Le projet « Looty » vise à rapatrier de manière numérique les objets d’art africains des collections muséales mondiales

Partager :

Un Nigérian a lancé un projet appelé « Looty » pour récupérer des objets d’art africains volés par des colonisateurs européens en créant des répliques en 3D, en les vendant sous forme de jetons non fongibles (NFT) et en utilisant le produit pour financer de jeunes artistes africains. Le site web a été lancé le 15 mai 2022.

Ces dernières années, les appels pour que les objets d’art volés pendant la période coloniale soient restitués à leurs lieux d’origine se sont intensifiés et quelques pays et institutions occidentales ont déjà renvoyé certains de ses objets vers des pays comme le Nigeria et le Bénin. Mais ce processus de restitution est encore limité et très lent.

« Imaginez un monde où ces objets n’ont jamais été pillés », a déclaré Chidi Nwaubani à Reuters dans une interview. « Nous essayons simplement de réimaginer ce monde et de le mettre sous forme numérique. »

Le processus de restitution numérique commence par ce que Chidi Nwaubani a appelé un « braquage d’art numérique ».

Par cette procédure, légale dans la majorité des lieux culturels, un membre de l’équipe Looty se rend dans un musée et scanne un objet cible à l’aide d’une technologie permettant de créer un double sous la forme d’une image 3D.

  • Des NFTs vendus au profit des jeunes artistes africains

A la suite de la numérisation, un NFT de l’image est créé et mis en vente via le site Web Looty, qui agit également comme une galerie en ligne où tout le monde peut voir les images gratuitement.

Chidi Nwaubani a déclaré que 20% du produit des ventes de NFT iraient à des subventions pour les artistes africains âgés de 25 ans ou moins.

  • Des œuvres du Bénin

Les premiers NFT de Looty sont basés sur une image de plusieurs bronzes du Bénin qui ont été pillés par les troupes britanniques en 1897 par les troupes britanniques dans l’actuel Nigeria et sont maintenant conservés au British Museum de Londres.

Six NFT basés sur ces objets sont disponibles à la vente via Looty (et la plateforme rarible) au prix de départ de 0,99 ETH (1 936 $).

« Savoir que cette œuvre est d’origine nigériane mais qu’elle vit en dehors du Nigeria m’a toujours troublé. J’ai donc senti qu’il y avait quelque chose que nous pouvions faire pour changer cela », a déclaré Chidi Nwaubani.

La prochaine cible du projet Looty est un objet de l’Égypte ancienne, mais Chidi Nwaubani a refusé de donner plus de détails.

Partager :

Leave a Comment