Covid-19 / En temps de confinement, le Mucem implique son public avec des projets très participatifs

« L’appartement et la maison sont devenus depuis quelques semaines les espaces de toutes les activités. Tantôt salle de classe, salle de sport, salle de cinéma, les pièces de notre appartement sont peut-être même un musée ». Pour entretenir la relation avec ses publics, le Mucem a lancé une série d’initiatives #LeMucemchezvous, qui conjuguent participatif, contenu cinéma inédit et implication nouvelle de ses équipes.

Depuis le 29 mars 2020, pendant cette période de confinement, les conservateurs du Mucem présentent chaque dimanche leur sélection d’objets «domestiques» des collections du Mucem. Ce nouveau  rendez-vous « Les Trésors domestiques » permet de « regarder autrement les objets des intérieurs qui nous entourent ».

Défi Instagram: Et si vous partagiez vos objets du quotidien ?

En prolongement de cette démarche, le musée lance un appel. « A votre tour, (re)découvrez les trésors qui vous entourent  : partagez votre musée d’objets du quotidien, de collections personnelles ou d’objets inédits sur Instagram. Faites appel à votre sens de la mise en scène, à votre poésie et présentez vos trésors à travers photos, vidéo ou texte court. À vous de jouer ! »

Les règles du jeu sont simples. Le participant doit présenter « son » musée, ou sa « collection », qui peut-être un objet unique, à travers une courte vidéo, une série de photographies, ou une photographie, en se prenant au jeu du Musée via Instagram. (1 vidéo maximale de 60 secondes et/ou 10 photographies et/ou un texte court). Puis, il partage sa création sur Instagram en profil ou en story avec le hashtag dédié et en taguant @mucem_officiel.

En l’absence de compte Instagram, la contribution (photos, vidéo ou texte court) peut être envoyée  par mail à partagetonmusee@mucem.org (en utilisant un service d’envoi de fichiers lourds si les pièces jointes de votre mail dépassent les 6 Mo).

Une sélection des « œuvres » est exposée sur la galerie en ligne de l’opération «Le Mucem à la Maison».

Diffusion exclusive du documentaire « L’homme a mangé la Terre »

Ce film de Jean-Robert Viallet (France, 2019, 1h38) a été la première co-production cinéma du Mucem. Il a été réalisé avec la collaboration à l’écriture de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, d’après L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Éditions du Seuil.

« Le bouleversement climatique est « la » problématique de notre temps. Les dernières études avancent qu’à la fin du XXIe siècle, 39 % de la Terre souffrira de conditions climatiques encore jamais éprouvées par des organismes vivants. Un certain nombre de documentaires ont déjà dressé le constat de notre drame environnemental, et ont montré les conséquences à long terme de l’activité humaine sur Terre. La particularité de ce film est de se pencher sur ce qui mène à cette situation, pas à son constat. Il s’agit aujourd’hui de comprendre ces processus et d’en retracer l’histoire » explique le Mucem.

En un an, le documentaire de Jean-Robert Viallet, a été vu par plus de 3 000 000 de spectateurs.

Pour la première fois depuis sa sortie, le Mucem propose le replay Vidéo du film qui est diffusé en accès libre durant la période de confinement. 

Avec l’aimable autorisation de Cinéphage Productions et Les Films du Tambour de Soie.

Le 22 avril 2020, la projection a été suivie d’une discussion en ligne.

Les Rébus du Mucem

Le musée propose évidemment des activités ludo-éducatives à destination des familles et des plus jeunes.

Chaque semaine, il invite son public à déchiffrer un rébus issu des collections du Mucem, et inspiré des trois livrets publiés en coédition par Les Éditions du Mucem et Actes Sud.

Rébus Coédition Mucem/Actes Sud

« Le mot rébus vient du Moyen Âge. Des clercs de notaire picards donnaient des spectacles sarcastiques en posant des devinettes sous forme d’images : ils les appelaient De rebus quae geruntur, ce qui signifie en latin « À propos de ce qui se passe », d’où notre mot français « rébus » ». La collection de rébus du Mucem à Découvrir.

Jeux d’Antan: jouez avec les collections du Mucem !

« Saviez-vous que le Mucem conserve des dizaines de milliers d’images imprimées ? Moyen principal de transmission des informations avant l’invention de la radio, de la télévision ou d’internet, elles sont utilisées en Europe depuis le XVe siècle. La technique a évolué au cours des siècles, mais elle se rapproche du principe du tampon : l’artiste dessine ou grave l’image sur un support, qui peut être une planche de bois gravée, ou une pierre, appelée planche d’impression… »

Cartes réclames © Mucem

Le musée propose ainsi une exploration de sa collection de jeux anciens, et notamment 3 types: Ombres chinoises, Dessiner avec la méthode Jacquot et Ravoux et Pantins animés.

L’exposition « Voyage voyages » rouvre… en ligne.

« Frontières, migrations, tourisme de masse… La question du voyage, de l’exil et des circulations est aujourd’hui récurrente dans le geste artistique. »
« L’exposition « Voyage Voyages » invite à en ressentir l’immensité créative, qui trouve un port d’attache naturel au Mucem, ce lieu qui privilégie depuis son ouverture le dialogue entre les cultures ». L’exposition présente une centaine d’oeuvres (peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, vidéos de Chiharu Shiota, Henri Matisse, Marcel Duchamp, Andy Warhol, Mona Hatoum, Richard Baquié …) issues de collections publiques et privées, plus particulièrement des fonds du Centre Pompidou / Musée national d’art moderne et des collections modernes et contemporaines des musées de Marseille.L’exposition n’est plus accessible mais le site web du musée propose de partir « à la (re)découverte de nouveaux horizons artistiques tout en restant chez vous ». Le public peut notamment accéder à des contenus augmentés: parcours sonores, interview des commissaires, extraits du catalogue d’exposition, portfolio « Voyage émoi » par Pascal Messaoudi etc
La Flore de A à Z, petit abécédaire des collections du Mucem

Sur ses réseaux sociaux et son site web, le Mucem déploie un abécédaire floral en 26 lettres, composé à partir des collections du Mucem. Cet abécédaire est proposé dans le cadre de l’exposition « La Flore de A à Z » qui  aurait dû ouvrir mercredi 25 mars 2020.

Chaque jour, le musée dévoile une lettre florale, un conseil botanique, et une illustration signée par Reckless Morning qui peut être colorié en famille.

Le Mucem propose également à ses visiteurs distants de (re)découvrir ses 2 dernières expositions, qui avaient fait l’objet d’une visite virtuelle d’un très bonne qualité: « Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre » et « Jean Dubuffet, un barbare en Europe ».

Le Mucem offre enfin 2 newsletter hebdomadaires spécial « confinement ».

SOURCE: Mucem

PHOTOS: Mucem

Date de première publication: 12/04/2020

Le Mucem est membre du Clic France

Covid-19 / Tour de France des initiatives musées & monuments dans un contexte de confinement 

Covid-19 / Innovations muséales et patrimoniales : quelques premières leçons d’un mois de confinement

Covid-2019 / Malgré leur fermeture, les Frac valorisent leurs collections et expositions sur le web et les réseaux sociaux

Covid-19 / leblob.fr d’Universcience célèbre son premier anniversaire et présente un hors-série inédit de Data science vs fake sur le Covid-19

Covid-19 / Pendant sa fermeture, la Fondation Cartier propose une exploration numérique de l’exposition Claudia Andujar

Laisser un commentaire