Des chercheurs de Chicago percent les mystères d’un crâne de T-Rex de 65 millions d’années avec la 3D et une Kinect

Au Musée d’Histoire Naturelle de Chicago (Field Museum), les scientifiques se posaient des questions sur l’origine des trous dans la mâchoire de leur crâne de T-Rex datant de 5 millions d’années et mesurant plus de cinq pieds de long. Pour résoudre ce mystère, ils ont eu l’idée de capturer une image 3D du crâne pour enquêter.

Le Musée d’Histoire Naturelle de Chicago regroupe aujourd’hui d’importantes collections, retraçant l’évolution de la terre sur plus de 4 milliards d’années, présentant des squelettes de dinosaures hors du commun et exposant des animaux plus vrais que nature.

Le groupe Camera Culture du Media Lab du MIT qui a travaillé sur une technologie de capture d’images 3D de haute technologie, la 3D polarisée, a voulu l’utiliser pour étudier les trous dans le crâne du fameux T-Rex. Mais la technologie n’était pas encore prête, alors ils ont choisi d’essayer quelque chose de simple et de moins coûteux : le capteur Kinect 3D de Microsoft, utilisé pour la Xbox.

mlknj
Pour numériser le crâne du T-Rex, l’un des chercheurs a porté l’appareil sur un harnais spécial afin qu’il puisse le déplacer et capturer toutes les caractéristiques et tous les angles du crâne. Il devait le faire tout en conservant une distance fixe, sinon la mesure de la profondeur aurait été complètement faussée. L’analyse complète a pris environ 2 minutes.

Les scans 3D, après analyse ont permis de réfuter la dernière théorie selon laquelle les trous étaient le résultat de marques de morsure d’un autre dinosaure, mais également de réfuter celle d’une possible infection. La recherche de la cause de ces trous nécessitera d’autres recherches, mais les chercheurs pensent que des analyses 3D abordables pourront leur fournir la réponse. Kinect leur a permis, en tous cas, de produire des répliques 3D digitales du crâne du T-Rex et par la suite des répliques physiques imprimées en 3D.

sdf

Une technologie créée pour les jeux vidéos

Introduit en 2010, Microsoft Kinect utilise des caméras infrarouges pour produire un maillage 3D qui recouvre objets ou personnes dans une pièce, créant ainsi une carte en 3D de l’espace. C’est assez détaillé pour identifier tous les membres et mouvements. C’est une technologie utilisée et développée notamment pour la console de jeux Xbox de Microsoft, qui l’utilise pour des jeux intéractifs d’action ou de sport.

xbox-one-kinect2-printing3d-copie

Selon le Media Lab, « la résolution de profondeur du capteur Kinect a été mesurée à environ 0,6 mm, ce qui est idéal pour balayer de gros spécimens avec des détails structurels raisonnables« . Cette technologie a été couplée avec un logiciel d’open source, MeshLab, qui a traité et retravaillé le maillage en 3D produit par Microsoft Kinect.

(c) MIT Media Lab, image by Francis Goeltner
(c) MIT Media Lab, image by Francis Goeltner

La volonté de démocratiser la technologie dans les musées d’Histoire Naturelle

« Beaucoup de gens vont pouvoir commencer à utiliser cette technologie après notre initiative », a déclaré le chercheur du groupe Camera Culture, Anshuman Das, dans une publication sur les résultats des analyses du crâne. « En effet, c’est une technologie efficace, et peu coûteuse, qui peut facilement être utilisée par d’autres musées et institutions ».

1-bHnz7QwV27qVWmo9JSBVIQ

« C’est le message que je veux envoyer aux personnes qui seraient généralement exclues de l’utilisation de ces technologies – par exemple, les paléontologues ou les musées qui ont un budget très serré » a t-il ajouté.

Sources: Mashable.com, sciencesetavenir.fr, tomsguide.fr, techcrunch.com

Mise en ligne le 01/08/17

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Le Musée D’Arcy Thompson de l’Université de Dundee redonne vie aux espèces éteintes avec la diffusion libre de modèles 3D

Le musée Saint-Raymond de Toulouse partage gratuitement ses modèles 3D d’oeuvres sur Sketchfab

L’un des plus anciens trésors de la collection du British Museum désormais accessible en 3D

Avec le soutien d’Amazon et Intel, les Musées nationaux du Kenya numérisent en 3D l’une des plus grandes collections d’archéologie et paléontologie

Durant son expo Rodin, le Musée d’Art de Portland propose un atelier pour remixer les sculptures imprimées en 3D

Laisser un commentaire