La galerie Unit London va exposer et vendre en NFT des répliques de chefs d’œuvres de 4 musées italiens

Partager :

Du 16 février au 19 mars 2022, des répliques d’œuvres de quatre institutions, dont les Offices, seront vendues en tant que NFT par la galerie Unit London. Cette commercialisation fera l’objet d’une exposition à Londres dans laquelle les 4 musées italiens présenteront des chefs-d’œuvre de leurs collections, tels que la Madone du chardonneret de Raphaël et le Portrait d’un musicien de Léonard de Vinci. L’initiative vise à collecter des fonds pour soutenir la conservation des œuvres originales, tout en essayant d’accroître l’accès du public à celles-ci.

Les répliques ont été produites par la société italienne Cinello, qui a breveté la technologie permettant de créer ces œuvres d’art numériques cryptées, connues sous le nom de DAW®, Digital Art Work.

Les œuvres d’art, affichées sur des écrans, sont bordées par les répliques exactes des cadres originaux, chacun fabriqué à la main en Toscane.

Léonard de Vinci, Portrait d’un musicien. Avec l’aimable autorisation de Veneranda Biblioteca Ambrosiana (Milan) et Cinello.

Les répliques seront vendues en tant que NFT sur la blockchain Ethereum en édition de neuf exemplaires, à des prix allant de 100 000 £ à 500 000 £. Unit London acceptera à la fois la cryptomonnaie Ether et la monnaie fiduciaire.

Le produit de la vente sera partagé également entre Unit London et les 4 musées partenaires.

« L’exposition arrive à un moment où les voyages sont encore limités et où il y a un appétit pour le développement de façons innovantes de découvrir la culture. Les œuvres numériques présentées dans  Eternalising Art History offrir une opportunité qui serait autrement hors de portée de nombreux publics internationaux. L’exposition s’efforce également d’ouvrir l’accessibilité aux œuvres qui ne peuvent être transportées pour des expositions internationales pour des raisons de conservation. En tant que tel, Eternalising Art History  est vraiment une première du genre, innovant et ouvrant la voie à de nouvelles expériences culturelles. » se réjouit la galerie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par UNIT LONDON (@unitlondon)

  • Accroitre l’accès du public aux œuvres d’art

En utilisant la technologie de la blockchain et du NFT, Eternalising Art History présente des œuvres emblématiques, dont beaucoup n’ont jamais été vues au Royaume-Uni, de maîtres italiens tels que Léonard de Vinci, Caravage, Raphaël, Modigliani et Francesco Hayez.

Dans la vidéo ci-dessous, James Bradbourne (Directeur général de la Pinacothèque de Brera et de la Biblioteca Braidense) et Alberto Rocca (Directeur de la Pinacothèque della Veneranda Biblioteca Ambrosiana) expliquent pourquoi ils ont accepté de soutenir et rejoindre ce projet unique.

Joe Kennedy, codirecteur d’Unit London décrit les DAW comme un « changement de jeu pour les prêts aux musées, ajoutant que la technologie permet aux institutions de réduire les émissions de carbone liées au transport tout en donnant au public étranger l’occasion de découvrir l’art »

  • Double numérique et NFT

Lorsqu’un collectionneur achète l’œuvre, il reçoit :

. les composantes physiques, c’est à dire l’écran, un lecteur intégré qui génère l’image, la réplique du cadre et le certificat d’authenticité

. en même temps les composantes numériques, le NFT, et une connexion unique à l’application.

Selon Serena Tabacchi, directrice de Cinello, « les acheteurs seront autorisés à revendre ces DAW et, comme pour la plupart des NFT, les musées recevront des redevances sur toutes les ventes ultérieures ».

La Madone du Chardonneret de Raphaël (1506). Avec l’aimable autorisation des Galeries des Offices et de Cinello.

L’exposition Eternalising Art History est la première d’une série de trois, et la galerie précise qu’il est « très probable » que les quatre musées italiens participent aux deux prochaines expositions de la galerie.

Ces expositions surviennent à un moment où la galerie se consacre à l’innovation dans l’industrie de l’art, en « explorant les moyens par lesquels l’art peut combler le fossé entre les expériences physiques et virtuelles, au profit des artistes et du public ».

SOURCES: Unit London, presse

PHOTOS: Unit London, Cinello

PHOTO du carousel: une réplique de la Testa di Giovane Donna de Modigliani (réalisée en 1915 et numérisée en 2021). 

Date de première publication: 15/02/2022

Partager :

Leave a Comment