Avec leur guide de visite numérique TIME, les Maisons comtoises se veulent en avance sur leur temps !

Le vendredi 3 juillet, le musée de plein air des maisons comtoises de Nancray inaugure son nouveau dispositif numérique: TIME, en hommage au savoir-faire horloger franc-comtois. Une visite mobile, géolocalisée, en réalité augmentée, en trois langues et cela sans nécessiter aucun téléchargement d’application. Description du dispositif et 7 questions à la Conservatrice-Directrice du musée.

Time1

Fondé par l’abbé comtois Jean Garneret en 1988, l’écomusée en plein air des Maisons comtoises restitue 29 maisons rurales traditionnelles sur un espace champêtre de 15 hectares. XVIIème, XVIIIème, XIXème; les habitations des derniers siècles sont toutes authentiques, démontées de leur lieu d’origine puis réimplantées dans l’écomusée.

Pour faire appréhender aux visiteurs les usages des espaces et des outils de la vie rurale, le musée a fait le choix d’un outil numérique innovant, véritable couteau-suisse en terme de fonctionnalités:

  • Familles et enfants : Un jeu en immersion à tester dans 6 maisons du site place le visiteur dans la peau d’un petit garçon ou d’une petite fille vivant à une époque antérieure pour découvrir des tâches de la vie quotidienne: cuisine, soins aux chevaux…Répondre aux énigmes posées permet d’obtenir des bonus bien réels…
  • Personnes en situation de handicap : visites en L.S.F (Langue des Signes Française), en L.P.C (Langage Parlé Complété), sous-titrages et visite en audiodescription sous forme de balade contée sont à disposition pour conter l’histoire du musée, de ses maisons et des objets qu’elles renferment. l’audiodescription indique les éléments manipulables. Des tablettes sont mises à la disposition des personnes en fauteuil roulant qui souhaiteraient faire une visite à 360° des pièces des maisons auxquelles elles n’auraient pas accès.
  • Passionnés : la visite « Partenaire » permet d’accéder à des bonus sur les collections du musée. Dans chaque maison, des éléments spécifiques sont identifiables par des vignettes partenaires. Cette visite apporte un panorama de ce qui se fabrique en Franche-Comté et des savoir-faire.
  • Visiteurs étrangers : Pour profiter d’une visite complète du musée, deux autres langues sont disponibles, anglais ou allemand

Time6

Un guide sans téléchargement

Pour profiter de tous ces contenus, nul besoin de télécharger une application. Le choix du musée est d’éviter aux visiteurs de devoir mobiliser de l’espace sur leur appareil mobile ou de se connecter longuement à leur réseau 3G ; grâce à huit bornes réparties sur le site, les contenus sont disponibles un par un sur l’appareil en fonction de sa position. La tablette ou le téléphone se connecte via wi-fi à la borne, celle-ci le géolocalise et lui offre depuis les serveurs du musée des contenus spécifiques à sa position (réalité augmenté, cartographie, vidéos, photographies, notices détaillées…).

Le dispositif est prévu pour supporter jusqu’à 250 connexions simultanées.

eeee

7 QUESTIONS A … MARIE SPINELLI-FLESCH, CONSERVATRICE-DIRECTRICE DU MUSEE

Pourquoi avoir choisi cette approche sans téléchargement ?

Pour faciliter la visite et offrir à la clientèle une solution totalement gratuite et non intrusive.

Grâce à quelle technologie le visiteur se connecte t-il à Time ?

C’est une technologie qui met en relation le terminal du visiteur avec des bornes du musée, par un réseau sans fil (wi-fi) : les données se trouvent dans les bornes, il n’est pas besoin de passer par internet : tout est ainsi très rapide, très fluide, et les contenus riches et variés. Le visiteur ouvre son wi-fi et tape dans son navigateur l’adresse geed.fr pour se mettre en relation avec les bornes du musée (pas besoin d’internet, geed.fr n’est pas un site internet, c’est seulement l’adresse pour trouver le réseau des bornes du musée). L’accès se fait dès qu’on arrive à quelques dizaines de mètres d’une borne.

Comment a été financé ce projet ? Quel est le montant de l’investissement ?

Il s’agit d’un projet à 123.000 euros financé par la Fondation de France (35.000), le ministère de la culture, « services numériques culturels innovants 2014 » (20.000 + 18.000), le conseil régional de Franche-Comté (22.000) et le syndicat mixte du musée pour le reste.

Quelle entreprise a conçu le dispositif ?

C’est la société Livdéo basée en Haute-Saône (70 190)

Des tablettes sont-elles proposées à la location ?

En prêt : tout est gratuit au musée dès lors que vous avez acquitté votre billet d’entrée.

Quel est l’apport de la réalité augmentée aux habitats qui sont déjà reconstitués ?

La réalité augmentée permet d’imaginer l’aspect intérieur ou extérieur de certaines maisons à un moment précis de leur histoire

Avez-vous déjà prévu de faire évoluer le dispositif ? Avec quelles fonctionnalités ?

Le dispositif est effectivement évolutif, non seulement au niveau des contenus que nous avons en effet prévu d’enrichir encore, mais aussi au niveau de l’accessibilité pour les aveugles et mal voyants : actuellement, une solution tactile est en cours de développement qui sera intégrée par Livdéo dès qu’elle sera au point. Attention, ce n’est pas Livdéo qui travaille sur cette solution, la société ne fera que l’intégrer.

Interview réalisée par mail le 06/07/2015

SOURCES: Musée en plein air des maisons comtoises

Date de première publication: 03/07/2015

Date de mise à jour: 07/07/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

. Villa Cavrois restaurée: une visite enrichie par une application géolocalisée de réalité augmentée

. Des journées de l’archéologie très numériques au théâtre gallo-romain de Mandeure-Mathay

. L’application de réalité augmentée « Riot 1831  » ravive les flammes du château de Nottingham

. Le musée des Augustins de Toulouse lance la V2 de son application mobile, incluant des contenus en langue des signes

Laisser un commentaire