La collection de la Smithsonian Institution et les outils IA de Google mettent les femmes scientifiques au premier plan

Partager :

Google a développé de nouveaux outils d’apprentissage automatique (IA) à l’usage des conservateurs de la Smithsonian Institution aux États-Unis pour les aider à mettre en valeur le rôle majeur que les femmes ont joués dans la science au cours de dernières 174 années d’histoire. Ce projet s’appuie sur la décision de l’institution de diffuser en Open Content plus de 3.9 millions d’images 2D et 3D des collections de ses musées accessibles au public et la la publication d’une partie d’entre elles sur la plateforme Google Arts & Culture. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du 175ème anniversaire de la Smithsonian Institution, du mois « Women’s History » célébré en mars 2022 et du futur Smithsonian American Women’s History Museum.

« Les femmes ont toujours été à la pointe de la science. D’Ada Lovelace concevant les premiers programmes informatiques, à Rosalind Franklin décodant la structure de l’ADN, à Katherine Johnson découvrant la physique pour que l’humanité atteigne la lune, l’histoire de la science a été guidée par les contributions des femmes. Cependant, ils n’ont souvent pas reçu de crédit ou de reconnaissance pour leur travail essentiel » explique Effie Kapsalis, Chargé de programme numérique senior à la Smithsonian Institution.

Le 19 janvier 2022, la Smithsonian Institution a annoncé une nouvelle phase de sa collaboration à long terme avec Google Arts & Culture. Ensemble, les 2 partenaires ont développé de nouveaux usages de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle pour valoriser les collections de l’institution muséale et scientifique et faciliter le travail des conservateurs de la Smithsonian American Women’s History Initiative.

Cet apport des nouvelles technologies permet de plonger « dans les archives de l’institution pour aider à découvrir et mettre en évidence les nombreux rôles que les femmes ont joués dans la science au cours de plus de 174 ans d’histoire ».

  • Le prolongement de la stratégie Open Content

Grâce à cette première collaboration avec Google Arts & Culture, partenaire principal de l’initiative Smithsonian Open Access, il est désormais « plus facile que jamais de faire découvrir le travail des femmes dans l’histoire de la Smithsonian Institution ».

Ce projet s’appuie sur les travaux antérieurs de Google Arts & Culture, qui ont rendu plus de 2,8 millions d’images 2D et 3D des collections du musée accessibles au public pour la toute première fois en 2020.

Propulsés par l’apprentissage automatique, ces nouveaux outils permettent trois types de recherche dans les archives du Smithsonian :

. comparer les enregistrements à travers l’histoire en connectant différents « nœuds » dans les métadonnées,

. identifier les noms des femmes même lorsqu’ils n’ont pas été explicites (comme par l’utilisation du nom d’un mari à la place)

. et l’analyse des enregistrements d’images pour regrouper et regrouper les similitudes afin de faciliter la comparaison.

  • Des résultats déjà prometteurs

Grâce à l’Initiative « histoire des femmes américaines » de la Smithsonian, le personnel du Smithsonian a déjà identifié plus de 500 femmes qui ont travaillé dans les sciences au Smithsonian.

L’un des outils de visualisation est une carte visuelle qui révèle les liens entre les personnes et les lieux dans les métadonnées. À l’aide de cette carte, les chercheurs ont relié des fiches de taxonomie de 1911 à trois femmes scientifiques.

En analysant les collections relatives à Mary Jane Rathbun, probablement la première femme conservatrice du Smithsonian, par exemple, les chercheurs ont pu trouver des cartes de taxonomie dans les archives du Smithsonian qui détaillent un voyage de collecte qu’elle a fait avec Serena Katherine « Violet » Dandridge, une illustratrice scientifique qui a travaillé aux côtés de Rathbun au Département des invertébrés marins en 1911, et de mieux comprendre les premières collaborations entre femmes.

Mary Jane Rathbun, probablement la première femme conservatrice du Smithsonian

En fait, les cartes de taxonomie révèlent qu’une troisième collègue, le Dr Harriet Richardson Searle, a identifié certains des spécimens que Rathbun et Dandridge ont ramenés au Smithsonian.

Un autre algorithme a identifié le genre binaire le plus probable des entités nommées – sur la base des probabilités historiques d’un prénom faisant référence à un homme ou à une femme ou à la présence d’un titre Miss ou Mrs. Les métadonnées des sous-ensembles d’enregistrements du Smithsonian, tels que « Invertebrate Zoology », ont été chargées dans des tables BigQuery avec ces informations supplémentaires sur le nom et le sexe. Sur la base de ces tables, les rapports interactifs de Data Studio ont permis aux conservateurs de rechercher dans les données les noms des femmes dans le collection.

« Bien que cette expérience ne fasse que commencer, il est clair que la technologie peut jouer un rôle clé en facilitant la poursuite des recherches et en aidant à récupérer des histoires de femmes dans la science » explique Effie Kapsalis.

Les chercheurs et les spécialistes des données de la Smithsonian continueront de développer des outils pour extraire des métadonnées afin d’obtenir de nouvelles informations sur les rôles que les femmes ont joués dans les sciences à travers l’histoire, « des contributions qui ont été cachées pendant trop longtemps ».

Recovering American Women’s History .

Ce projet a été mené dans le cadre du projet Smithsonian Open Access, qui permet à toute personne disposant d’un accès à Internet de télécharger, partager et réutiliser près de 4 millions millions d’images et de métadonnées d’images du Smithsonian, sur les 150 millions d’objets et documents de la collection.

  • Les autres initiatives de la Smithsonian pour le « mois de l’avenir des femmes »

La Smithsonian Institution va bouleverser sa programmation pendant le « mois de l’histoire des femmes » en mars 2022 avec un nouveau « mois de l’avenir des femmes, « une célébration tournée vers l’avenir du pouvoir des femmes et des filles dans les STEM (science, technologie, ingénierie, mathématiques) pour façonner un monde meilleur »

Le 11 février 2022, la SMI a annoncé l’installation dans le National Mall de Washington de 120 statues célébrant les femmes dans les STEM. Il s’agit de la plus grande collection de statues de femmes jamais assemblées. « #IfThenSheCan – The Exhibit » est présentée dans les jardins de la Smithsonian et dans / autour certains musées de l’institution, du 5 au 27 mars 2022.

Les 120 statues imprimées en 3D grandeur nature sont celles d’une sélection diversifiée d’innovatrices STEM contemporaines et de modèles à suivre dans divers domaines, de la protection de la faune à la découverte des galaxies, en passant par la construction de la plate-forme YouTube et la lutte contre le cancer. Les visiteurs rencontreront ainsi des entrepreneurs, des éducateurs, des scientifiques et des défenseurs de l’environnement qui construisent l’avenir. Chaque statue comportera un code QR unique afin que les visiteurs puissent en apprendre davantage sur ces histoires personnelles inspirantes.

« Ces figures frappantes imprimées en 3D de femmes remarquables dans les carrières STEM nous aident à célébrer l’impact incroyable que les femmes continuent d’avoir sur les efforts scientifiques vitaux », a déclaré Lonnie Bunch, secrétaire du Smithsonian« Cette exposition montre comment une main-d’œuvre plus diversifiée et plus inclusive renforcera notre avenir commun ».

IF/THEN est une initiative conçue par Lyda Hill Philanthropies pour « activer un changement de culture chez les jeunes filles afin de leur ouvrir les yeux sur les carrières STEM ». Les femmes représentées dans l’exposition ont été choisies par l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS) et Lyda Hill Philanthropies pour servir d’ambassadrices AAAS IF/THENA et de modèles pour les collégiennes.

« #IfThenSheCan – L’exposition » donnera le coup d’envoi du festival du Mois de l’avenir des femmes #WomensFuturesMonth et d’un week-end de programmes spéciaux au Arts and Industries Building. La programmation du mois invitera les visiteurs de tous âges et expressions de genre à rêver grand et à se voir comme des scientifiques en devenir. Les visiteurs, notamment les jeunes filles, auront l’occasion unique de rencontrer les femmes scientifiques et inventrices qui changent le monde lors d’un événement gratuit « Work It! FUTURES Career Day » le 5 mars, et ils pourront profiter d’activités inspirantes pour les futurs créateurs de tous âges lors d’une « Spark the FUTURES: Science Family Day » le 6 mars. La SI propose également de nombreux événements virtuels.

  • Comment la Smithsonian Institution rend hommage aux femmes américaines remarquables

Dans un article du Smithsonian Magazine, Lonnie G. Bunch III, Secrétaire de la Smithsonian Institution écrit: « l’un de mes objets préférés dans les collections du Smithsonian est un petit télescope d’enfance ayant appartenu à Sally Ride. Ces premières années passées à contempler les étoiles ont inspiré Ride à devenir physicienne, astronaute et, en 1983 à bord de la navette spatiale Challenger, la première femme américaine dans l’espace ». 

Ce télescope Bushnell a permis à Sally Ride de contempler sa constellation préférée, Orion, et d’envisager son avenir en tant qu’astronaute.  Photo: Éric Long / Smithsonian Institution
Durant le Mois de l’histoire des femmes, « Women’s History » célébré en mars 2022 par des institutions culturelles américaines majeures The Library of Congress, National Archives and Records Administration, National Endowment for the Humanities, National Gallery of Art, National Park Service, Smithsonian Institution et United States Holocaust Memorial Museum mais aussi tout au long de l’année, la Smithsonian Institution souhaite « faire davantage pour reconnaître et honorer les vastes contributions des femmes à l’histoire de notre nation ».

Pendant trois ans, la Smithsonian American Women’s History Initiative s’est efforcée de découvrir et d’amplifier « les rôles fascinants et inspirants des femmes à travers l’histoire américaine – des femmes ordinaires et extraordinaires qui ont dirigé des mouvements ou travaillé dans les coulisses, changeant la nation pour le mieux avec force, ingéniosité et courage ».

Ces mêmes objectifs guideront le futur Smithsonian American Women’s History Museum que la SI compte ouvrir à Washington. Le 27 décembre 2020, le Congrès a promulgué une loi pour créer le Smithsonian American Women’s History Museum. La planification est actuellement en cours pour construire et ouvrir le nouveau musée. La Smithsonian American Women’s History Initiative continuera de fonctionner pendant la création du musée, par une série d’initiatives dans les musées du réseau, hors les murs et en ligne. Des donateurs leaders ont déjà contribué à l’initiative depuis août 2020. Sur la base d’expériences antérieures dans la construction de musées, le Smithsonian estime qu’il faudra au moins dix ans avant que les bâtiments physiques ne soient ouverts au public.

SOURCES: Smithsonian Institution, Google Arts & Culture

PHOTOS: Smithsonian Institution, Google Arts & Culture

Date de première publication: 01/03/2022

Partager :

Laisser un commentaire