A Séoul et Bangkok, le musée national de Corée fait rimer exposition et immersion

Dans ses salles et hors de ses murs, le Musée national de Corée a choisi de miser sur l’immersion. Au centre de Séoul, la nouvelle galerie des céramiques de Goyeo plonge le visiteur dans l’obscurité et une composition musicale pour mieux valoriser des trésors nationaux. A Bangkok, le musée propose une exposition immersive associant certaines de ses œuvres projetées en vidéo-mapping à des objets réels de la collection du musée national de Thaïlande.

  • Une nouvelle galerie immersive pour magnifier les céramiques de Goryeo

Les porcelaines en céladon, trésors nationaux, sont exposés dans une nouvelle galerie du Musée national de Corée, dans le centre de Séoul, qui a ouvert ses portes au public le 23 novembre 2022. 

Pendant près de cinq siècles de la dynastie Goryeo (918-1392), le céladon a constitué le principal type de céramique produit dans la péninsule coréenne. La teinte bleu-vert typique de ces objets est entièrement due aux matières premières et au processus de production: la présence de fer dans l’argile et le niveau d’oxygène à l’intérieur du four.

Pour s’assurer que les visiteurs profitent au mieux de la beauté unique du céladon de Goryeo, le Musée national de Corée a totalement transformé sa galerie de céladon au troisième étage. Une rénovation destiné à magnifier les quelques 250 pièces de porcelaine exposées, dont 12 trésors nationaux et 12 trésors.

Il a fallu un an au musée pour donner un coup de jeune à cette galerie dans le cadre de son projet de revalorisation de ses galeries de céramiques au troisième étage de son aile consacrée à la collection permanente.

« L’objectif principal était l’éclairage », a déclaré Kang Kyong-nam, conservateur à la Division des beaux-arts du Musée national de Corée, qui a supervisé la rénovation. « L’éclairage de chaque vitrine est différent en terme d’angle et d’intensité. Et entre les vitrines, les salles d’exposition sont très sombres car nous voulions créer un effet immersif tout en faisant ressortir la beauté du céladon de Goryeo ».

L’effet immersif de la nouvelle expérience de visite est encore renforcée par un effort sur le son.

Dans la nouvelle galerie, un espace baptisé « Goryeo Bisaek (Les teintes de jade de Goryeo) » est encore plus sombre. Dès que les visiteurs y entrent, ils sont plongés dans une ambiance sonore composée par Daniel Kapelian, un artiste numérique et producteur français. La composition musicale, « Blue Celadon », d’une durée de 15 minutes, est diffusée en boucle. Basé à Séoul, Daniel Kapelian est partenaire d’OMA Space, un studio d’art contemporain, de design et d’architecture de la capitale coréenne, et a été commissaire international et conservateur de la Tongyeong Triennale 2022, qui s’est tenue de mars à mai 2022.

Enveloppés par cet environnement musical, les visiteurs sont invités à admirer une sélection de 18 objets sculptés en céladon, dont cinq trésors nationaux présentés dans 5 vitrines séparées, dont un brûleur d’encens du XIIe siècle avec un corps en forme de fleur de lotus.

« Nous espérons que les visiteurs trouveront la tranquillité d’esprit dans cette galerie tout en appréciant la beauté divine des céladons et en partageant le sens esthétique exceptionnel du peuple Goryeo et son amour pour la nature », a déclaré Yoon Sung-yong, directeur général du musée.

La scénographie immersive de la nouvelle galerie rappelle et prolonge la « Room of Quiet Contemplation », que le musée a ouvert en 2021. Cette salle est rapidement devenue un lieu de prédilection pour les visiteurs locaux. Faiblement éclairé, l’espace offre une rencontre immersive et contemplative avec deux trésors du musée qui se font face, deux statues de « bodhisattva pensif » en bronze doré de la fin du VIe au début du VIIe siècle, exposées de manière très minimaliste.

L’exposition commence par un espace sombre semblable à un couloir, où est projetée une création vidéo du réalisateur français Jean-Julien Pous. La vidéo intitulée « Cycle » tente de montrer le cycle des matériaux qui nous entourent comme l’eau et les étoiles de l’univers. L’artiste a également travaillé sur l’animation des statues qui sont exposées dans la salle. (Bande-annonce de l’expérience)

En mai 2020, le Musée national de Corée avait déjà ouvert une série de galeries immersives. Ces « Immersive Digital Galleries », permettent aux visiteurs de découvrir les trésors de la collection avec des contenus visuels immersifs, parfois interactifs et des explorations en réalité augmentée et virtuelle. Le musée national a été le premier en Corée à offrir une telle expérience dans ses galeries permanentes et à la mettre à disposition de trois autres musées nationaux affiliés. (ARTICLE CLIC: Le Musée national de Corée (Séoul) ouvre une série de galeries permanentes, immersives et interactives)

  • Rencontre numérique entre l’art Coréen et Thaïlandais, au Musée national de Bangkok

La Thaïlande et la Corée sont séparés par 6 heures d’avion, mais la culture coréenne fait partie intégrante de la vie thaïlandaise, avec la K Pop, la nourriture et les séries télévisées. L’art et la religion rapprochent également ces deux pays comme le démontre une exposition qui associe des objets coréens à des œuvres d’art thaïlandais.

Depuis le 25 novembre 2022, le Musée national de Bangkok et le Musée national de Corée proposent une exposition intitulée : « Une nouvelle rencontre : Galerie immersive de l’art coréen ».

L’exposition, composée de projections numériques et d’un objet de la collection du musée de Séoul, montre les relations entre la Thaïlande et la Corée, en ce qui concerne la monarchie, la religion et l’art.

L’exposition comporte deux sections.

. La première propose un dialogue entre l’art bouddhique de Corée et de Thaïlande. Les visiteurs sont « accueillis » par deux statues de Bouddha placés aux deux coins de la salle, l’une de Corée et l’autre de Thaïlande.

 

Des sculptures de Bodhisattva de Corée, à gauche, et de Thaïlande, à droite présentée dans l’exposition « Une nouvelle rencontre : Galerie immersive de l’art coréen ». Photo: Thai PBS World.

Le conservateur coréen a choisi la statue de bouddha du IXème siècle en granit tandis que son homologue thaïlandais a choisi la statue de bouddha de style Sirijava du 7ème siècle en grès pour l’exposition. Ces deux sculptures ont été créées par des artistes de régions et cultures différentes et ne sont pas de la même époque, mais ces deux représentations de Bodhisattva évoquent le même sentiment d’apaisement.

. La seconde section de l’exposition est plus colorée et numériques, avec deux créations vidéo immersives intitulées «Voyage de l’âme» et «Cortège royal avec le peuple».

Les 2 programmes redonnent vie aux cérémonies et aux traditions de la dynastie Joseon (1329-1910) en Corée. Diffusées dans les galeries immersives du musée, à Séoul, les vidéos proposent des animations des peintures bouddhistes et des illustrations de Uigwe, nom générique donné à une vaste collection d’environ 3 895 livres décrivant en détail les cérémonies et rituels royaux de la dynastie Joseon, qui ont été inscrits au programme Mémoire du monde de l’UNESCO en 2007.

 

« La procession royale avec le peuple », un des deux programmes diffusés en vidéo-mapping. Photo: Thai PBS World.

Grâce à la projection vidéo sur un écran panoramique associée à une composition musicale, les visiteurs se retrouvent au cœur des rituels des siècles passés. La seconde vidéo dépeint de manière vivante les processions du roi Jeongjo (1776-1800), le 22e roi de la dynastie Joseon.

Le Musée National de Corée a annoncé que l’exposition marque le début d’une coopération entre les deux pays qui se déroulera dans les années à venir, notamment avec « la création d’une section permanente d’art coréen dans le musée thaïlandais et d’autres expositions basées sur des échanges culturels mutuels ».

L’exposition « A New Encounter: Immersive Gallery of Korean Art » est au Musée national de Bangkok jusqu’au 21 mai 2023.

Associant scénographie minimaliste, vidéo-mapping et immersion sonore, ces 2 initiatives illustrent des tendances fortes en matière d’exposition permanente et itinérante.

SOURCES: musée national de Corée, presse

PHOTOS: musée national de Corée

PHOTO du carrousel: une des projections du Musée National de Corée au Musée national de Bangkok

Date de première publication: 29/11/2022

Laisser un commentaire