Les artistes contemporains Nina Chanel Abney et D.S. Bradford choisissent la réalité augmentée comme nouveau terrain d’expression

A quelques jours d’intervalle, deux artistes contemporains américains ont choisi la réalité augmentée comme nouveau terrain d’expression de leur créativité. Nina Chanel Abney propose un « compagnon » zen tandis que DS Bradford diffuse sa création dans l’espace.

. Le « sage » compagnon de Nina Chanel Abney 

Nina Chanel Abney s’est associée à la société de réalité étendue (XR) Acute Art pour lancer une nouvelle œuvre d’art en réalité augmentée (RA).

Imaginary Friend (2020), qui a fait ses débuts le 28 août 2020, à Washington, DC et est disponible gratuitement sur l’application de la société. Elle est destinée à marquer le 57e anniversaire du discours «I Have a Dream» de Martin Luther King, Jr., ainsi que la marche “Get your knee off our necks”, prévue le 29 août.

L'artiste Nina Chanel Abney avec Imaginary Friend (2020). Photo par Khari Ricks, avec la permission de Nina Chanel Abney et Acute Art.
L’artiste Nina Chanel Abney avec Imaginary Friend (2020). Photo par Khari Ricks, avec la permission de Nina Chanel Abney et Acute Art.

La sculpture AR raconte l’histoire d’un «sage des temps modernes» qui « tente de donner une bénédiction à un ami, malgré le pessimisme de cet ami », selon le communiqué de presse. La version monumentale de la sculpture virtuelle sera exposée dans une tournée mondiale, à Chicago, dans le Grand Canyon, à New York, Los Angeles, Washington, Paris, Londres, Berlin et Tokyo. Grace à l’application, les utilisateurs peuvent placer la sculpture chez eux et interagir avec elle.

Nine Chanel Abney a décrit son travail dans une déclaration: « Inspiré par les personnages mythologiques et les guides désincarnés vers lesquels les gens se tournent en cas de difficulté, et en collaboration avec des artistes qui comprennent la valeur de l’humour dans le traitement du chagrin, du traumatisme et de la détresse, j’ai créé «Imaginary Friend» pour offrir aux participants un compagnon pour atténuer l’incertitude et la précarité d’aujourd’hui. «Imaginary Friend» nous demande de garder au cœur, la valeur de la vie collective et de l’interaction publique à un moment qui menace de nous pousser plus loin vers l’être aliéné ».

Imaginary Friend marque la dernière collaboration entre un artiste et Acute Art. En mars 2020, la société avait lancé une exposition mondiale de sculptures monumentales AR avec KAWS , ainsi qu’une série de sculptures virtuelles à petite échelle qui pouvaient être placées dans la maison.

En mai 2020, la société a collaboré avec Olafur Eliasson pour publier un projet AR, baptisé Wunderkammer (2020).

. DS Bradford place son art en orbite

De son côté, l’artiste DS Bradford a « activé » sa nouvelle initiative de réalité augmentée, Go Love Universally, sur la Station spatiale internationale et sur Mars.

« C’est la première création artistique à atteindre 62 368 540 milles de la Terre » s’enthousiasme l’artiste. « L’art que je crée a tendance à occuper un espace dans le surréel, à voir des mondes qui peuvent ou non exister, sauf dans l’esprit », explique Bradford interrogé sur son art.

Artiste DS Bradford

Inspiré par le surréalisme, et en particulier Salvador Dalí, Bradford a créé Go Love Universally, pour promouvoir « l’inclusivité sans limites ». 

Au printemps, il avait déjà utilisé la réalité augmentée (et les outils Arloopa et Artivive) pour rendre ses œuvres accessibles à un public mondial, largement en quarantaine. Avec sa nouvelle création diffusée dans l’espace, il veut prouver que l’art n’a pas de limites, surtout lorsqu’il est combiné avec AR. 

Art de la réalité augmentée DS Bradford

« Les espaces d’art virtuel sont tous numériques et peuvent être n’importe où », explique Bradford. « Cela ouvre la porte à un grand nombre d’expressions artistiques à partager à plus grande échelle, mais occupant un petit espace dans un ordinateur quelque part en même temps. C’est probablement l’un des paradoxes les plus cool de la technologie ».

Bradford est convaincue que la technologie immersive est l’avenir de l’art. « Elle donne aux artistes un espace de création, où leur imagination devient leur seule limite. Plus important encore, cela facilite le partage de messages positifs, en particulier en ces temps difficiles ».

L’artiste indique qu’il poursuivra ses efforts dans la réalité augmentée, ainsi que dans d’autres technologies immersives, et il souhaite y associer d’autres champs artistiques tels que la musique ou l’architecture.

Les éléments de la création Go Love Universally de Bradford peuvent être visionné dans l’application Artivive qui est disponible gratuitement sur Google Play et l’App Store.

Laisser un commentaire