aux visiteurs d’enregistrer des témoignages et des échanges, des récits de vie, des questionnements, ou des anecdotes autour de l’art…

Nous allons recueillir tous ces témoignages audio et imaginer et produire à partir de ceux-ci une création radiophonique. Ce sera peut-être un patchwork ou bien nous travaillerons sur un seul récit. Cette création viendra également rejoindre l’application du Centre Pompidou.

Quelles sont les modalités de partenariat entre ARTE Radio et le Centre Pompidou ?

Les créations sont des coproductions cofinancées par le Centre Pompidou et ARTE Radio.

Cette coproduction a un double intérêt pour nous : augmenter notre notoriété et procurer plus de confort à nos auteurs en augmentant le budget de production.

Ces nouvelles créations seront à la fois diffusées sur la plateforme ARTE Radio et via l’application du Centre Pompidou. Certaines des créations futures seront exclusivement diffusées sur cette application, comme par exemple un agenda sonore et décalé de l’actualité du Centre Pompidou, disponible à partir de la rentrée de septembre 2016.

Avez-vous d’autres projets avec le Centre Pompidou ?

Nous n’envisageons pas pour l’instant d’autres soirées mais nous réfléchissons à d’autres contenus.

Je travaille beaucoup sur la question de l’imaginaire. Que se passe-t-il si au Centre Pompidou, musée d’art plastique, nous faisons confiance à l’écoute et à l’imaginaire ? Comment les mots peuvent-ils contribuer à créer des images ?

Nous essayons d’associer un critique d’art sur la question des œuvres manquantes, disparues, détruites ou perdues par l’auteur mais également sur les oeuvres d’art immatérielles (comme les performances … ). D’autres projets pourraient porter sur la visite des coulisses pour dévoiler de manière originale ce que le public ne peut voir.

Avez-vous des projets d’audioguides imaginaires avec d’autres musées ou institutions culturelles ?

Nous ne sommes pas et nous ne voulons pas devenir ni un producteur d’audioguides ni une agence de design sonore. Ce n’est pas notre vocation.

Ce qui nous intéresse c’est d’intervenir dans un espace, d’être en résidence. Il faut une forte dimension poétique et créative.

Avec le Centre Pompidou, nous apprenons beaucoup sur le monde de l’art et des musées.

Avez-vous d’autres projets avec les musées ?

Pas pour l’instant. Mais la diffusion de son dans les musées et autres espaces publics est un enjeu fort et souvent mal pris en compte. Cela nous intéresse de répondre à ce défi.

Le son s’échappe. Il va partout. Au centre Pompidou, nous allons diffuser du son dans les salles du musée. C’est très compliqué d’imposer une écoute à un visiteur car le casque n’est pas toujours satisfaisant. Nous devons explorer de nouvelles manières de valoriser le son et l’écoute dans ces espaces.

La séance d’écoute telle que nous la proposons à Orsay ou à la maison de la poésie, c’est une démarche collective qui redonne du lien. Là où le podcast et le casque séparent la séance d’écoute réunit.

A l’occasion des projets avec les musées ou d’autres partenaires, on invente toujours quelque chose de nouveau. On invente à chaque fois et c’est ce qui nous intéresse.

Maison de la Poésie (c) ARTE Radio
Maison de la Poésie (c) ARTE Radio

Auriez-vous un projet rêvé avec un musée ?

Oui j’ai le rêve de faire une cartographie de l’histoire musicale de Chicago. Je suis allé à Chicago plusieurs fois et je suis tombé amoureux de cette ville. J’aimerais travailler sur la mémoire orale des musiques de Chicago et proposer une visite de la ville, virtuelle, sonore et immersive à partir d’une appli. Nous pourrions ainsi reconstituer la mémoire musicale de Chicago, une ville qui a peu à peu détruit ses lieux de mémoire musicale. Plus que la ville du blues, Chicago a également vécue au rythme du rock, du rock industriel, du rap et du post rock. Ce projet en lien avec la communauté pourrait être produit avec un musée.

Plus largement j’aimerais travailler avec un musée à l’étranger ou un musée en région sur une communauté en associant la création sonore, la diffusion publique et la diffusion sur les nouveaux médias.  Un peu comme nous l’avons fait à Marseille, avec Radio Grenouille. Ou comme j’ai eu la chance de le faire au Japon, lorsque j’ai créé un parcours dans la ville de Beppu.

Lire sur le site du CLIC France: Les promenades sonores marseillaises de Radio Grenouille tapent dans l’œil de Google

Les musées et institutions culturelles deviennent de plus en plus « Média » par la coproduction de documentaires TV, la production de contenus vidéos diffusés sur les réseaux sociaux ou le lancement de plateformes riches en contenus comme le site 3ème scène de l’Opéra de Paris. Quelles devraient / pourraient être les relations futures entre les musées et les médias ?  

Médias et musées se posent la même question de la conquête des jeunes publics et dans les deux cas, utiliser les nouvelles technologies apparaît comme l’une des solutions.

Par des contenus originaux, nous aidons Orsay à attirer et fidéliser de jeunes visiteurs. Dans notre coopération avec le Centre Pompidou, nous allons transformer l’application en magazine avec des créations de qualité qui inciteront à utiliser l’application même en dehors d’une visite. Nous contribuons ainsi à transformer le musée en média.

Et nous ne sommes pas en compétition avec le musée comme nous ne sommes pas en concurrence avec France Culture. Plus il y a de pizzeria plus nous mangeons de pizzas !

En outre, il y a un grand appétit pour une nouvelle forme de narration, de storytelling, auquel la production sonore répond à merveille. Plus que jamais, ARTE Radio peut jouer un rôle majeur dans le renouveau du contenu audio, dans sa production et dans sa diffusion.

Site internet d’ARTE Radio

Evénement Facebook du 25 février 2016 au Musée d’Orsay

Evénement Facebook du 28 avril 2016 au Musée d’Orsay

Evénement Facebook du 19 mai 2016 au Centre Pompidou

Date de première publication: 28/04/2016

Interview réalisée par mail le 27/04/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le 31 mars 2016, la nuit du Douanier veut faire découvrir différemment l’exposition « Le douanier Rousseau » du Musée d’Orsay

will.i.am au Louvre: un clip et un documentaire exclusifs sur dailymotion et louvre.fr mis en diffusion le 12 avril à 20.00

Dimitri Chamblas (Opéra de Paris): « 3ème Scène est un endroit qui crée, qui produit, qui innove et qui commande des œuvres »

Durant l’été 2015, la National Gallery de Londres immerge ses visiteurs dans la musique contemporaine

La Sonothèque de Haute-Normandie lance une appli mobile qui met en valeur le patrimoine musical régional

Laisser un commentaire