Raphaëlle Hervé (musées d’Angers): « L’implication de la communauté sourde a été pensée en amont du développement de notre nouveau visioguide en LSF »

Le mercredi 14 mars 2018, la ville d’Angers inaugurait son visioguide en langue des signes française (LSF) consacré au musée Jean Lurçat. Une initiative ambitieuse et originale par la qualité et la diversité des contenus proposés. (Article du CLIC France) A cette occasion, le CLIC France a interrogé Raphaëlle Hervé, responsable du département des publics des musées de la ville d’Angers.

  • Comment est né ce projet ? 

Le projet est né de la volonté de disposer d’un outil pérenne et accessible à tout moment pour les visiteurs sourds au musée Jean Lurçat, pour présenter à la fois ce lieu extraordinaire qui est l’hôpital Saint Jean et le chef d’œuvre de Jean Lurçat, Le Chant du monde, qui y est présenté. Nous organisons régulièrement des visites avec des interprètes mais nous n’avions pas d’outil à disposition pour ce public à proposer de manière permanente, qu’il soit angevin ou touriste français.

  • En quoi cet outil complète t il l’offre médiation accessibilité déjà proposée par le musée ?

Le musée Jean Lurçat disposait déjà d’une offre pour d’autres publics en situation de handicap. En effet, pour l’anniversaire du cinquantenaire de la mort de Lurçat, en 2016, ont été réalisé des dispositifs destinés aux aveugles et malvoyants, avec un lutrin qui explique le processus de réalisation d’une tapisserie. Celui-ci explique notamment ce qu’est un carton numéroté et propose des échantillons à toucher. Il est en gros caractères et en braille. Par ailleurs, nous organisons régulièrement des visites à destination du public déficient visuel, permettant l’appréhension du lieu et la découverte des tapisseries. Enfin, une attention particulière avait été posée lors de la création de l’audioguide, qui propose des descriptions précises des tapisseries. L’audioguide est disponible également avec une boucle magnétique pour les personnes malentendantes appareillées.

 

  • Quelles sont les spécificité de cet outil ? 

L’outil est destiné prioritairement aux sourds pratiquant la LSF, mais il comporte aussi la possibilité d’avoir une version sous-titrée qui permet son utilisation soit pour un accompagnant entendant, soit pour un public malentendant ou sourd oraliste.

Il a été réalisé avec un comédien sourd, qui était un élément décisif dans notre outil. Ce visioguide alterne les parties commentées par le comédien sourd avec des moments où les tapisseries sont décryptées grâce à des mises en lumière d’éléments que nous souhaitions commenter plus particulièrement.

Par ailleurs, il est organisé en différentes séquences présentant l’architecture du lieu, Jean Lurçat, les tapisseries mais aussi l’installation de Claire Morgan, présentée depuis presque 2 ans dans le site. Une séquence complémentaire concerne la technique de tissage, qu’il nous a paru important d’expliquer en vidéo avec une licière dans son atelier.

Il s’agit d’une application téléchargeable sur les plateformes de téléchargement de manière gratuite sur le Play Store et sur l’App Store. Nous disposons sur place de 2 appareils que nous mettons à disposition là encore gratuitement aux visiteurs.

  • Comment avez vous choisi le partenaire prestataire ?

Suite à un appel d’offres, le prestataire retenu a été Audiovisit. Plusieurs éléments décisifs ont emporté la décision : bien sûr, la compétence du prestataire pour ce public cible, qui demande une expérience particulière et une connaissance des attentes du public pratiquant la LSF. Mais d’autres éléments ont contribué aux choix, notamment que le prestataire soit d’accord pour travailler avec un comédien sourd (et non un interprète), qu’il accepte de tester l’outil avec des sourds de la communauté angevine, que l’outil soit simple dans son utilisation. Enfin, la répartition des rôles était aussi claire : les médiateurs du musée se chargeaient du contenu qui était ensuite adapté par Audiovisit à l’outil et transcrit pour le comédien sourd.

Nous sommes très heureux du travail mené avec Audiovisit, qui a été extrêmement riche, dans des échanges constructifs et s’adaptant parfaitement aux souhaits que nous avions.

  • Comment avez vous impliqué la communauté des sourds ou malentendants dans le processus de conception et de développement ? 

L’implication de la communauté sourde a été pensée en amont comme une validation d’étape et de test dans le processus de développement. Ils ont donc été associé après la création de premières séquences et sont venu tester sur place, en présence de Guillaume Ducongé, directeur d’Audiovisit. Le service accessibilité de la Ville d’Angers a été également étroitement associé et a permis de mobiliser afin d’avoir une dizaine de sourds qui ont pu tester l’outil. Ce test en situation a permis de valider les premières étapes de conception et a été très favorablement accueilli. Il a aussi permis de recueillir de très nombreuses remarques qui ont fait évoluer ce outil : des interrogations sur l’utilisation concrète du visioguide (qui ont permis d’introduire un mode d’emploi plus détaillé en introduction), sur l’utilisation de la surface de l’écran (qui a permis de valider l’utilisation alternée du visioguide en position verticale et horizontale) ou sur l’utilisation de mots complexes ou de dates (que nous avons choisi d’écrire en plus du signe du comédien).

2014/05/26 HOPITAL SAINT JEAN, SALLE DES MALADE OU EST EXPOSE LE CHANT DU MONDE DE JEAN LURCAT

Enfin, un travail important a été réalisé sur la luminosité et sur les couleurs de fond suite aux remarques des testeurs en tenant compte du lieu assez sombre mais aussi de la présence d’un sourd atteint du syndrome d’Usher (qui présente une surdité associée à une déficience visuelle)  qui était très gênée par la luminosité excessive.

Le visioguide a été inauguré le mardi 13 mars 2018 lors de la manifestation « Handin Angers », avec invitation à l’ensemble des associations de se joindre à nous pour ce moment.

  • Quel a été le budget du projet ? son financement ?

Le coût total du projet et du matériel a été de 18 000€. Son financement a été réalisé pour 14 000 € par la Ville d’Angers et 4 000€ de subvention ont été attribués par la DRAC.

  • Avez-vous prévu de l’évaluer après sa mise à disposition ? si oui comment 

Nous avons choisi pour ce projet une évaluation au long de la création du projet plutôt qu’une fois l’outil réalisé. Les différentes étapes et corrections ont été faites en cours de conception.

  • Avez vous d’autres projets innovants / numériques en cours pour les musées d’angers ? 

Les prochains dispositifs numériques des musées d’Angers seront ceux réalisés à l’occasion de la réouverture du musée Pincé, prévu en septembre 2019. Nous sommes actuellement en cours de réflexion sur le contenu.

Article du CLIC France

Sources: Musée d’Angers, Audiovisit

Interview recueillie par mail le 15/03/2018

Date de publication: 19/03/2018

La ville d’Angers et Audiovisit sont membres du CLIC France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

. Le musée des Augustins de Toulouse lance la V2 de son application mobile, incluant des contenus en langue des signes

. Pour la première fois en Europe, le Musée Magritte propose un visioguide en trois langues des signes

. Le musée d’art et d’histoire de Genève lance un vidéoguide pour ses visiteurs sourds

Laisser un commentaire