Le SFMOMA et le Met Museum acquièrent conjointement une installation majeure de William Kentridge

Partager :
Temps de lecture : 6 min

Le 17 octobre 2013, le San Francisco Museum of Modern Art (SFMOMA) et le Metropolitan Museum of Art ont annoncé l’acquisition conjointe de l’œuvre de l’artiste sud-africain William Kentridge, l’installation multimédia “Le refus du temps” ( 2012). Marquant une collaboration majeure et unique entre deux grands musées américains, “The Refusal of Time” bénéficiera d’une première américaine au Metropolitan Museum du 22 octobre 2013 au 11 mai 2014.

Parmi les œuvres les plus complexes et les plus ambitieuses de Kentridge à ce jour, la pièce représente un développement clé dans la pratique récente de l’artiste, avec l’incorporation d’éléments sculpturaux et cinétiques dans un environnement immersif via la multiprojection vidéo.

  • Compléter la collection Kentridge du SFMOMA

Lorsque le projet d’expansion transformatrice de SFMOMA sera terminé et que le musée rouvrira au public en 2016, The Refusal of Time rejoindra un vaste ensemble d’œuvres de Kentridge déjà présentes ou promises à la collection de SFMOMA ainsi que dans la célèbre collection Fisher. Cette collection comprend 35 œuvres au total, y compris des vidéos, des œuvres sur papier et d’autres installations majeures, faisant de San Francisco l’une des meilleures représentations de l’œuvre de l’artiste.

“Refusal of Time offre aux téléspectateurs une puissante expérience multisensorielle qui s’appuie sur l’histoire de Kentridge en matière de création d’œuvres hybrides humanistes, politiquement urgentes et vraiment extraordinaires” déclare le directeur de SFMOMA, Neal Benezra, qui a co-organisé une rétrospective itinérante de Kentridge en 2001, l’une des premières expositions pour présenter largement le travail de l’artiste au public américain. “SFMOMA est ravi de collaborer avec le Met sur la gestion conjointe de cette œuvre importante, qui renforce notre vision d’être une vitrine internationale pour l’art le plus novateur de notre temps.”

“L’acquisition de The Refusal of Time signale le fort engagement du Metropolitan envers l’art d’aujourd’hui, et nous sommes ravis de partager ce travail avec SFMOMA”, a déclaré Thomas P. Campbell, directeur et PDG du Metropolitan Museum. Concernant sa première à New York, il a ajouté : “En tant que gardien de 5 000 ans d’héritage artistique de tous les coins du monde, le Met offre un contexte unique et mondial dans lequel explorer la remarquable méditation de Kentridge sur l’histoire des normes et des mesures de temps.”

  • Kentridge et les installations multimédias

Les installations de Kentridge de ces dernières années sont particulièrement remarquables pour leur habile intégration d’images en mouvement, de sons, d’éléments sculpturaux et de théâtre pour offrir au spectateur une expérience pratiquement sans précédent dans d’autres pratiques temporelles récentes. 

Son travail sur tous les médias – dessins, projections vidéo, gravures, performances – “combine habilement des images visuellement séduisantes avec des explorations approfondies des histoires entrelacées de la science, du colonialisme et de la mondialisation, ainsi que de la nature éphémère de la mémoire personnelle et culturelle” explique le SFMOMA.

  • Le refus du temps

Commandé à l’origine pour Documenta 13 à Kassel, en Allemagne, “The Refusal of Time” comprend cinq projections vidéo distinctes et un paysage sonore du compositeur sud-africain Philip Miller, chacun avec une bande sonore différente.

Au centre de l’œuvre se trouve une grande sculpture cinétique – la « machine à respirer » ou « l’éléphant » – un automate en forme d’orgue avec un soufflet de pompage. Pour les projections vidéo, Kentridge a collaboré avec des chorégraphes, des cinéastes et des scénographes pour créer des animations et des séquences live action, y compris la « procession d’ombres » finale qui met fin à l’œuvre de 30 minutes.

L’intérêt récent de Kentridge pour la nature du temps s’est concentré sur les travaux de l’historien des sciences Peter Galison, basé à Harvard, qui a étudié les expériences d’Albert Einstein sur la mesure du temps par télégraphe et la synchronisation des horloges dans les gares ferroviaires nationales. Selon Galison, le travail d’Einstein convergeait avec celui d’Henri Poincaré, mathématicien français de la fin du XIXe siècle et président du Bureau des Longitudes qui a développé des cartes mondiales des fuseaux horaires à l’aube du XXe siècle. Les deux scientifiques ont été contraints de faire face à l’idée radicale que, dans un monde nouvellement industrialisé et interconnecté, le temps était relatif et non absolu.

Pour cette installation, Kentridge s’inspire également d’un passage du roman Hard Times (1854) de Charles Dickens, dans lequel l’auteur décrit les machines d’usine comme “se déplaçant monotonement de haut en bas, comme la tête d’un éléphant dans un état de folie mélancolique”“une métaphore de l’état souvent convulsif des développements qui accompagnent la science et l’industrie à l’ère moderne et un rappel de la vaine impulsion à tenter de contrôler son propre temps”.

“Dans son exécution magistrale, The Refusal of Time synthétise non seulement un certain nombre de thèmes visuels et cinématographiques ainsi que de performances qui ont été au cœur de l’œuvre de Kentridge au cours des dernières décennies, mais aborde également les styles clés de son travail sur l’image – y compris l’animation en stop-motion de dessins au fusain, de figures découpées en papier et de techniques d’inversion de l’image et de la vitesse” explique le SFMOMA.

A propos de l’œuvre

The Refusal of Time”, William Kentridge (vue d’installation au MAXXI Museo nazionale delle arti del XXI secolo, Rome), 2012 ; vidéo à cinq canaux avec son, mégaphones et respirateur (« éléphant ») ; 30 minutes.; dimensions variables. Elle a été produite par Marian Goodman Gallery, New York et Paris ; Galerie Lia Rumma, Naples et Milan; et Goodman Gallery, Johannesburg et Cape Town. Elle a été initialement commandée par Carolyn Christov-Bakargiev pour Documenta 13 , Kassel, 2012. Elle a été créée en collaboration avec Philip Miller, Catherine Meyburgh et Peter Galison. L’œuvre est détenue conjointement par le Metropolitan Museum of Art de New York et le San Francisco Museum of Modern Art. Photo : Matteo Monti, avec l’aimable autorisation de la Fondazione MAXXI ; © 2012 William Kentridge. Tous droits réservés.

À propos de William Kentridge

William Kentridge est né en 1955 à Johannesburg, en Afrique du Sud, où il vit et travaille toujours. Il fréquente l’Université du Witwatersrand à Johannesburg de 1973 à 1976 et la Johannesburg Art Foundation de 1976 à 1978. Formé à la peinture et au dessin, Kentridge étudie également le mime et le théâtre à l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris de 1981 à 1982. Son intérêt de longue date pour le théâtre a grandement influencé le caractère de son travail. Kentridge a réalisé son premier film d’animation en 1985. Mais il a commencé à obtenir une large reconnaissance internationale dans les années 1990 avec une série d’animations dessinées à la main que l’artiste lui-même appelle des « dessins pour projection ». Il réalise ces projections en utilisant une technique particulière dans laquelle il crée, efface et retravaille minutieusement des dessins au fusain qui sont photographiés et projetés sous forme d’images en mouvement. Le mouvement est généré à l’intérieur de l’image, par la main de l’artiste ; la caméra ne sert qu’à enregistrer sa progression. Ainsi, les animations explorent une tension entre l’objet matériel et la performance basée sur le temps, capturant de manière unique le processus de travail de l’artiste tout en racontant des histoires poignantes et souvent politiquement chargées. Son art a été largement présenté au public américain en 2001 par le biais d’une rétrospective itinérante co-organisée par Neal Benezra alors qu’il était au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de la Smithsonian Institution à Washington, DC En 2009, le conservateur SFMOMA des arts médiatiques Rudolf Frieling a supervisé la présentation d’une rétrospective complète “William Kentridge : cinq thèmes”, qui a été co-organisée avec le Norton Museum of Art et s’est rendu à San Francisco, New York, Paris, Vienne, Jérusalem, Melbourne, Moscou (2009-12). Parallèlement à l’exposition de 2009, SFMOMA a présenté l’opéra multimédia de l’artiste Le Retour d’Ulysse à San Francisco et a présenté sa performance solo sous forme de conférence Je ne suis pas moi, le cheval n’est pas à moi. Exposant largement depuis les années 1980, Kentridge a organisé des expositions personnelles au Museum of Modern Art de New York (1999); Hirshhorn Museum and Sculpture Garden à Washington, DC (2001); Nouveau Musée d’Art Contemporain de New York (2001) ; Centre Georges Pompidou à Paris (2002) ; Château de Rivoli en Italie (2004) ; Metropolitan Museum of Art de New York (2004) ; Deutsche Guggenheim à Berlin (2005); Musée d’art moderne de New York (2006) ; Moderna Museet à Stockholm (2007); et Musée d’art de Philadelphie (2008); entre autres lieux. Il a participé à de nombreuses expositions collectives, dont la Biennale de Venise (1993 et ​​2005) ; Biennale d’Istanbul (1995); Biennale de Sydney (1996 et 2008) ; Documenta 6, 11 et 13 (1997, 2002 et 2012) ; etBiennale de São Paulo (1998); Carnegie International (1999); et Biennale de Shanghai (2000).

La production de Kentridge de l’opéra The Nose de Chostakovitch a été créée en 2010 au Metropolitan Opera de New York, où elle est actuellement au répertoire jusqu’au 26 octobre 2013. Sa plus récente exposition en galerie, William Kentridge : Second-hand Reading, est présentée au Marian Goodman Gallery, New York, également jusqu’au samedi 26 octobre 2013.

William Kentridge au SFMOMA

En 2004, le département Peinture et Sculpture de SFMOMA a acquis le célèbre film d’animation Tide Table (2003) de Kentridge et une suite de dessins connexes. Un grand autoportrait au fusain lié au film Medicine Chest (2000-1) est entré dans la collection en 2009. Un noyau d’œuvres majeures dans divers médias de la dernière décennie est représenté dans la collection Doris et Donald Fisher, y compris les œuvres sur papier Bird Catcher (2006), Bird Catching (2006), et Heads (Self-Portrait) (Red) (Red/Gray) (Dark) (2007), et Drawing for II Sole 24 Ore (2007), l’installation Larder ( 2007), et la projection anamorphique What Will Come (est déjà venu)(2007). Preparing the Flute (2005), conçu à l’origine comme modèle pour la production scénique de Kentridge de l’opéra de Mozart La Flûte enchantée (2005), figure également dans la collection Fisher en tant qu’œuvre en copropriété avec SFMOMA.

www.metmuseum.org/art/collection/search/499717

www.metmuseum.org/art/online-features/metcollects/the-refusal-of-time

www.sfmoma.org/watch/william-kentridge-refusal-time/

SOURCE: SFMOMA

PHOTO: Matteo Monti, avec l’aimable autorisation de la Fondazione MAXXI ; © 2012 William Kentridge. Tous droits réservés.

Date de première publication: 18/10/2013

banner malaga juin 2024

Laisser un commentaire