Google et CyArk s’associent pour proposer l’exploration en 3D et en réalité virtuelle des sites du patrimoine mondial en péril

Le 17 avril 2018, Google s’est associé à CyArk, une institution à but non lucratif, pour lancer le projet pour le projet Open Heritage. Cette coopération permettra de diffuser sur la plateforme Google Art & Culture les modélisations numériques 3D de nombreux sites et monuments historiques du monde entier, menacés de destruction en raison de conflits humains ou des catastrophes naturelles. 

Le projet Open Heritage vise à « préserver et valoriser » les sites historiques en danger en utilisant une technologie avancée de numérisation laser 3D. En plus de référencer les sites et monuments en danger, le partenariat permettra aux utilisateurs de casques de réalité virtuelle, d’appareils mobiles et d’ordinateurs de visiter les sites en 3D.

25 sites de 18 pays à travers le monde sont proposés pour le lancement du projet. Parmi ces lieux historiques: les ruines mayas de Chichen Itza au Mexique, le temple Ananda Ok Kyaung du Myanmar, qui a été endommagé par un tremblement de terre en 2016 ou le Palais Al Azem à Damas, en Syrie.

Ces modèles 3D de Cyark peuvent être maintenant consultés sur le site Open Heritage ou via l’application gratuite Arts & Culture de Google pour iOS et Android. Ces applications mobiles permettent également les visites en réalité virtuelle à travers la plate-forme Daydream de Google.

Présentation vidéo du projet Open Heritage:

L’expertise et l’expérience de Cyark

Le projet s’appuie sur l’expertise et l’expérience de CyArk, institution à but non lucratif qui numérise depuis 15 ans les sites patrimoniaux et historiques qui risquent d’être détruits complètement ou partiellement. En plus de la numérisation laser, la société utilise également des drones pour modéliser de la manière la plus réelle possible ces monuments en danger.

Bagan compare damage.gif

Ben Kacyra a créé CyArk en 2003, 2 ans après que les talibans aient détruit des statues bouddhistes vieilles de 1 500 ans en Afghanistan. Depuis, la société a numérisé plus de 200 sites dans 18 pays et sur 6 continents.

John Ristevski, PDG de CyArk a déclaré à NBC News: « Nous collectons ces sites depuis 15 ans. Quand Google nous a approchés pour ouvrir nos archives à un public beaucoup plus large, nous voulions le faire depuis longtemps. » Il a expliqué à Wired que « les historiens amateurs pourront également découvrir de nouvelles informations en utilisant Open Heritage. Certaines des nouvelles frontières excitantes sont dans la réalité virtuelle et la réalité augmentée et nous sommes ravis de voir quel type d’expériences les gens pourront avoir autour des données patrimoniales – des visites virtuelles immersives à la superposition d’informations contextuelles riches pendant que vous êtes sur le site ».

Une nouvelle dimension pour Google Art & Culture

Lancée en 2011, la plateforme Google Arts & Culture diffuse actuellement les collections numériques de 1 500 musées répartis dans 70 pays, ainsi que des visites guidées de certains musées en utilisant l’interface Street View. Le service a récemment ajouté des fonctionnalités de réalité virtuelle. Avec les contenus de CyArk, Open Heritage va clairement étendre l’empreinte culturelle de la plateforme de Google.

« Ce projet marque un nouveau chapitre pour Google Arts & Culture, car c’est la première fois que nous mettons des sites 3D en héritage sur la plateforme. Avec la technologie moderne, nous pouvons capturer ces monuments avec plus de détails que jamais, y compris la couleur et la texture des surfaces ainsi que la géométrie capturée par les scanners laser avec une précision millimétrique en 3D. Pour la plupart des sites, nous avons également développé des modèles 3D qui permettent d’explorer le site sur tous les angles, en utilisant la nouvelle visionneuse Google Poly 3D sur Google Arts & Culture » explique le chef de projet chez Google, Chance Coughenour.

Les modèles 3D en open content

Google et CyArk annoncent également leur intention de mettre prochainement en accès ouvert les données sources des modèles. Les chercheurs et tout autre passionné pourront demander via un formulaire en ligne le téléchargement des données pour créer des applications ou pour les analyser afin de trouver des moyens de préserver et de restaurer les monuments et les sites disparus ou en danger. Ces données sont stockées sur Google Cloud Platform.

SOURCES: Google, Cyark, economictimes.indiatimes.com, theverge.com, http://fortune.com

Date de première publication: 23/04/2018

CyArk ambitionne de numériser 500 monuments mondiaux en 3D

Avec Art Palette, Life tags et le Moma, Google met l’intelligence artificielle au service de l’expérience artistique

Dès sa fermeture, l’Exposition « Harry Potter: a History of Magic » est proposée en version interactive sur Google Arts & Culture

Cinq institutions culturelles de Lyon rejoignent ensemble la plateforme Google Arts et Culture

Grace à la reconnaissance faciale, l’application Google Arts & Culture permet d’associer un selfie à des oeuvres d’art

Laisser un commentaire