Un parcours d’oeuvres commenté et enregistré par les visiteurs du musée Petiet

Jusqu’en juin 2012, le groupe d’artistes Tazas va à la rencontre des visiteurs du musée Petiet dans l’Aude.

« L’objectif est de mettre en place un projet, financé par la communauté européenne, qui a été retenu par le conseil régional », explique Eric Sinatora, le responsable du Graph (Groupe de recherches animation photographique).

Au menu : art numérique et nouvelles technologies, deux domaines où le Graph s’épanouit

Une visite commentée par les visiteurs 

Le projet, financé au niveau européen, consiste à enregistrer des témoignages, des réactions, des anecdotes de personnes face à des tableaux du musée. L’objectif est de créer un contact émotionnel avec les œuvres du musée. Tous les témoignages seront enregistrés dans un système numérique relié à des capteurs et des « bornes-son ». Installés dans les salles du musée, ces dispositifs se déclencheront lors de la visite des autres visiteurs. Les oeuvres ne seront ainsi plus commentées par des cartels mais par les réactions qu’elles suscitent.

« Mais le projet est évolutif, ouvert à toutes les pistes possibles, car nous allons faire appel à toutes les technologies numériques » précise Éric Sinatora. « Ainsi, par exemple, l’une des blanchisseuses (le célèbre tableau de Marie-Louise Petiet) pourra sortir… du tableau ! grâce à un système vidéo ».

Poursuivre l’expérience sur iPad ou mobile

A la sortie de l’exposition, les visiteurs pourront poursuivre l’expérience sur iPad ou leur mobile . Ils retrouveront un catalogue du musée dans lequel chaque photo de tableau sera accompagnée d’un code-barre. En un clic, ils pourront revisiter le musée depuis leur domicile.

Reste maintenant à créer les œuvres qui seront définitivement visibles pour la nuit des musées à Limoux en mai et à Malves au mois de juin avant de s’installer en octobre dans ses murs au musée Petiet. Seront alors associés les écoles collèges et lycées, les maisons de retraites, l’association des Amis du musée Petiet et  les habitants qui souhaitent participer à cette aventure artistique et numérique.

Une initiative originale qui démontre que le numérique peut s’adapter aux grands comme aux petits musées.

Laisser un commentaire