Des statues italiennes rendues par le Getty Museum de Los Angeles rejoignent le musée de « l’art sauvé » de Rome

Partager :

Le samedi 17 septembre 2022, l’Italie a célébré le retour de trois statues en terre cuite volées, représentant « Orphée et les sirènes », lors d’une cérémonie au Musée de l’art sauvé de Rome, récemment inauguré. Jusqu’à cette année, ces objets d’art qui datent d’environ 300 av. J.-C. étaient exposés au J. Paul Getty Museum de Los Angeles, qui vient de les rendre à l’Italie.

Les officiers des carabiniers italiens de la division des vols d’art ont découvert en 2021 des preuves irréfutables que les sculptures avaient été extraites illégalement d’un site du sud de l’Italie, et le musée de Los Angeles a accepté de les restituer.

Depuis 2006, l’Italie demandait la restitution de ce groupe, sorti illégalement du pays en 1976, avec une escale en Suisse avant d’arriver en Californie.

  • Un pillage prouvé par la police italienne

Lors de la cérémonie de restitution, le chef de la division des vols d’œuvres d’art des carabiniers, le général Roberto Riccardi, a raconté les deux moments clés de l’enquête.

. En mars 2021, un suspect dans une enquête en cours avait révélé que les statues ont été trouvées par des pilleurs de tombes au début des années 1970 dans une ville proche de Tarente, dans les Pouilles.

. En septembre 2022, les statues ont quitté le Getty Museum de Los Angeles, après que l’institution ait accepté la restitution. « Voir ces objets emballés et prêts à partir pour l’Italie était vraiment l’une des plus grandes choses de ma vie », a déclaré le général Riccardi.

Les personnages en terre cuite grandeur nature avaient été acquis par Getty lui-même en 1976, ont déclaré des responsables du musée Getty, et son journal indiquait qu’il les avait payé 550 000 $. Le musée a affirmé que ces objets d’art étaient aujourd’hui évalués à 8 millions de dollars.

Le procureur de Manhattan, ls « Carabinieri dell’Arte », les procureurs de Tarente et le département américain de la sécurité intérieure ont collaboré pour le retour des statues «Orphée et les sirènes».

Ces dernières ont été renvoyées en Italie avec 142 autres objets pillés qui avaient appartenu pour la plupart à l’industriel milliardaire Michael Steinhardt et aux galeries Royal-Athena à Manhattan.

  • Exposition à Rome avant le retour à Tarente

Le groupe de statues « Orphée et les sirènes » sera exposé temporairement au musée de l’art sauvé de Rome.

Inauguré le 15 juin 2022, le Museo dell’Arte Salvata a été conçu comme une vitrine de l’art rapatrié, avant d’intégrer la collection d’origine. (ARTICLE CLIC: Le Musée d’art sauvé de Rome présente 100 œuvres et objets rendus à l’Italie)

Les visiteurs du musée de Rome pourront donc admirer les statues avant leur réintégration permanente dans la collection et dans une salle du MArTA – Museo Archeologico Nazionale de Tarente, musée archéologique de Tarente.

« Je ne peux pas m’empêcher de penser que dans 10, dans 100, dans 1000 ans, quelqu’un ira au musée de Tarente et verra les statues à leur juste place. L’art peut et doit être vu partout, mais cela doit être fait légalement ». Général Roberto Riccardi.

Stéphane Verger, directeur du Musée national romain, qui supervise le nouveau musée de Rome, a déclaré que les personnages d ‘«Orphée et les sirènes» allaient « commencer une nouvelle vie », à commencer par leur exposition au musée, qui serait différente de celle à Los Angeles. Au Getty, les trois statues avaient été exposées côte à côte. A Rome, la figure d’Orphée a été placée face aux deux sirènes, pour mieux expliquer « le sens de l’œuvre » explique Stéphane Verger.

Au cours des 53 dernières années depuis la création de l’unité d’art des carabiniers, celle-ci a récupéré des milliers d’artefacts volés dans des églises, des musées, des maisons privées et des bibliothèques, et a découvert d’innombrables contrefaçons. Au cours des deux dernières décennies, de nombreux objets archéologiques ont été récupérés dans des musées et des collections privées du monde entier, y compris certains aux États-Unis.

Une autre œuvre, une statue grecque en bronze de la « Jeunesse victorieuse » attribué à Lysippe et actuellement au Getty Museum, fait l’objet de discussions tendues entre l’Italie et l’institution américaine.

SOURCES: Museo Nazionale Romano, Getty Museum, presse

PHOTOS: Museo Nazionale Romano, Getty Museum

Date de première publication: 29/09/2022

Partager :

Laisser un commentaire