Le musée Munch s’associe au groupe indien Tata pour créer des expériences interactives basées sur l’IA

Partager :
Temps de lecture : 7 min

Le musée a contacté TCS pour collaborer à la création de la toute première expérience de dessin en temps réel basée sur la vaste collection de Munch, “afin d’honorer son esprit inventif et inclusif et d’impliquer de nouveaux publics dans cette partie fascinante du talent artistique de Munch”. Au cours de l’année 2023, TCS et MUNCH ont travaillé ensemble pour tester des technologies pionnières d’IA et de Machine Learning.

Tone Hansen, directeur de MUNCH, a commenté : “Edvard Munch était un innovateur agité qui explorait la condition humaine à travers son art expérimental, et nous voulions honorer son rêve de partager son art avec tout le monde. TCS a une réputation pour ses innovations numériques, et il a été stimulant de voir comment les puissantes technologies d’IA et de ML peuvent être utilisées pour donner vie au travail d’un artiste d’une manière qu’ils n’auraient jamais pu imaginer. Nous pensons que ce partenariat nous aidera à étendre davantage notre travail en engageant un public mondial intéressé à découvrir notre musée et l’œuvre fascinante d’Edvard Munch”. 

  • L’IA et le Machine Learning au service de l’expérience muséale

TCS et le musée Munch travaillent ensemble à la conception, au développement et au test de technologies pionnières d’IA et de ML connectées à la base de données du musée contenant environ 7 000 dessins originaux.

En plus de la collaboration grâce à des recherches révolutionnaires, TCS fournit également des conseils informatiques, des ateliers collaboratifs et des échanges avec des experts pour aider à créer des expériences muséales immersives qui mettent en valeur l’avenir de l’art. TCS apporte au musée Munch un accès à ses équipes de recherche, aux partenaires de son réseau de co-innovation, à ses outils et à ses méthodologies.

“Ces expériences permettront aux visiteurs du musée de se rapprocher de la vision unique du monde de Munch en s’immergeant dans la qualité esthétique de ses peintures et dessins” expliquent les 2 partenaires.

  • Valoriser les archives de dessins

Birgitte Aga, responsable de l’innovation et de la recherche au Musée Munch, explique que TCS aidera ainsi le musée à ouvrir l’accès à ses archives, notamment de dessins.

Les milliers d’œuvres d’art de la collection du musée comprennent 7 000 dessins et croquis qui montrent comment il testait les styles et retravaillait souvent des peintures, comme Le Cri. Le musée souhaite ainsi rendre cette démarche artistique visible au public en utilisant la puissance des technologies émergentes.

L’utilisation de l’IA pour MUNCH crée de nouvelles opportunités pour préserver la collection et la présenter à notre public, et pour qu’il puisse s’y intéresser de manière plus pertinente. L’IA ouvre de toutes nouvelles opportunités pour comprendre le talent artistique de Munch et établir des corrélations dont nous ignorions l’existence auparavant. Ce que nous devons faire, c’est rendre notre collection de dessins plus pertinente pour les gens. C’est une collection très rarement vue et fragile. Nous avons des versions numériques de l’art sur notre site Web – vous pouvez y aller et regarder l’art, mais ce n’est pas nécessairement quelque chose que le public choisirait de faire. Nous vivons dans une société où le public attend des expériences, plutôt que de simples objets, et nous devons continuellement travailler à la médiation de notre collection.

  • Donner vie à l’art

Dans le but d’accroître l’interactivité et de développer des expériences plus riches pour le public, le musée souhaite montrer comment Munch a produit son art. 

L’essor des applications d’IA générative, telles que Midjourney et DALL-E, au cours de l’année écoulée, a démontré au public le potentiel créatif des technologies émergentes. Aujourd’hui, le musée travaille avec TCS pour utiliser le Machine Learning afin d’exploiter l’intérêt pour l’IA et de donner vie aux processus créatifs de Munch.

Le musée explique: “Nous voulions voir comment entraîner un algorithme machine learning avec les dessins de Munch. Alors, comment Munch créerait-il un tableau ? Par où commencerait-il ? Que créerait-il ? Quels types de lignes a-t-il utilisé ? Et puis, en même temps, nous voulions permettre à un public d’entrer dans une pièce, de s’asseoir, de prendre un morceau de papier, de commencer à dessiner, et que l’IA le guiderait pour qu’il dessine dans le style de Munch”.

Birgitte Aga décrit l’interface utilisateur, actuellement au stade de prototype, comme “une rétroprojection sur une surface transparente par laquelle un utilisateur place une feuille de papier sur l’interface et commence à dessiner. Les marques de son stylo rencontrent alors en temps réel une ligne projetée par l’algorithme d’apprentissage automatique”.

“Nous avons créé le prototype de base il y a six mois. Ce sur quoi nous devons nous concentrer maintenant, c’est la partie lourde de développement de l’IA et de l’apprentissage automatique du projet pour réaliser le potentiel de cette expérience utilisateur”.

  • Créer et déployer des expériences accessibles

Les travaux sur le projet se poursuivent à un rythme soutenu. Le musée espère pouvoir tester un prototype de l’interface avec le public au printemps et à l’été 2024.

L’objectif est de créer une version bêta d’ici septembre 2024, avec la vision de proposer au plus vite l’expérience immersive basée sur l’IA au cœur d’une exposition des archives de dessins de Munch.

À plus long terme, le musée souhaite également explorer la manière dont l’initiative peut être utilisée dans d’autres espaces muséaux. “Nous verrons comment l’interface peut devenir un produit qui voyage. Nous proposons déjà de nombreuses expositions à travers le monde. Et nous espérons pouvoir y inclure nos réflexions autour de l’IA vers la fin de 2024 et le début de 2025” précise Birgitte Aga.

  • Evaluer les opportunités économiques

Ce partenariat permettra également au musée et TCS d’évaluer les opportunités commerciales conjointes et d’explorer d’autres cas d’utilisation de technologies basées sur l’art.

La responsable de l’innovation et de la recherche au Musée Munch estime que ce type d’effort avant-gardiste est crucial pour le musée car il doit trouver des moyens de diversifier ses publics et ses sources de revenus. “Nous voulons rendre cette expérience accessible. Il existe certainement une opportunité de commercialiser cette technologie et l’apprentissage automatique qui la sous-tend pour résoudre des problèmes technologiques difficiles qui n’ont pas encore été résolus”.

  • Un partenariat “inhabituel”

Birgitte Aga a précisé que le musée était “une organisation intrinsèquement innovante qui recherche des façons créatives d’explorer et de présenter l’art”.

Au cours des deux dernières années, le musée a formalisé sa structure de recherche et était à la recherche de partenaires d’innovation. TCS et le musée ont commencé à avoir des conversations dans le cadre de ce processus et “ont trouvé des points communs dans leurs objectifs de recherche”. “C’est un partenariat assez inhabituel. Nous n’avions pas une sorte de brief disant ce que nous voulons, mais c’est une collaboration qui s’est développée au cours des six derniers mois environ. Il s’agit du premier test de la façon dont nous pouvons travailler ensemble et nous sommes impatients de voir où cette relation peut aller”.

Le musée affirme que son équipe a déjà tiré des leçons clés de cette initiative.

Mais travailler avec l’IA et le Machine Learning est un défi d’autant plus difficile à mesure que la technologie évolue si rapidement.

Birgitte Aga conclut ainsi: “La technologie évolue presque de semaine en semaine, ce qui crée à la fois des défis et d’énormes opportunités. Par exemple, nous espérons pouvoir accélérer certains des processus associés à notre projet grâce à des développements technologiques qui n’auraient peut-être pas été réalisables il y a un an ou même six mois”.

Le Dr Harrick Vin, directeur de la technologie chez TCS, a ajouté: “Nous sommes ravis de faire partie de la vision futuriste du musée Munch et de la possibilité d’utiliser l’IA générative dans un domaine aussi personnel et intime que l’appréciation de l’art. Des applications comme celle-ci donnent véritablement vie aux scénarios rendus possibles par la génération actuelle de systèmes d’IA. Nous sommes ravis de nous associer au musée car il offre un aperçu intime de la vision du monde de Munch et, en utilisant l’IA, nous faisons de l’apprentissage de l’art une expérience plus inclusive et plus agréable pour tous”.

A propos du Musée Munch

Le musée Munch abrite la plus grande collection au monde d’œuvres de l’artiste norvégien Edvard Munch et abrite plus de 26 000 œuvres qu’Edvard Munch a léguées à la ville d’Oslo. Le musée préserve et gère la collection et présente des œuvres d’art emblématiques de la collection permanente, ainsi que du contenu numérique, des expositions temporaires et un vaste programme d’expériences artistiques et culturelles sur treize étages, accessibles au public du monde entier. www.munchmuseet.no/en/  

A propos de TCS (Tata Consultancy Services)

Tata Consultancy Services est une société de services informatiques, de conseil et de solutions commerciales qui collabore avec plusieurs des plus grandes entreprises mondiales dans leur parcours de transformation depuis plus de 55 ans. Faisant partie du groupe Tata, le plus grand groupe commercial multinational d’Inde, TCS compte plus de 615 000 consultants dans 55 pays. La société a généré un chiffre d’affaires consolidé de 27,9 milliards de dollars américains au cours de l’exercice clos le 31 mars 2023 et est cotée à la BSE et à la NSE en Inde. www.tcs.com

SOURCES: Munch Museum, TCS (CP), presse

PHOTOS: site web du Munch Museum

Date de première publication: 11/01/2024

banner clic 2024 V1

Laisser un commentaire

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France