La Tate souhaite numériser, reproduire en 3D et commercialiser certains chefs d’oeuvres de sa collection de peintures

Le 7 septembre 2018, la Tate Modern et la société canadienne Arius Technology ont annoncé la signature d’un partenariat de cinq ans pour reproduire en 3D et commercialiser des peintures d’artistes britanniques et de renommée mondiale. 

Célèbre pour ses expositions phares, Tate Modern est la troisième attraction la plus visitée au Royaume-Uni et l’institution accueille plus de 7,5 millions de visiteurs sur ses quatre sites chaque année. Arius Technology est spécialisée dans la cartographie 3D, la numérisation et la reproduction des tableaux.

« Le partenariat avec Arius représente une formidable opportunité pour Tate d’en apprendre plus sur certaines des œuvres de notre collection, de les préserver pour la postérité et de les reproduire avec une qualité étonnamment élevée qui permettra à tant de personnes de voir chaque coup de pinceau de près. La conservation et le commerce travaillent main dans la main pour favoriser la connaissance, rendre les œuvres plus accessibles à un public plus large et générer des revenus. Nous avons été énormément impressionnés par la grande expertise d’Arius et nous nous attendons à une relation longue et fructueuse » expliqueJohn Stachiewicz, Directeur éditorial et commercial de la Tate.

Arius annonce avoir « travaillé en étroite collaboration avec les conservateurs et les historiens de la Tate pour capturer des scans 3D de plusieurs chefs d’œuvre, dont certains ne sont pas actuellement exposés ».

Numérisation et archivage

Les données issues du scan laser 3D optique d’Arius pourront être utilisées par la Tate pour développer un archivage numérique 3D des peintures de sa collection. La technologie développée par Arius permet en effet d’enregistrer la géométrie et la couleur de chaque trait de pinceau avec des détails aussi fins qu’un dixième de cheveu humain, sans même toucher à la surface d’un tableau.

Arius compte ainsi « apporter aux musées de nouveaux outils de recherche essentiels et contribuer à ouvrir la voie à des techniques de conservation de pointe ».

Comme l’explique la société: « grâce à la numérisation 3D, Tate et d’autres musées du monde entier pourront tester la restauration virtuelle avant de mettre en œuvre des interventions sur les œuvres originales ».

Avec pour mission de rendre l’art plus accessible, Arius souhaite aider les musées à générer des revenus en créant des reproductions d’œuvres d’art que les amateurs d’art peuvent acheter et apprécier chez eux. Ces reproductions durables et résistantes sont également parfaites pour le prêt à des lieux publics tels que des écoles, des hôpitaux et des prisons, donnant aux musées la possibilité de rendre l’art public accessible à tous.

Commercialiser des reproductions 3D

Basée à Vancouver, en Colombie-Britannique, l’équipe d’ingénieurs d’Arius a pu « transformer les re-créations virtuelles en de magnifiques impressions texturées qui seront disponibles à l’achat plus tard cette année ». 

Par la reproduction 3D des oeuvres, la Tate va permettre aux amateurs d’art de découvrir la collection partout dans le monde, en respectant les règles de sécurité tout en bénéficiant d’un coup de pouce essentiel au financement.

La Tate recevra des redevances sur les ventes de reproduction d’Arius.

Comme l’explique l’institution muséale: « ce revenu contribuera à atténuer les pressions financières auxquelles sont confrontés Tate et d’autres musées en raison de la diminution des budgets publics et permettra de faire face à la demande croissante de préservation et de restauration des œuvres qui se dégradent avec le temps ».

« Nous sommes très fiers de travailler avec la Tate, une icône mondiale du patrimoine et de la culture artistique. Nous sommes déterminés à aider les institutions, comme la Tate, à alléger la pression financière nécessaire pour gérer un musée tout en offrant des expositions exceptionnelles à un prix abordable et dans un plus large accès. Ensemble, Tate et Arius sont à l’avant-garde de l’utilisation de la technologie de numérisation 3D pour changer la façon dont nous protégeons, préservons et vivons avec l’art, garantissant une culture riche en arts pour les générations futures. » s’enthousiasme Paul Lindahl, PDG et directeur, Arius Technology.

 

Fondée en 1897, la tate dispose aujourd’hui de quatre sites principaux, dont la collection nationale d’art britannique de 1500 à nos jours à la Tate Britain, et la collection d’art moderne et contemporain à la Tate Modern, qui compte près de 70 000 œuvres d’art.

En 2015 et 2016, Arius a déjà travaillé en étroite collaboration avec des restaurateurs du Musée des beaux-arts du Canada pour aider à restaurer et à reproduire en 3D des œuvres d’art de Van Gogh, Monet, Cézanne, Degas et Gauguin (Lire l’article du CLIC France: Verus Art annonce une première coopération avec la Galerie Nationale du Canada pour commercialiser la reproduction 3D d’un chef d’oeuvre de Van Gogh)

Sources : Arius

Photos : Arius

Date de première publication : 11/09/2018

a-lire-sur-le-site-du-clic

Verus Art et le Musée des Beaux-Arts du Canada lancent une première collection de recréations d’œuvres d’art en 3D

Un «nouveau» Rembrandt conçu par les algorythmes et imprimé en 3D

Verus Art Annonce la commercialisation d’une reproduction 3D d’un second chef d’oeuvre de la collection de la National Gallery Of Canada

Verus Art annonce une première coopération avec la Galerie Nationale du Canada pour commercialiser la reproduction 3D d’un chef d’oeuvre de Van Gogh

Laisser un commentaire